M’enregistrer  |  Connexion

Recrutement. Aidez-nous !


Nous recherchons actuellement des fans Marvel bénévoles pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel. Si vous possédez un bon niveau de traduction de l'anglais vers le français et que Marvel World vous a un jour aider, il est temps de nous rendre la pareille !

Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

L'Armurerie d'Iron Man - Version Française - Marvel-World.com

Qu'est ce que "L'armurerie d'Iron Man" ?

"L'armurerie d'Iron Man" est un travail de recherche de M. Tim Rassbach qui a pour but de recenser l'ensemble des armures portées par Iron Man. M. Rassbach nous a très gentillement permis de traduire son travail pour le public francophone.

Nous vous invitons trés fortement à faire une petite visite sur le site officiel, à ladresse suivante : http://www.ironmanarmory.com/

L'ensemble des droits d'auteurs de cette page revient à M. Tim Rassbach, Marvel World assure uniquement une traduction.

L'armure Ultrapower - Non Solaire

News » Marvel » Historique » L'Armurerie d'Iron Man : VF » L'armure Ultrapower - Non Solaire (4559 lecture(s))

Armures classiques ultrapower

L’armure néo-classique n’aura pas duré longtemps. Après avoir subi une nouvelle rechute en raison de sa santé cardiaque plutôt fragile, Tony Stark passa 49 heures non-stop à se façonner une nouvelle armure dont il aurait vraiment beaucoup plus l’utilité. Bien qu’incorporant quelques dispositifs à la pointe de la technologie, l’armure classique Ultrapower, Modèle VIII, fut conçue autour d’un design particulièrement familier à Stark : le plastron médicalisé.

L’armure classique Ultrapower vécu longtemps (plus de 100 sorties). Résultat, le modèle VIII comporte une série assez complexe, divisée en deux sous-modèles bien distincts :

L’armure classique ultrapower non solaire

Coup de force

Bien que Tony Stark en était à plus de 100 parutions dans les "Tales of Suspense", il fut projeté au commencement. Au tout début même à vrai dire.

Dans Iron Man #98, malade et fragile après avoir subi une nouvelle rechute à cause de son cœur, Stark dû s’orienter vers ses précédentes armures en termes de conception. Son cœur dangereusement faible le força de nouveau à porter en permanence le plastron de l’armure pour le maintenir en vie – comme aux premiers jours. Son armure Néoclassique, qui n’a pas duré longtemps, était hors-service. Et il avait besoin de quelque chose de mieux. Donc Tony passa 49 heures non-stop à se façonner une nouvelle armure dont il aurait plus l’utilité. Résultat : l’armure classique Ultrapower, Modèle VIII-A, Version I.

Partis les thermocouples et les collecteurs solaires – sacrifiés afin de faire de la place pour les milliers de microcircuits d’assistance médicale et de cellules électroniques de stockage. Pour la première fois depuis des années, Iron Man ne fonctionnait pas à l’énergie solaire. Ce fut un tournant radical dans la philosophie de Tony au niveau de ses conceptions, mais il n’eut pas le choix. L’énergie solaire était un luxe qu’il ne pouvait s’offrir. Il avait besoin de ce "coup de bourre" permanent que seule une source d’énergie interne et directe pouvait procurer.

A cette fin, le nouveau système d’alimentation d’Iron Man devint un double système bénéficiant d’énergie supplémentaire emmagasinée dans les compartiments sur les hanches. (Ces compartiments électromagnétiques pouvaient également être utilisés pour générer un champ de force ou un rayon tracteur). Une conception de circuits toute nouvelle, bien plus efficace, permit une réduction significative de l’espace occupé normalement par les précédents, laissant ainsi de la place pour ajouter de nouvelles innovations à l’armure, et plus particulièrement au niveau des défenses (plus d’informations ci-dessous).


L’armure classique Ultrapower comprenait une seconde peau impénétrable composée d’un alliage d’acier résultant de la fusion d’atomes de fer et de cuivre contrôlée par un ordinateur (qui était à la pointe de la technologie à l’époque). Grâce à la composition moléculaire unique de son armure – sans parler du satellite de numérisation de même fabrication utilisé par le SHIELD -- les ordinateurs du laboratoire de Stark pouvaient traquer et localiser son armure n’importe où dans le monde.

L’armure était extrêmement résistante et incroyablement souple à la fois, et dure comme l’acier – tout en étant parcouru intégralement par de microscopiques circuits électroniques. L’intérieur était en adéquation avec le rembourrage interne amélioré. Lorsque combiné à la coque de métal externe, ce rembourrage permettait à Stark de survivre à une chute libre de plusieurs dizaines de mètres, ou encore de résister à des déflagrations multiples de missiles sol-air, même à bout portant.

Alors que le revêtement réfractaire de l’armure avait la capacité de repousser la plupart des chocs électriques, elle était toutefois vulnérable aux décharges d’énergie ionique. Ce même revêtement offrait également à Iron Man une protection contre les radiations.

Tête de Fer conservait dans son compartiment droit à la hanche un dispositif anti-décharges électromagnétiques. En puisant dans l’alimentation des répulseurs, il devenait un rayon tracteur incroyablement puissant. D’autres gadgets : des forets à pointe diamantée sur chaque main (permettant à Iron Man de creuser dans le substrat rocheux) ; un foret à tête diamantée plus petit et rétractable dans le petit doigt (avec des accessoires supplémentaires stockés dans le revers de la botte droite) ; une scie sauteuse de précision rangée dans le gantelet (des butoirs dans le gant empêchaient les lames de couper plus profondément que nécessaire) ; une scie circulaire mécanique dans la main droite ; disques-ventouses magnétiques dans les paumes ; et un système d’émission de fumigène inséré dans le poignet. Tony embarque également un câble de recharge pour les urgences.

L’ordinateur cybernétique de l’armure Ultrapower classique était situé dans le casque, au milieu de tous les autres capteurs. Les capteurs auditifs du casque abritaient des amplificateurs de son ainsi qu’un radar et un sonar. (Le sonar pouvait être utilisé pour traquer les adversaires ou comme arme en amplifiant le signal de manière intensive). Un brouilleur intégré permettait d’invalider la menace nucléaire de certains missiles. Il y avait également un amplificateur d’ondes audio-soniques et un tout petit magnétophone. La combinaison possédait également une radio multi-fréquences au niveau des oreilles pour la communication mais Tony transportait aussi des mini-récepteurs qu’il pouvait distribuer à d’autres personnes afin de communiquer avec elles.

Un bouton de chaleur à induction placé sur la poitrine et actionné par Tony lui permettait de faire fonctionner les circuits thermiques internes pour faire fondre la glace de son armure. Les systèmes de chaleur à induction ou d’air conditionné pouvaient être utilisés de manière offensive ou défensive comme bon lui semblait. Sur le modèle VIII, ils étaient situés près du gyroscope principal, au niveau du ventre.

Un bouton au niveau du col/menton permettait à Iron Man de relever son masque. Le casque possède également des protections en plexiglas au niveau des yeux pour plus de sécurité ainsi que des lentilles spéciales pour le microscopique, le téléscopique, l’infrarouge et les rayons X. Un système de filtration d’air interne garantit à Iron Man un air propre et respirable en permanence. L’armure classique Ultrapower, Version I, comme les précédentes, possédait des patins à fusée et des lames aux poignets. Les bottes contenaient des propulseurs pour pouvoir voler ; était également intégré un extincteur automatique.

Sur le poignet gauche, on trouvait une jauge de puissance.

Equipement spécial : Stark a amélioré sa légendaire "mallette à malice". Maintenant, elle ne laisse pas seulement échapper des gaz lacrymogènes sur d’éventuels voleurs, mais elle est également équipée d’un réservoir d’acide qui se déverse à l’intérieur pour détruire à la fois la mallette et l’armure – ne laissant ainsi qu’un amas visqueux de matière.

Arsenal : répulseurs ; aimants palmaires (étaient si puissant qu’ils pouvaient produire des champs électromagnétiques capable de neutraliser les bagues du Mandarin) ; rayon à photon (sur l’index gauche) ; rayon central multi-fonctions présentant un puissant rayon répulseur pouvant également projeter des rayons lumineux sur les différentes fréquences spectrales (y compris sur l’ultraviolet). Et le fait d’inverser brusquement la polarité des champs magnétiques du rayon, permettait de déchiqueter à peu près tout ce qu’il voulait. Après avoir été victime du "toucher magique" de Midas, Stark pu s’en débarasser mais en abîmant irrémédiablement l’armure version I par la même occasion, la rendant par conséquent inutilisable. Afin de repartir dans le feu de l’action, Tony a dû utiliser les restes épars des pièces détachées de son armure afin de s’en confectionner une nouvelle plus ou moins potable. Cependant, peu de temps après, Stark revint avec une version beaucoup plus récente.

Modèle VIII-A, Version II

Insatisfait de son approvisionnement en énergie, Stark s’appliqua rapidement à confectionner de nouveaux gadgets d’alimentation, rendant le tout beaucoup plus performant, et laissant ainsi place à l’armure classique Ultrapower, modèle VIII, Version II, dans Iron Man #108.

Tout d’abord, il renforça l’électro-thermocouple afin d’améliorer la consommation d’énergie. Ensuite, comme il ne bénéficiait pas vraiment d’une alimentation solaire totale, il en profita pour rajouter des unités de conversion solaire qu’il plaça sur les revers de ses bottes afin d’améliorer ses différentes options au niveau de l’alimentation. L’ensemble du système était maintenant configuré autour d’une cellule d’alimentation principale (approvisionnée en énergie via les petites capsules au niveau des hanches, comme pour les combinaisons précédentes) couplée à des unités de secours, en plus des nouvelles options susmentionnées.

Tony rajouta également un pacemaker supplémentaire ainsi qu’un pack d’alimentation d’urgence et des inducteurs d’énergie, juste pour s’assurer qu’il pourrait utiliser toute l’alimentation dont il pourrait avoir besoin pour sa survie. Et finalement, un bonus supplémentaire en plus de tout ce système permettait à l’armure classique Ultrapower d’absorber les décharges d’énergie puis de les disperser dans l’air sans aucun dégât collatéral.

Le modèle VIII, version II était une armure particulièrement résistante. En une seule sortie, elle supporta des décharges de laser, des torpilles à photon, et une chute depuis l’espace – en incluant l’entrée dans l’atmosphère – avec un atterrissage en eaux peu profondes, et le tout en préservant l’intégrité de Tony. L’armure bénéficiait d’un recycleur intégré avec une alimentation en oxygène interne mais limitée. Un capteur d’étanchéité s’activait au contact du froid, du gaz, du manque d’oxygène (y compris dans le vide spatial), ou encore, toute blessure de l’occupant le confinerait dans l’armure de manière à le protéger du mieux possible.

Tony améliora le revêtement réfractaire sur la Version II. En plus d’une meilleure protection contre les radiations, il facilitait la dissipation de la chaleur sur la couche externe de l’armure. (Les unités thermiques de la combinaison pouvaient la décongeler en cas d’exposition prolongée au froid intense par exemple).

Les capteurs étaient réglés afin de prévenir Iron Man de tout objet ou corps approchant dans un rayon de 800m. Les amplificateurs du casque pouvaient détecter des signaux subsoniques. Les gyro-stabilisateurs, situés à l’intérieur d’un compartiment au niveau du ventre, pouvaient s’adapter à la gravité zéro de l’espace. Un capteur/scanner général permettait à Iron Man d’identifier toute sorte de métal et autres matériaux. La combinaison était également dotée de détecteurs de radiations.

A l’instar de tout le reste, le cyber-ordinateur intégré a également été amélioré. En modifiant son armure et ses sous-systèmes afin de pouvoir la connecter aux autres ordinateurs, le modèle VIII, Version II était équipé d’une connectivité de télé-présence Stark assez révolutionnaire. Cela lui permettait d’interfacer mentalement avec d’autres systèmes, voire d’être capable de prendre le contrôle de certains d’entre eux (de cette manière, il a même eu la possibilité de piloter un navire). Malheureusement, comme avec les versions précédentes, les réactions du système externe voyageait vers Iron Man via ce même système de contrôle des connexions – ce qui pouvait s’avérer fatal. Un panneau de contrôle secondaire était situé sur le poignet du gantelet gauche. Egalement dans le casque : de nouvelles visières oculaires, qui s’abaissaient automatiquement pour protéger les yeux de Tony en cas de besoin. Des filtres infrarouge glissaient au niveau des cavités oculaires afin de booster les capteurs infrarouge.

Iron Man conserva sa traditionnelle capacité magnétique, mais en concevant un gant spécial (ressemblant à un poing américain) qui pouvait créer des champs magnétiques au besoin. Cet appareil servait lorsqu’Iron Man voulait magnétiser un objet. Les capsules au niveau des hanches pouvaient également être utilisées pour créer des champs magnétiques ou se régler afin de pouvoir se transformer en rayon tracteur.

Les roulettes à propulsion et les jet-boots faisaient toujours partie du package sur la version II, mais quand même légèrement affinées depuis la version I-A.

De la mousse carbonique diffusée par des conduits situés dans le col ainsi que dans les revers des bottes et des gants servaient à étouffer les flammes.

Equipement spécial : Une autre particularité de cette combinaison : la furtivité. Elle comportait un système plutôt rudimentaire – quoique très en avance pour l’époque – qui, une fois activé, était en mesure d’empêcher Iron Man de se faire détecté par la technologie d’alors.

Arsenal : Cette armure possédait tout ce qui était présent sur la première version plus un laser rajouté au vario-rayon

Tony pénétra et ressorti de son armurerie à travers une trappe dans le toit ouverte à l’aide d’une impulsion subsonique.

Traduction par Florian Platel

Copyright

Cette page est copyright 2001, 2002, 2005 Tim Rassbach.

Iron Man et tous les personnages associés sont la propriété de Marvel Comics.



Site Web Adaptif

  • Marvel World est désormais adaptif pour un maximum de confort de lecture sur n'importe quel type de terminal !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 13
    Membre : 0