M’enregistrer  |  Connexion

Recrutement. Aidez-nous !


Nous recherchons actuellement des fans Marvel bénévoles pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel. Si vous possédez un bon niveau de traduction de l'anglais vers le français et que Marvel World vous a un jour aider, il est temps de nous rendre la pareille !

Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Wolverine Files - Version Francaise - Marvel-World.com

Wolverine Files : Version Française

News » Marvel » Historique » WFVF » 026 - Un deuil dans la famille (1615 lecture(s))


John Bolton, Classic X-Men #3.


Classic X-Men #2 (Octobre 1986) – “Chapter One : The Doomsmith Scenario”
Scenario : Chris Claremont, Traçage : Len Wein, Illustration : Dave Cockrum
Les jours d’entraînement s’accumulent dans la Salle des Dangers et les six mutants un peu marginaux qui composent les nouveaux X-Men se voient devenir, grâce au travail de Cyclope, une arme fatale particulièrement efficace.

Giant-Size X-Men #4 (2005) – “Finding Home”
Scenario : Chris Claremont, Traçage : Rick Leonardi, Illustration : Jimmy Palmiotti
Dans la Salle des Dangers, Cyclope oppose Thunderbird à Tornade dans un exercice où ils ne doivent pas utiliser leurs capacités de mutant. Aussi, lorsque Thunderbird prend le dessus sur Tornade, elle ne veut pas céder. Cyclope minimise la gravité de la situation, ce qui pousse Wolverine à intervenir et à mettre fin à la bagarre. Un peu plus tard, dans le bureau de Charles Xavier, Wolverine parle de ce qu’il s’est passé, mais le puissant télépathe lui rétorque qu’il ferait mieux de soutenir Cyclope en tant que leader des X-Men. Tard dans la nuit, Thunderbird se glisse dans la chambre de Wolverine, en évitant le "piège maison" fait de canettes de bière vides répandues sur le sol. Thunderbird remarque bien les photographies de Wolverine sur le bureau montrant son passé de soldat, cependant, il ne remarque pas Wolverine lui-même assis en silence dans la pièce d’à côté.

Bien que Chris Claremont fasse partie intégrante des toutes premières histoires de Wolverine par rapport à la chronologie, il a tout de même la fâcheuse habitude de contredire ces mêmes histoires lorsqu’il les revisite quelques années plus tard. Jean, Scott et le Professeur Xavier appellent Wolverine par son prénom : Logan, une information que personne dans l’équipe n’est censé savoir jusqu’à la mort de Phoenix. La relation qu’entretient Wolverine avec Diablo est décrite comme amicale et cela inclut même leurs paris et défis débiles lors de beuveries. Mais ces éléments sur leur amitié, bien que rapportés en détails, ne sont normalement pas développés avant la mort de Thunderbird.

X-Men #94 (Août 1975) – “Chapter two : Death O’er Valhalla High !”
Scénario : Chris Claremont ; Traçage : Len Wein ; Illustration : Dave Cockrum
Après plusieurs semaines d’entraînement, les X-Men reçoivent un appel de détresse prioritaire : le Comte Nefario, un de leur vieil ennemi, a pris le contrôle du centre de commandement du NORAD à Valhalla. Les Vengeurs n’étant pas disponibles, le Fauve fait donc appel à eux, leur expliquant que Nefario, avec l’aide de ses Ani-men (des hybrides humains/animaux), menacent d’utiliser la totalité de l’arsenal nucléaire de l’armée américaine si une rançon n’est pas payée. Nos amis s’envolent donc vers Valhalla avec leur jet Blackbird SR-71.

X-Men Unlimited #25 (Décembre 1999) - "In Remembrance"
Scenario : Joe Pruett, Illustration: Brett Booth, Crayon : Sal Regla
Bien des années avant les événements au Valhalla, le Hurleur se remémore quelques souvenirs qu’il a de Wolverine. Sur le chemin de la Montagne du Valhalla, Wolverine lui dit qu’il découpera le Comte Nefario en petits morceaux si jamais il touche à un cheveu de ses camarades du NORAD. Au début, le Hurleur croit à une de ces boutades dont son compagnon est friand mais il finit par réaliser, non sans effroi, que Wolverine est on ne peut plus sérieux.

X-Men #94 (Août 1975) - "Chapter Two: Death O'er Valhalla High!"
Scenario : Chris Claremont, Dialogues : Len Wein, Illustration : Dave Cockrum
En approchant de Valhalla, les X-Men sont informés par le personnel militaire que le Comte Nefario a armé le système Doomsmith, qui contrôle l’arsenal nucléaire américain. Et avant que les X-men n’atterrissent, Nefario détruit leur SR-71 avec un missile à tête chercheuse et un perturbateur sonique. Nos héros se retrouvent ainsi à chuter vers le sol, attendant l’impact inéluctable.

À l’origine, Len Wein était pressenti pour écrire cette histoire en deux parties de Nefario qui se serait nommée Giant-Sized X-Men #2, mais lorsque la série a commencé à être récompensée tous les quinze jours, Wein laisse sa place à un nouvel arrivant ainsi qu’à son ancien éditeur associé, Chris Claremont. Et alors que Claremont est crédité de l’écriture basée sur le scénario de Wein, il ne l’a en réalité pas commencée avant l’arrivée des X-Men au Valhalla ( "Interview with Chris Claremont," The X-Men Companion, 1982. ).

X-Men #95 (Octobre 1975) - "Warhunt!"
Scenario : Chris Claremont, Dialogues : Len Wein, Illustration : Dave Cockrum, Encre : Sam Grainger
Le Hurleur et Tornade se dépêchent de faire descendre tout le monde en douceur, permettant ainsi à l’équipe d’atterrir en toute sécurité au bord du complexe militaire se situant à flanc de montagne. En utilisant un petit florilège de leurs aptitudes mutantes, les X-Men parviennent à pénétrer dans le complexe, se débarrassant au passage de quelques obstacles sur le chemin.

Classic X-Men #3 (Novembre 1986) - "Warhunt!"
Scenario : Chris Claremont, Dialogues : Len Wein, Illustration : Dave Cockrum, Encre : Sam Grainger Avec Wolverine en éclaireur, le groupe pourchasse les Ani-Men du Comte Nefario dans le complexe de la montagne.

X-Men #95 (Octobre 1975) - "Warhunt!"
Scenario : Chris Claremont, Dialogues : Len Wein, Illustration : Dave Cockrum, Encre : Sam Grainger
Pendant le combat entre les X-Men et les Ani-Men, Wolverine n’arrive pas à prendre le dessus sur Cat-Man, un hybride humain/chat. Colossus se défait du félin avant que Wolverine ne revienne à l’attaque, puis les X-Men parviennent finalement à la victoire contre ces Ani-Men, notamment grâce à l’attaque conjointe de Wolverine et de Diablo sur l’hybride humain/gorille Gort. La bagarre a gravement endommagé le système Doomsmith et par conséquent, la menace nucléaire, mais cela n’empêche pas le Comte Nefario de tenter de s’échapper à bord d’un F-16. Cependant, l’intervention de Thunderbird sur les circuits électroniques du jet provoque son explosion et tue sur le coup à la fois Nefario et le mutant Apache.
Alors que l’histoire elle-même n’est pas nécessairement importante, la fin plutôt choquante n’apporte rien au final. La mort n’était pas chose commune dans les comics de l’époque, et Wein a voulu démontrer depuis le début de la série qu’être un super-héros était un métier dangereux (Interview with Len Wein," The X-Men Companion, 1982.). Nous avons également un aperçu de la vision originale de Wein par rapport à Wolverine lorsque Cat-Man prétend que les griffes de notre X-Man préféré sont fausses. "Les griffes d’adamantium se trouvaient dans les gants quand j’ai commencé à imaginer le personnage. Elles étaient rétractables, téléscopiques et pouvaient se ranger dans les petits compartiments prévus à cet effet."(Peter Sanderson, "Wolverine: The Evolution of a Character, " The Incredible Hulk and Wolverine #1, 1986.) Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’à la fin de la parution, Wein a réduit le nombre des membres des X-Men de treize à six. Cela semble renforcer l’idée de Chris Claremont comme quoi "… Len {Wein} avait l’intention de propulser Colossus comme élément incontournable, de mettre Tornade dans le personnage de la ‘fille de l’histoire’, Diablo serait le démon tourmenté et où Wolverine aurait essentiellement été le poil à gratter de Johnny Storm ou de Hawkeye." ("Interview with Chris Claremont," The X-Men Companion, 1982.)


John Bolton, Classic X-Men #3.


Classic X-Men #3/2 (Nov 1986) - "Mourning"
Scenario : Chris Claremont, Illustration : John Bolton
Au Nouveau-Mexique, sur le lieu des funérailles de leur équipier tombé, les X-Men découvrent que le corps de Thunderbird a disparu. Les parents de John demandent aux X-Men de ne pas intervenir, mais Wolverine préfère ignorer en déclarant "Moi on m’a enseigné qu’une équipe prend soin de ses membres". En suivant la trace du corps, Wolverine trouve un garçon en train d’enterrer son frère selon les rites apaches ancestraux. Lorsque le reste de l’équipe fait son apparition une heure plus tard, Wolverine leur dit qu’il était temps de partir. "Quelle que soit la chose à laquelle Thunderbird tentait d’échapper – ou quoiqu’il essayait de prouver – il est en paix maintenant. Nous devrions tous avoir la même chance". Claremont complète encore une fois très efficacement les premières rencontres avec les X-Men en s’appuyant sur les histoires des Classic X-Men. Nous découvrons ainsi que les principales motivations de Thunderbird se résumaient à chercher à être meilleur que Wolverine, une tâche pour laquelle il n’a visiblement pas pu être à la hauteur. D’un point de vue ironique, on pourrait penser que la mort de Thunderbird a été précipitée en raison d’un impératif éditorial : au sein des X-Men, le personnage de Thunderbird était effectivement un peu superflu. Nous avons également pu nous rendre compte de la redoutable efficacité de pisteur de Wolverine, impressionnant même le taiseux Cyclope.

X-Men #96 (Décembre 1975)- "Night of the Demon" Scenario : Chris Claremont, Crayon : Dave Cockrum, Encrage : Sam Grainger
Peu après être revenus du Nouveau Mexique, les X-Men reprennent leur entraînement dans la Salle des Dangers. Par erreur, Colossus frappe Wolverine de toutes ses forces. Rebondissant contre le mur, il tente de se jeter sur Colossus, mais se fait repousser par une rafale de vent provoquée par Tornade. Diablo, trouvant la situation très amusante, se moque de lui… grave erreur… Logan, fou de rage, le charge en sortant ses griffes et hurle "Personne ne se moque de Wolverine, monsieur – Personne !" Le diablotin a à peine le temps de se téléporter en sécurité et le Hurleur, stupéfait par la sauvagerie de l’attaque, réprimande durement Wolverine, "Hey p’tit gars calme-toi. T’as failli tuer Diablo…" Logan hoche simplement la tête avec un "Ouais je sais…"

Classic X-Men #4 (Dec 1986) - "Night of the Demon"
Scenario : Chris Claremont, Crayon : Dave Cockrum, Encrage : Sam Grainger
Un peu plus tard à la piscine, Wolverine est confronté à la naïveté d’Ororo, celle-ci nageant comme elle a l’habitude de faire en Afrique : dans le plus simple appareil. Alors que Kurt, Sean et Peter sont plutôt gênés, Wolverine semble être le seul à se repaître de la situation.

X-Men #96 (Décembre 1975) - "Night of the Demon"
Scenario : Chris Claremont, Crayon : Dave Cockrum, Encrage : Sam Grainger
À la tombée de la nuit, Xavier présente Moira MacTaggert comme étant la personne qui allait veiller sur le manoir pendant des congés bien mérités. Wolverine, ennuyé par ces civilités, s’amuse à dessiner avec ses griffes un jeu de morpions sur l’antique table du salon. Quelques secondes plus tard, Cyclope fait irruption dans la salle avec fracas en traversant le mur, suivi par une créature ressemblant à un dragon, Kierrok. Alors que Tornade et Colossus attaquent en premier, Wolverine ne réagit pas avant que Diablo ne se fasse mettre KO par Kierrok. Furieux de ce qui est arrivé à son ami, il attaque l’intrus en hurlant "… personne ne touche aux potes de Wolverine !" Laissant pour la première fois libre cours à sa bestialité devant ses co-équipiers, Wolverine découpe Kierrok en lamelles. Mais malgré cette attaque redoutable, cela n’est pas suffisant car la créature se régénère très rapidement. Finalement, à l’aide d’une sonde télépathique lancée par Xavier, Tornade parvient à détruire la source d’énergie de Kierrok, un ancien obélisque, mettant ainsi un terme à la bataille.
À la suite du combat, Wolverine révèle au reste de l’équipe, "Dix années d’entraînement psychologique, d’hypnose, de traitement médicamenteux, de prières… et je le taille en pièces sans une once de scrupule." Comme c’était la première parution complète de Chris Claremont en tant que scénariste, nous voyons bien que, déjà, il orientait le personnage de Wolverine dans une toute autre direction que ce qu’avait prévu Len Wein. "J’ai penché vers l’idée du tueur psychopathe comme étant une explication à la violence dont il faisait preuve" explique Claremont, "et également pour fournir une bonne dynamique au groupe."(Peter Sanderson, "Wolverine: The Evolution of a Character, " The Incredible Hulk and Wolverine #1, 1986.)

X-Men Unlimited #25 (Décembre 1999) - "In Remembrance"
Scenario : Joe Pruett, Crayon : Brett Booth, Encrage : Sal Regla
Xavier se souvient de la première fois qu’il découvrit la rage qui sévissait en Wolverine, c’était pendant son combat contre Kierrok. "Féroce… Brutal… Sauvage… Son côté animal à peine contenu par sa simple volonté et un psychisme fragile pouvant éclater à tout moment."

X-Men #106 (Août 1977) - "Dark Shroud of the Past"
Scenario : Chris Claremont, Crayon : Bob Brown (flashback), Encrage : Tom Sutton
Grâce au Professeur Xavier, lors d’un flashback, nous voici propulsés une fois encore dans la Salle des Dangers. Wolverine est en train d’éviter des rayons lasers, apparemment sans se rendre compte qu’une poutre d’acier est en train de voler dans sa direction. Colossus pousse Wolverine sur le côté pour prendre le poids de l’impact. Furieux que quelqu’un ait pu le gêner lors de son combat, Wolverine se mit à menacer Colossus de l’éventrer à l’aide de ses griffes d’adamantium. Cependant, avant que la bagarre ne commence vraiment, Cyclope envoie une décharge optique afin de calmer tout le monde. Il réprimande Wolverine pour son accès de rage trop excessive à son goût mais ce dernier lui rétorque qu’il devrait plutôt la mettre en veilleuse car il s’est comporté en véritable despote depuis le décès de Thunderbird. Le Hurleur se range du côté de Logan, obligeant ainsi Cyclope à s’excuser, mais Wolverine, la délicatesse incarnée, lui balance que si la mort l’affecte autant, il devrait réfléchir à quitter son poste de chef d’équipe. Tornade commence à réprimander Logan à son tour mais celle-ci est coupée dans son élan par l’apparition soudaine d’un ange hostile revêtu d’un ancien costume de X-Man. Le reste des anciens X-Men (à l’exception de Cyclope) surgissent à leur tour, tout aussi agressifs et également vêtus des anciens costumes utilisés vers 1964. Des échanges houleux ont lieu car que les anciens X-Men exigent le départ immédiat de ces nouveaux mutants. Une bagarre éclate, et Wolverine, faisant face à Iceberg, grâce à ses sens aigus surhumains, comprend que quelque chose ne va pas. Ils ne sont en fait qu’une projection mentale de l’esprit fiévreux de Xavier. D’ailleurs, une version démoniaque de Xavier entre en lice, capable de faire des ravages avec les sens de Wolverine, lui faisant croire qu’il se trouve au bord d’un précipice sans fin. Reprenant le contrôle de son côté sombre, Xavier parvient à vaincre le X-Man original ainsi que son double démoniaque. Cette petite histoire un poil en-deça du reste fut plutôt considérée comme une publication bouche-trou permettant de compenser la pression de la deadline qui faisait rage à l’époque en raison de l’édition de la saga du Crystal M’kraan l’année suivante (“Power and Pain: A Hero History of the X-Men” by Robert Jones, Amazing Heroes, Sept. 15, 1984). Écrite par Bill Mantlo à peu près à la même époque que la sortie de X-Men #96, elle a dû être considérablement retravaillée par Chris Claremont car le développement des personnages à ce moment précis étant en plein chambardement. Claremont a concédé "…qu’il y avait peut-être deux lignes dans tout le livre qui étaient de Bill" ("Interview with Chris Claremont," The X-Men Companion, 1982.). Mais l’histoire était tellement peu importante en fait, que la collection Classic X-Men a décliné la réimpression lors de la réédition des toutes premières histoires des X-Men. Cependant, cela montre bien qu’il existe une friction permanente entre Wolverine et le reste de l’équipe, et confirme également que Diablo n’a pas encore rencontré Spider-Man, un fait qui nous permet d’introduire la prochaine apparition de Wolverine.

Amazing Spider-Man #161 (Octobre 1976) - "...And the Nightcrawler Came Prowling, Prowling"
Scenario : Len Wein, Illustration : Ross Andru
Pendant les mois d’entraînement, Diablo avait l’habitude de lire le journal la tête en bas, la queue accrochée à un anneau. Son attention portée sur un article, il ne fit pas attention à l’arrivée de Wolverine et celui-ci en profita pour couper la corde qui supportait l’anneau… la bonne grosse blague. Mais Diablo n’apprécia pas vraiment la plaisanterie et défia Wolverine. Colossus dut intervenir pour les séparer en avertissant notre joyeux plaisantin encore une fois. Diablo se retira très en colère et partit pour une nouvelle aventure avec Spider-Man.


John Bolton, Classic X-Men #4.


Classic X-Men #4/2 (Dec 1986) - "The Big Dare"
Scenario : Chris Claremont, Illustration : John Bolton
Wolverine et Diablo s’amusent à jouer à chat sur les terrains de la propriété de Xavier, exercice probablement réalisé afin d’atténuer les tensions qui pourraient subsister entre eux deux. Diablo touche Wolverine en premier et parvient à ne pas se faire retoucher en évitant toutes les tentatives de son poursuivant grâce à son pouvoir de téléportation, quelques pirouettes acrobatiques et bien sûr, quelques moqueries bien senties. Finalement, lorsque Diablo s’auto-proclame vainqueur de la partie, Wolverine arrive à anticiper son déplacement et l’attrape en enroulant son bras autour de sa gorge. Avant que Diablo ne puisse esquisser le moindre mouvement, Wolverine balance son poing armé de griffes mais les rétracte à la toute dernière seconde. Ensuite, il réclame son gain : le perdant paye sa bière, en ville. Pour la première fois face à Wolverine, Diablo active son inducteur d’image, un petit appareil capable de dissimuler son utilisateur par le biais d’une illusion parfaite ; voilà donc les deux compères en partance pour un bar local, le "Harry’s Hideout". Une fois arrivés, Wolverine, en vêtements civils, accuse son partenaire de boisson d’avoir honte de son apparence démoniaque et le met au défi de marcher dans la rue sans l’aide de son inducteur d’image. Diablo accepte à contrecoeur le challenge, cependant il finit par se rendre compte que l’expérience n’est pas si désagréable que cela : montrer publiquement son vrai visage. Mais elle prend fin lorsqu’un groupe d’importuns commence à harceler Diablo à cause de son apparence justement. Une menace de la part de Wolverine et un *bamf* sentant le soufre (la marque déposée de Diablo) suffisent à les effrayer. Puis Diablo finit par se rendre compte que Wolverine est en réalité un ami.
La page finale de cet épisode montre, à tort, Diablo se téléportant avec Wolverine. Selon Chris Claremont, lors d’une conversation avec cet auteur, c’était une erreur de faire apparaître ceci mais toute cette histoire n’aurait autrement pas pu aller dans la continuité du reste. Cette histoire est la quintessence du fun et de la frustration impliquée dans l’entorse faite à une chronologie. L’épisode prend effectivement place dans un enchaînement entre l’animosité et l’amitié à long-terme entre Wolverine et Diablo, ce qui sera bientôt développée par la suite. On nous présente également l’inducteur d’image et son utilisation quelque peu erratique. Mais la téléportation nonchalante de Diablo avec Wolverine à la fin laisse à penser que cette histoire se place plutôt bien, en tout cas après les événements dans X-Men #110 au plus tôt, après que Diablo ait abandonné l’idée d’utiliser l’inducteur d’image.

X-Men #97 (Février 1976) - "My Brother, My Enemy"
Scenario : Chris Claremont, Illustration : Dave Cockrum, Encrage : Sam Grainger
Xavier finit par embarquer dans son avion à l’aéroport international JFK afin de prendre des vacances, mais au moment où l’avion décolle, les X-Men, à l’exception de Wolverine et du Hurleur, sont attaqués par Havok, le frère de Cyclope, Polaris et un autre personnage du nom d’Eric le Rouge. Alors que la bataille fait rage, il devient évident que Havok et Polaris sont sous le contrôle d’Eric le Rouge. Bien avant que Wolverine et le Hurleur débarquent, Eric se voit contraint de fuir avec Havok et Polaris. Cyclope, incapable d’utiliser sa rafale optique contre son propre frère, les regarde partir et se fait traiter de lâche par Wolverine. De frustration, Cyclope frappe Wolverine, mais avant que celui-ci ne puisse riposter, Tornade l’attrape et le prévient qu’il faudra d’abord lui passer sur le corps.
La première fois que j’ai lu cette histoire, j’ai été consterné de voir que Tornade avait pris la situation en main. J’avais vraiment envie que Wolverine donne une bonne râclée à ce psycho-rigide de Cyclope. En publiant ce texte, je continue à ressentir la même chose. C’est probablement la raison pour laquelle la chronologie est écrite en fonction de Wolverine et non de Cyclope ou de Tornade.

Marvel Holiday Special #1 (1991) - “A Miracle A Few Blocks Down From 34 th Street ”
Scenario : Scott Lobdell, Illustration : Dave Cockrum, Encrage : Joe Rubinstein
Le Cerveau déclare avoir reconnu les nouveaux X-Men suite à la diffusion des images des échauffourées à l’aéroport JFK.
Il est de ma supposition que la bagarre entre Wolverine et Cyclope à l’aéroport a conduit à l’absence prolongée de Wolverine au sein de l’équipe des X-Men. Et si c’est le cas, il est donc tout à fait normal que plusieurs aventures en solo soient apparues depuis cette période.

Marvel Treasury Edition #26/2 (Juillet 1980) –“At the Sign of the Lion”
Scenario : Mary Jo Duffy, Illustration : Ken Landgraf, Encrage : George Perez
Logan se remémore sa confrontation avec Cyclope tout en sifflant quelques bières au "Sign of the Lion", un débit de boissons plutôt éloigné de Westchester, New York. Après avoir reçu quelques appels du pied de la part d’une jolie rousse, Logan fait l’erreur d’adopter un comportement plutôt grossier. Mais avant qu’il ne puisse s’excuser, Hercule, le demi-Dieu, pénètre dans le bar et presque immédiatement, tous les regards des femmes se posent sur lui. Hercule demande à Wolverine de se déplacer au bout du bar car il a besoin de place pour faire la fête. Wolverine accepte mais seulement s’il peut y aller en compagnie de la jolie rousse avec laquelle il parlait juste avant. Hercule attrape Wolverine et le soulève du sol, puis le jette sur une chaise car, et bien, c’est un Dieu après tout… Wolverine, n’ayant pas trop apprécié cette humiliation, frappe Hercule mais sans grands résultats. En réponse, Hercule le fait passer à travers le bar mais se retrouve soudainement confronté aux griffes de Wolverine. Dans l’univers Marvel, ce genre de petit incident finit par devenir une grosse bagarre qui mettrait le bar sens dessus dessous pour finalement s’achever lorsqu’Hercule commencera à suggérer que les deux combattants feraient mieux de trinquer ensemble et s’amuser plutôt que de se battre. Mais lorsque les deux héros s’assoient pour boire un coup, ils se rendent compte que toutes les femmes ont quitté le bar.
Il est compréhensible qu’Hercule ne se souvienne pas de sa première rencontre avec Wolverine lors du combat contre le Leader car il ne portait pas de costume la première fois, mais il est également curieux que cela ne frappe pas Wolverine non plus étant donné qu’ils avaient quand même échangé quelques coups.

Classic X-Men #25/2 (Septembre 1988) – “Just Don't Look in its Eyes…”
Scenario : Ann Nocenti, Illustration : John Bolton
Contre toute attente, Wolverine part s’occuper d’une mission d’espionnage que lui confient les gars de la base centrale (Renseignements canadiens ou CIA). Peut-être que, à cause de la colère qu’il éprouve envers Cyclope, cela pourrait agir comme une forme de thérapie et lui permettrait ainsi d’évacuer. Wolverine installe des explosifs dans plusieurs complexes ennemis disséminés à travers le Canada, mais il y a un problème : les amorces des détonateurs sont trop courtes et Wolverine se retrouve blessé lors d’une des explosions. Un chasseur passant par-là aperçoit Wolverine dans un piteux état et le prit pour une bête sauvage. Notre héros espère échapper au chasseur mais il fut ralenti par un ours en colère qu’il fut forcé de tuer. Le chasseur décoche une flèche en direction de Wolverine mais celui-ci l’attrape au vol et la retourne contre son agresseur. Le chasseur hors d’état de nuire, Wolverine peut reprendre sa progression en direction de la base centrale afin de se plaindre du "léger" incident qu’il a rencontré lors de sa mission. Ann Nocenti, l’auteure, a adapté la seconde partie de l’histoire à partir de conversations entre chasseurs dans le nord de l’Etat de New-York. Elle affirme également que, dans un bunker, Wolverine liquida toutes les personnes qui s’y trouvaient. "Les personnages Marvel, de manière générale, ne tuent pas les gens. Mais dans la plupart des cas, Wolverine si. Le fait est que cela lui est égal. À son sens, les personnes qu’il tue sont mauvaises. Il est juste en service commandé". (“Hunter & Prey,” Wizard Wolverine Master Edition, Dec. 2004.)

Deathblow/Wolverine #1 (Septembre 1996)
Scenario : Aron Wiesenfeld, Illustration : Richard Bennett
Logan se rend dans son appartement à San Fransisco pour retrouver une jeune asiatique dont il est épris, Sung Li. Un jour, la mère de Sung Li commence à se comporter bizarrement et Logan se retrouve attiré dans un monde démoniaque où il est attaqué par une horde de ninjas. Sung Li est kidnappée et Logan voit son corps criblé de flèches par un mystérieux individu plutôt bien armé (le soldat de fortune nommé Deathblow, de la maison d’édition Image Comics). Navy (surnom que Logan lui donnera plus tard) l’emporte chez lui inconscient puis le fouille. Là il se rend compte de l’appartenance de Logan au très secret Département H de l’armée canadienne. Quand Logan revient à lui, ils sont de nouveau attaqués par des ninjas qui se sont introduits par les fenêtres. Logan en tue quelques-uns avant de prendre la fuite en voiture avec Navy. En retournant dans l’appartement de Logan, ils tombent nez à nez avec un étranger d’origine asiatique qui leur apprend que Sung Li est en grave danger.
Publié dans le cadre d’une joint-venture inter-sociétés en 1996 par Image Comics, l’histoire se déroule en 1982, mais je pense que cela doit plutôt se passer avant que Wolverine ne rencontre Mariko. Il est en tout cas évident que cela se passe après que Wolverine ne rejoigne les X-Men à cause de la photo trouvé dans son porte-feuille qui montre ensemble Diablo et Colossus. Il est à noter que Navy (Deathblow) et Logan se sont rencontrés rapidement quelques années auparavant dans Team X/Team 7 #1, avant l’expérience Arme X. Comme il sera évoqué plus tard, cette histoire a eu lieu mais elle disparaîtra de la chronologie après les événements dans X-Men/WILDCATS : The Dark Age.

Deathblow/Wolverine #2 (Février 1997)
Scenario : Aron Wiesenfeld, Illustration : Richard Bennett
Logan se rue sur l’étranger toutes griffes dehors, lui taillant le visage en pièces. Mais, aussitôt, celui-ci réapparaît derrière Logan, lui expliquant que Sung Li est détenue dans un endroit empli de magie noire. Il les téléporte ensuite dans un lieu très particulier afin de rencontrer le Bibliothécaire, un personnage légendaire qui va leur parler d’une antique civilisation ayant pour habitude de conserver l’esprit de leur peuple dans une urne mystique. Sung Li est une descendante d’une grande prêtresse de cette civilisation et son kidnapping résulte d’un plan maléfique ayant pour but de relâcher tous les esprits emprisonnés dans l’urne dans les rues de San Fransisco afin de posséder les âmes de tous les êtres vivants et constituer ainsi une armée particulièrement redoutable. Le Bibliothécaire confie un talisman à Logan pour qu’il puisse détruire cette urne et les renvoie tous les deux dans l’appartement. Les deux amis se préparent au combat, Logan, revêtu de sa combinaison de Wolverine et pourvu de tout un tas d’armes traditionnelles asiatiques, Navy, lui, a opté pour les gros calibres. En s’approchant de Chinatown, ils sont de nouveau attaqués par des ninjas ainsi que des malfrats armés jusqu’aux dents, mais Wolverine et Navy s’en débarrassent et se frayent un chemin vers les souterrains de Chinatown, là où repose la fameuse urne. Dans la confusion générale, un magicien prend l’apparence de Navy et blesse Wolverine, mais grâce à ses super sens, il se rend compte que quelque chose cloche et tue le magicien. Comme la bagarre s’éternise, il devient évident qu’il y a trop d’adversaires en armes à combattre. Mais la soudaine apparition d’une armée de ninjas blancs suffit à Logan comme diversion pour lui laisser le temps de détruire l’urne avec le talisman, et de libérer ainsi Sung Li. De retour à la demeure de Sung Li, Logan réalise que le Bibliothécaire et elle ne sont en réalité qu’une et même personne. Se sentant abusé et trahi, Logan enfourche sa moto et retourne auprès des X-Men.

X-Men/WILDC.A.T.S: The Dark Age (Mai 1998)
Scenario : Warren Ellis, Crayon : Mat Broome, Encrage : Sean Parsons
En l’an 2019, dans un futur apocalyptique dominé par une race extra-terrestre maléfique connue sous le nom des Daemonites, un groupe de mutants (dont Logan fait partie) et d’anciens membres d’une section secrète appelée WILDC. A. T. S. ont réussi à modifier le passé, éliminant par conséquent l’influence des Daemonites dans l’histoire de l’Humanité. Donc, alors que les événements de la précédente parution ont bien eu lieu, ils ne font plus partie dorénavant de la continuité actuelle car Deathblow provient du même univers que les WILDC. A. T. S.



Aron Wiesenfeld and Richard Bennett, Deathblow/Wolverine #2.


Traduction par Florian PLATEL.

Site Web Adaptif

  • Marvel World est désormais adaptif pour un maximum de confort de lecture sur n'importe quel type de terminal !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 13
    Membre : 0