Recrutement


Nous recherchons actuellement des fans Marvel bénévoles pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel. Si vous possédez un bon niveau de traduction de l'anglais vers le français et que Marvel World vous a un jour aider, il est temps de nous rendre la pareille !

Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Encyclopédie - Osborn, Norman - Marvel-World.com

Encylopédie - Osborn, Norman

Véritable nom : Norman Virgil Osborn
Profession : Actuellement aucune, ancien directeur du HAMMER, de l’Initiative des 50 Etats, industriel, homme d’affaires, scientifique, responsable de projet fédéral, cerveau criminel
Statut légal : Citoyen des Etats-Unis peut-être avec un casier judiciaire (amnistié partiellement)
Identité : Publiquement connue
Autre identité : The Green Goblin (VO) ; le Bouffon vert, Iron Patriot, le Roi Bouffon, le Bouffon, Scrier
Lieu de naissance : New Haven (Connecticut, Etats-Unis)
Situation de famille : Veuf
Parents connus : Emily Osborn (épouse, décédée), Harold « Harry » Osborn (le Bouffon vert, fils), Liz Allan-Osborn (ex-belle-fille), Norman Osborn Jr (petit-fils), Stanley Osborn (petit-fils), Gabriel Stacy (le Bouffon gris/American Son, fils), Sarah Stacy (fille), Ambrose Osborn (père, décédé), Alton Osborn (le « baron voleur », arrière-grand-père, décédé)
Appartenance à un groupe : Ancien membre des Vengeurs noirs, ancien chef de la Cabale, ancien directeur du HAMMER, ancien président d’Oscorp Industries, ancien directeur des Thunderbolts, membre associé de la Commission aux Activités Surhumaines, fondateur et ancien chef des Sinister Twelve, des X-Men noirs, ancien propriétaire du Daily Bugle, membre du Club des Damnés
Base d'opérations : Actuellement le Mont Charteris (Colorado, Etats-Unis), autrefois New-York (New-York, Etats-Unis), l’Europe
Première apparition :
- Bouffon vert : VO : Amazing Spider-Man (vol.1) # 14 (juillet 1964, par Stan Lee & Steve Ditko) – VF : Marvel (Lug) n°9 (décembre 1970)
- Norman Osborn (anonyme) : VO : Amazing Spider Man (vol.1) # 23 (avril 1965, par Stan Lee & Steve Ditko) – VF : Strange n°21 (septembre 1971)
- Norman Osborn (nommé) : VO : Amazing Spider Man (vol.1) # 37 (juin 1966, par Stan Lee & Steve Ditko) – VF : Strange n°35 (novembre 1972)
- Iron Patriot : VO : Dark Avengers # 1 (mars 2009,par Brian M. Bendis & Mike Deodato) – VF : Dark Reign n°1 (octobre 2009)
Taille : 1m80
Poids : 84 kg
Yeux : Bleus
Cheveux : Roux

Histoire :
I. L’industriel corrompu

Norman Osborn, le premier Bouffon vert, est le fils de l’industriel Ambrose Osborn et naquit à New Haven, dans le Connecticut. Norman naquit dans une famille riche, dont la fortune remontait à Alton Osborn, l’arrière-grand-père de Norman, surnomme le « baron voleur » par ses adversaires. Bien que brillant étudiant dans le domaine scientifique, Norman connut une enfance et une adolescence très difficile après des premières années heureuses quand son père perdit le contrôle de son entreprise à cause de son alcoolisme et retourna alors sa colère et sa frustration contre sa femme et son fils. Traumatisé par la ruine, le jeune Norman tua le chien de la famille, y voyant une autre bouche à nourrir. L’ampleur des sévices physiques et moraux subis par Norman à cette époque demeure inconnu mais il est certain qu’il fut, en au moins une occasion, enfermé et abandonné seul dans l’une des résidences des Osborn par son père, dans le but de l’endurcir. C’est dans ce manoir sombre que Norman eut des visions d’une créature « verte, à l’apparence démoniaque » qui venait le tourmenter régulièrement. Norman résista en acceptant sa propre violence et goût pour le mal, probablement le point de départ de sa mégalomanie future. Au lycée, Norman étudia la chimie et l’ingénierie électrique ; au cours de ses études, il rencontra puis, adulte, épousa Emily, avec laquelle il eut un fils, Harry, quelques années plus tard. Emily Osborn eut une influence apaisante sur Norman, lui apportant un équilibre émotionnel qu’il n’avait jamais connu jusque là et Norman aima profondément son épouse. Malheureusement, moins d’un an après la naissance de Harry, Emily Osborn tomba malade et décéda. Cette tragédie rendit Norman particulièrement amer, le conduisant à oublier son chagrin dans le travail, l’amenant à négliger son fils, comme lui-même avait été négligé par son propre père ; de plus, son degré d’exigence, toujours insatisfait, envers la réussite de son fils pour ses études, l’amena à ridiculiser voire mépriser Harry, renforçant le sentiment d’insécurité et d’absence d’amour paternel ressenti par celui-ci. Sur le plan professionnel, Norman s’associa au Dr Mendel Stromm pour fonder une nouvelle société, Osborn Industries, dont il devint le copropriétaire et le président, spécialisant sa société dans les produits chimiques au travers de sa filiale, Osborn Chemicals et aussi dans d’autres domaines de pointe, comme la robotique ; industriel impitoyable, Norman ne tarda pas à faire de sa société une entreprise solide et reconnue sur le marché.

Sans qu’Harry ou les associés de Norman ne s’en doutent, le désir de réussite et de pouvoir de Norman le conduisit à participer à la création de criminels surhumains pour menacer la communauté héroïque, s’assurant de cette manière que les héros seraient trop occupés par ces adversaires pour s’intéresser aux affaires des entreprises aux activités douteuses. C’est dans ce cadre qu’il mit au point un traitement chimique qu’il décida de tester sur un cobaye humain, l’un des employés d’Osborn Industries appelé Nels van Adder, le transformant en le monstrueux « Proto-Bouffon » rouge. Van Adder se lança dans une série de meurtre, menaçant la vie de Norman, qui ne dut la vie sauve que grâce à l’intervention de son chef de la sécurité, Arthur Stacy, et le frère de celui-ci, le capitaine de police George Stacy. Face à l’enquête qui suivit cette affaire, Norman put toutefois repousser tous les soupçons pesant sur lui et reprit rapidement ses recherches. Peu après, Norman découvrit les propres recherches de son associé, Mendel Stromm, sur un sérum améliorant la condition physique d’un individu ; désirant s’en emparer tout en gardant le secret, Norman fit accuser Stromm de détournement de fonds de la société ; Stromm fut alors arrêté, condamné et incarcéré, laissant Norman seul propriétaire et dirigeant d’Osborn Industries. Norman étudia les recherches de Stromm et se lança dans la fabrication du sérum ; lors de l’expérience, celui-ci devint brutalement verdâtre avant de lui exploser au visage. Norman fut hospitalisé mais se remit et découvrit peu après que ses capacités physiques et mentales avaient été grandement améliorées ; cependant, l’industriel ne réalisa pas que cette amélioration s’était faite au détriment de sa santé mentale, le rendant encore plus mégalomane qu’il ne l’avait été jusque là. Parallèlement, grâce à la réussite de sa société, Norman s’imposait comme une figure de la haute société new-yorkaise, nouant de nombreux liens avec d’autres personnalités de la ville, intégrant ainsi le Club des Damnés.

Norman poursuivit le développement de sa société, n’hésitant pas à recourir à des méthodes criminelles. C’est ainsi qu’il entra en contact avec les Enforcers. C’est à leurs côtés qu’il entra en conflit avec un Namor encore amnésique qui venait de détruire plusieurs équipements de l’industriel. Peu après, un ami de Namor, John, fut retrouvé par Norman et les Enforcers et sévèrement battu afin de livrer des informations sur le responsable du saccage. John refusa cependant de répondre et Norman et ses associés le laissèrent pour mort sur place. Tout en continuant à développer sa firme, Norman commença à nourrir l’ambition d’étendre son pouvoir sur les activités criminelles, afin d’accroître de manière illégale les profits de sa société – et vraisemblablement pour éliminer la concurrence. Dissimulant son identité, il profita de la chute du Grand Patron (Frederick Foswell) face au nouveau héros Spider-Man (Peter Parker) pour tenter de combler le vide ainsi apparu dans la pègre new-yorkaise. Afin d’asseoir sa réputation aux yeux des autres criminels, il décida de prendre pour cible le héros. Il commença par engager le Scorcher pour que celui-ci s’empare de plans confidentiels d’équipements électroniques, d’explosifs et de turbines à réaction miniaturisées afin de les utiliser pour son seul compte. Avec ceux-ci, il commença par équiper un autre agent, baptisé le Bourreau, et envoya celui-ci et le Scorcher éliminer Spider-Man.

II. La naissance du Bouffon vert

Après l’échec des deux hommes, Norman décida de prendre directement les choses en mains et se conçut son propre équipement – dont un balai volant, qui allait évoluer vers une aile volante monoplace, et diverses armes comme des grenades explosives en forme de citrouilles, des sortes de shuriken en forme de chauve-souris et des gants projetant des décharges électriques – et une identité costumée, celle fantasque du Bouffon vert, s’inspirant du monstre de son enfance. Se souvenant des débuts télévisés du tisseur, Norman contacta le producteur cinématographique B.J. Cosmos et attira Spider-Man au Nouveau Mexique, sous couvert de réaliser un film sur ses exploits, s’assurant ainsi qu’il aurait des preuves visuelles de la défaite du héros. Le Bouffon vert reprit les Enforcers à son service pour l’assister dans sa tâche mais l’attaque contre Spider-Man lors du tournage fut interrompue par l’arrivée inattendue de l’incroyable Hulk et le Bouffon prit alors la fuite, le premier ennemi du tisseur à lui échapper, conservant ainsi le secret de sa véritable identité. Norman, comme le Bouffon vert, entra en contact avec le gangster « Lucky Lobo », lui promettant de le débarrasser de Spider-Man. C’est alors que le Bourreau réapparut, cherchant à se venger du Bouffon qui l’avait abandonné. Le Bouffon vert maîtrisa le Bourreau et, quelques semaines après, le Bouffon vert fit une nouvelle tentative, seul cette fois, affrontant à la fois Spider-Man et la Torche humaine lors d’une réunion du Fan Club de Spider-Man ; le tisseur, inquiet pour la santé de sa tante, abandonna le combat et le Bouffon abandonna à son tour la lutte contre la Torche.

Après ces tentatives avortées, et avoir en vain essayé de former une alliance avec l’Epouvantail, Norman tourna alors ses efforts sur la prise de contrôle du gang de Lobo ; mais, l’intervention de Spider-Man conduisit non seulement à l’arrestation de Lobo mais aussi à celle de son gang, faisant disparaître le bénéfice escompté par Norman. Peu après, un nouveau rival à la tentative d’hégémonie de Norman apparut en la personne du Maître du Crime (alias Nick Lewis). Norman forma une alliance avec celui-ci dans le but d’éliminer le tisseur, tout en complotant pour faire également tomber son concurrent. Après s’être révélé mutuellement leurs identités secrètes pour sceller leur alliance – même si Norman dissimula son propre visage derrière un masque à l’effigie de l’éditeur J. J. Jameson – ils entreprirent de réunir les gangs criminels de la ville. Alors que Norman organisait une cérémonie factice pour créer une diversion, les hommes du Maître du crime tentèrent de s’emparer d’une Machine sismique ; l’opération fut interrompue par Spider-Man et le Bouffon vert intervint alors directement. Sentant que le Bouffon l’utilisait pour une vengeance personnelle, le Maître tenta de les tuer tous les deux. Le Bouffon put prendre la fuite, jurant de s’occuper du Maître du crime, celui-ci ayant les moyens de faire le lien avec sa véritable identité, Norman étant un proche ami de Jameson. Peu après, le Bouffon vert put capturer Spider-Man et l’amena, inconscient, devant plusieurs gangsters réunis pour écouter un discours du Maître du crime qui cherchait à unir les gangs sous sa seule autorité. Alors que Norman et ce dernier s’invectivaient mutuellement, Spider-Man reprit connaissance et, dans la confusion générale qui s’en suivit, aussi bien le Bouffon que le Maître purent s’échapper. Tandis que ce dernier était peu après tué par les forces de police lors son arrestation avant d’avoir pu révéler ses informations sur le Bouffon, Norman décida de se faire discret après ces échecs, préférant attendre que Spider-Man ne baissa sa garde pour l’attaquer de nouveau. Au cours des mois qui suivirent, son fils Harry s’inscrivit à l’Empire State University de New York, où, ironiquement, il devint l’ami de Peter Parker.

De son côté, après ses échecs avec Spider-Man, Norman changea de tactique, revenant à sa première stratégie en engageant Kraven le Chasseur pour attaquer le tisseur, une tentative qui ne connut pas plus de succès que les précédentes. Pendant ce temps, Norman établissait tout un réseau de repaires sécurisés pour entreposer son équipement du Bouffon et autres accessoires, à travers la ville de New York. Peu après, Mendel Stromm sortit de prison et initia immédiatement un plan pour se venger de son ancien associé, concevant plusieurs robots qu’il envoya contre lui. Ignorant la double identité de Norman, Spider-Man fit échec à ce plan, en défendant le père de son nouvel ami et Norman et Parker se rencontrèrent à cette occasion pour la première fois en civil, ignorant chacun la double identité de l’autre. Spider-Man remonta jusqu’au repaire de Stromm, détruisant les robots de celui-ci. Mais, de son côté, afin d’éviter que Stromm ne puisse faire des révélations compromettantes sur les activités d’Osborn ou faire le lien entre le sérum et le Bouffon vert, Norman le fit assassiner au moment où Spider-Man l’arrêtait. Spider-Man menaçant désormais aussi bien ses ambitions de chef de la pègre que ses activités malhonnêtes au sein d’Osborn Industries après l’affaire Stromm, Norman décida d’éliminer le monte-en-l’air une fois pour toute. Après avoir mis au point un gaz supprimant le sens d’araignée du héros et une aile volante silencieuse, le Bouffon put le suivre sans se faire repérer, découvrant alors la véritable identité de Spider-Man : le jeune étudiant Peter Parker, l’ami de son propre fils. Le Bouffon vert captura alors Parker près de sa maison de Forest Hills, l’emmenant dans l’un de ses repaires ; là, Norman lui révéla sa propre identité secrète, avant de se lancer dans le récit de ses origines, exposant aussi son intention d’éliminer le tisseur pour mieux contrôler la pègre. Convaincu de sa supériorité, il libéra le héros afin de le vaincre en duel singulier mais Spider-Man triompha ; leur combat détruisit le laboratoire de Norman, libérant divers produits qui, conjugués à l’incendie du bâtiment, provoquèrent l’amnésie de Norman qui oublia tous les événements depuis l’accident qui avait fait de lui le Bouffon vert. Pensant la menace écartée et refusant de livrer à la police le père d’un de ses amis, Spider-Man détruisit toutes les preuves liant Norman au Bouffon vert et le laissa être conduit à l’hôpital où Harry Osborn vint bientôt retrouver son père. Norman et son fils se réconcilièrent et les deux expositions aux produits chimiques déclenchèrent chez Norman un syndrome de double personnalité, entre un Norman plus aimant et soucieux de son fils et un Bouffon vert maléfique, désormais informé de la véritable identité de Spider-Man.

III. Une affaire personnelle

Peu après, Parker et Harry s’installèrent ensembles à New York et Parker croisa de nouveau Norman, constatant que l’amnésie de son ennemi perdurait. C’est alors que Kraven fut libéré de prison ; cherchant à se faire payer pour son attaque commanditée contre Spider-Man, Kraven attaqua Norman après avoir appris l’apparente disparition du Bouffon vert quelques semaines auparavant, et convaincu que Norman était l’intermédiaire entre lui et le Bouffon. Kraven affronta de nouveau Spider-Man mais il libéra Norman après avoir réalisé que celui-ci n’avait aucune idée de ses liens avec le Bouffon vert. Immédiatement après, Norman tenta de former une alliance avec Kraven pour de futurs projets mais le Chasseur rejeta sa proposition. Cependant, l’amnésie de Norman ne devait être que temporaire. Ainsi, au cours des mois qui suivirent, Norman redevint le Bouffon vert à deux reprises, retrouvant alors la mémoire et surtout le secret de l’identité de Spider-Man, avant d’être à chaque fois vaincu par le tisseur et replonger alors dans l’amnésie. Vers la même époque, après avoir aidé à sauver la petite amie de Parker, Gwen Stacy, et son père, George Stacy, désormais à la retraite, tous les deux enlevés par les hommes du Caïd, Norman eut une brève liaison avec la jeune fille ; cette aventure conduisit Gwen Stacy à se retrouver enceinte de Norman ; le sérum du Bouffon accéléra la grossesse et Stacy se réfugia en France pour y accoucher en secret de jumeaux, Gabriel et Sarah. Même si la jeune fille laissa les enfants à la garde d’employés de Norman, elle lui refusa la garde des jumeaux, redoutant que ceux-ci ne connaissent la même enfance et adolescence difficile de Harry, qui, de plus en plus perturbé et fragile, venait se tourner vers la drogue pour apaiser son sentiment de malaise. Ces évènements devaient déclencher le second retour du Bouffon vert, qui fut vaincu à nouveau par Spider-Man quand le héros montra à Norman l’addiction de son fils à la cocaïne. A nouveau, le Bouffon disparut. Mais le répit devait être de courte durée ; la conjonction de l’addiction de son fils et sa paternité de Gabriel et Sarah Stacy entretinrent l’instabilité mentale et le caractère mégalomane de Norman. Il se mit à mépriser l’attitude et la lâcheté de Harry, le trouvant indigne du nom des Osborn. Si Norman n’expliqua jamais clairement sa réaction, le parallèle entre l’alcoolisme de son père, responsable de la ruine de sa famille, et l’addiction à la drogue de Harry est frappante et justifie peut-être l’attitude intransigeante et méprisante de Norman à l’égard de son fils, alors que lui-même avait réussi à faire face à l’adversité.

Norman commença par menacer Gwen Stacy pour qu’elle lui donne les enfants, mais celle-ci refusa et lui annonça être prête à révéler toute la vérité à Parker, confiante dans le fait que l’amour de celui-ci à son égard leur permettrait de surmonter cette erreur et qu’une fois mariés, ils pourraient élever ensembles les jumeaux. Cette réaction déclencha le troisième « réveil » du Bouffon vert, qui devait augurer des heures les plus sombres de Spider-Man. Réalisant qu’il disposait à présent de deux nouveaux héritiers au lieu de Harry, Norman redevint le Bouffon vert. Cette fois, pour atteindre autant Parker que Gwen Stacy, le Bouffon vert kidnappa Stacy, l’amenant au sommet du pont George Washington de New York, y attendant le tisseur. Au cours de leur bataille, Norman précipita Stacy du haut du pont, causant la mort de la jeune fille par la rupture de ses vertèbres et brisant le cœur de son adversaire, avant de prendre la fuite. Spider-Man, enragé à son tour, le poursuivit jusqu’à l’un de ses nouveaux repaires et faillit le tuer de ses mains, avant de se retenir au dernier moment, refusant de devenir comme son ennemi. Le Bouffon tenta alors d’éliminer le tisseur avec son planeur mais le héros évita l’attaque grâce à son sixième sens et le planeur transperça la poitrine de Norman, qui sembla alors trouver la mort et, ainsi, payer pour l’assassinat de Stacy. Le chagrin reprenant le dessus, Spider-Man abandonna le corps sans vie de son ennemi, convaincu que, cette fois, le cauchemar était véritablement terminé.

IV. Successeurs et réapparition

Cependant, Harry Osborn, en pleine dépression à cause de sa prise de drogue, avait secrètement assisté à toute la scène. Après le départ de Spider-Man, il retira à son père son costume du Bouffon vert, effaça toutes traces des activités criminelles, avant que la police n’arrive sur les lieux et ne transféra le cadavre à la morgue. Ainsi, l’identité secrète de Norman fut préservée et sa réputation demeura intacte. Toutefois, la « mort »de Norman n’était pas ce qu’elle semblait être ; le sérum du Bouffon avait conféré à Norman un facteur de guérison extrêmement rapide qui répara ses organes internes, et lui permit de reprendre conscience. S’éveillant dans la morgue, Norman décida de dissimuler sa résurrection et plaça à sa place un mendiant trouvé dans une rue voisine, qu’il assassina de ses mains. Regagnant sa demeure, Norman y fut ravi d’apercevoir son fils Harry devenu un nouveau Bouffon vert et jurant de se venger de Spider-Man ; décidant de faire confiance à Harry et de lui donner une chance de prouver sa valeur, Norman quitta les Etats-Unis pour l’Europe, dissimulant à tous sa survie. Désormais, la double personnalité de Norman avait disparu et Norman était redevenu pleinement et de manière permanente le Bouffon vert.

En France, Norman put recueillir les deux jumeaux, Gabriel et Sarah, les élevant dans la haine de Spider-Man, leur cachant sa propre paternité et sa responsabilité dans le décès de leur mère, rejetant l’ensemble de ses torts sur le tisseur. Norman constata vite que le sérum avait induit une mutation dans les gènes de ses enfants, ceux-ci grandissant à un rythme accéléré. Tout en élevant les jumeaux, Norman se consacra pleinement à ses activités criminelles, prenant le contrôle d’une organisation criminelle internationale : la Cabale des Scrier. Harry ayant été vaincu et interné, Norman envoya peu après l’un de ses hommes auprès de l’un des professeurs de Parker, le Dr Miles Warren, lui proposant son aide – anonyme – dans son projet de clonage humain ; Warren accepta et conçut ainsi un clone de Gwen Stacy et de Peter Parker – le futur Ben Reilly – après plusieurs échecs. Mais Warren, devenu le Chacal, échoua dans ses intentions d’éliminer Spider-Man et les clones quittèrent New York pour trouver leur voie ; de son côté, Norman passa les années suivantes en Europe, entre l’éducation des jumeaux et la gestion de la Cabale. Remis de sa dépendance et de sa dépression, Harry Osborn devint le propriétaire et président d’Osborn Industries, se mariant avec Liz Allan ; ensembles, ils eurent un fils, baptisé Norman Osborn Jr. Harry revêtit à plusieurs reprises l’identité du Bouffon vert, avant de finalement trouver la mort à cause d’une version déficiente du sérum du Bouffon (après son décès, Spider-Man découvrit des enregistrements de Harry dans lesquels il revendiquait avoir été responsable de l’accident ayant fait de Norman le Bouffon vert, pour le punir de sa négligence ; cependant, la propre santé mentale de Harry était alors vacillante et la véracité de ces enregistrements demeure à confirmer). Après la première tentative de Harry comme Bouffon vert, d’autres individus exploitèrent également l’héritage du Bouffon durant le séjour européen de Norman : le Dr Barton Hamilton, psychiatre de Harry, puis Roderick Kingsley, ses pions « Lefty » Donovan et Ned Leeds , ainsi que Jason Macendale, tous connus sous le nom du Super-Bouffon ; c’est après cela que Harry, redevenu le Bouffon vert, trouva la mort, remplacé quelques mois plus tard par le jeune Phil Urich, qui devint le quatrième Bouffon vert et le premier à mener une carrière héroïque, une carrière qui s’acheva durant les événements d’Onslaught.

Après la mort de Harry Osborn, Norman décida de regagner les Etats-Unis pour briser lui-même Spider-Man ; dissimulant sa présence à son ennemi, il commença à orchestrer une série d’événements destinés à briser le tisseur, recrutant à cette fin le scientifique Seward Trainer, le psychiatre Judas Traveller, son ancien associé Stromm – devenu le cyborg Gaunt – et renouant avec le Chacal. Il commença par enlever May Parker, alors hospitalisée, et la fit remplacer par un sosie à son image, sosie qui devait décéder quelques semaines plus tard, entamant ainsi la campagne de Norman contre Parker. Peu après, il obligea Trainer à manipuler les résultats d’un test afin de convaincre Peter Parker qu’il n’était qu’un clone et que le véritable Spider-Man n’était autre que Ben Reilly (le véritable clone du monte-en-l’air qui avait survécu à leur confrontation). Cependant, avec son épouse, Mary-Jane Watson Parker, enceinte et la possibilité d’une vie sans Spider-Man, Parker abandonna volontairement son identité à Reilly. Peu satisfait de ce résultat, Norman regagna les Etats-Unis et décida de révéler officiellement sa survie au héros et l’ampleur de ses manipulations, alors même que Parker et Reilly commençaient à remonter la piste menant jusqu’à Norman. Norman, après avoir tué Trainer puis Gaunt, revêtit brièvement l’uniforme du Bouffon vert pour combattre les deux Spider-Men, une bataille au cours de laquelle Reilly trouva la mort en sauvant la vie de Parker. La désintégration du corps de Reilly prouva de manière incontestée que Parker était bel et bien le Spider-Man original et Reilly, le clone. En même temps, il utilisa l’infirmière Allison Mongrain pour tuer le jeune bébé de Parker juste après sa naissance, même si l’étendue des agissements de Norman sur ce point demeure encore floue.

V. Le retour de Norman Osborn

Par la suite, une partie de la Cabale des Scrier se détacha de lui, probablement inquiète de son obsession avec Spider-Man et Norman réorganisa ceux qui lui étaient restés fidèles au sein de l’Ordre du Bouffon, au sein duquel Norman adopta le titre du « Roi Bouffon ». Peu après son combat avec les Spider-Men, Norman révéla au grand public sa survie il reprit le contrôle de son entreprise, misant sur son ancienne réputation d’homme d’affaires. Optant pour une approche moins directe contre Parker et afin d’éviter toute enquête sur lui-même, Norman racheta également le Daily Bugle afin de pouvoir en contrôler la ligne éditoriale, s’évitant ainsi toute publicité négative, notamment les éditoriaux de Ben Urich (qui avait écrit, durant l’absence de Norman, un livre où il affirmait que l’industriel et le Bouffon vert ne faisaient qu’un). Norman justifia sa disparition en Europe afin de fuir ses ennemis, évoquant au premier chef d’entre eux Spider-Man et son retour par sa volonté de dénoncer la campagne de diffamation menée contre les Osborn par Urich et annonçant sa décision de découvrir la « véritable » identité du Bouffon. Parker réagit en revêtant son costume de Spider-Man et allant trouver Norman chez lui. Le tisseur frappa violemment l’industriel lors de cette confrontation, exactement comme l’avait espéré Norman. Ayant filmé toute la scène, il put alors faire accuser Spider-Man qui se retrouva poursuivi par la police, alors même que Norman mettait sa tête à prix. Pour mieux détourner les soupçons, Norman recruta le Dr Jonas Mueller (alias Dr Angst) pour modifier génétiquement un individu et le placer totalement sous son contrôle. Cette personne devint un nouveau Bouffon vert, venant ainsi renforcer les protestations d’innocence de Norman. Ce Bouffon « enleva » Norman Osborn Jr, le fils de Harry, pour mieux détourner les soupçons. Spider-Man intervint mais le bébé fut restitué à Norman par le criminel Override et Clarence Fielding, un simple citoyen honnête.

Norman organisa peu après l’enlèvement de Tabriaz Chaliz, la fille d’un ambassadeur étranger, par les criminels Conundrum et Jack O’Lantern. Spider-Man – sous l’identité de Prodigy, adoptée pour échapper à la police – affronta les deux hommes et put libérer Chaliz, sans découvrir le rôle de Norman derrière ces événements. Le tisseur put laver son nom des accusations en montrant que c’était Conundrum ou Jack O’Lantern qui avaient usurpé l’identité de Spider-Man pour agresser Norman. Spider-Man fut ainsi lavée des accusations et put reprendre sa véritable identité costumée. Quelques jours plus tard, Roderick Kingsley – qui avait été finalement arrêté et démasqué en tant que Super-Bouffon – laissa filtrer qu’il possédait un journal de Norman établissant formellement qu’il était le Bouffon vert. Alors qu’il était transféré de sa prison, Kingsley fut enlevé par le nouveau Bouffon vert, pour le compte de Norman, et livré à l’industriel. Libéré, Kingsley reconnut devant Norman qu’il avait bluffé et ne disposait plus d’un tel journal – tous les exemplaires ayant été brûlés lors d’un combat entre le Super-Bouffon et Spider-Man. Pour se venger, Norman s’empara de Kingsley Ltd, la société de son rival. Spider-Man, parti à la recherche de Kingsley, dut affronter le nouveau Bouffon vert et le Super-Bouffon, qui réussit à prendre la fuite – et se réfugia dans les Caraïbes, abandonnant apparemment sa carrière criminelle – et Norman put également s’échapper, en portant un masque du Bouffon. Norman fut victime par la suite d’une tentative d’assassinat, effectuée par Nitro pour le compte du Caïd mais il en réchappa, essentiellement grâce à l’aide réticente de Parker.

Déterminé à accroître encore sa puissance, Norman entreprit de réunir cinq fragments d’une tablette mystique, capable d’octroyer la vie éternelle, le pouvoir, la mort, la folie et la connaissance, au cours d’une cérémonie connue sous le nom du Rituel des Cinq. Nécessitant quatre autres volontaires pour accomplir le rituel, Norman recruta Madame Web, Martha « Mattie » Franklin (la future troisième Spider-Woman), Gregory Herd (alias Override) et Morris Maxwell. De son côté, Allison Mongrain avait été chargée de surveiller la véritable May Parker, retenue prisonnière toutes ces longues semaines ; mais, réalisant qu’elle était devenue un témoin gênant et redoutant d’être tuée sur ordre de Norman, elle décida de fuir, révélant toute la vérité sur le sort de la vieille dame à Joe Robertson, l’un des vieux amis de Parker. Norman envoya l’Homme de métal (Mark Raxton) pour l’arrêter mais si Mongrain fut finalement tuée, elle put cependant révéler la vérité à Mary-Jane Parker, révélant l’emplacement où était détenue May Parker. Bien que suspectant un nouveau piège de Norman, Spider-Man partit immédiatement la délivrer, convaincu qu’il s’agissait de sa fille, la jeune May Parker, mort-née. Au moment où le Rituel des Cinq était accompli. Au terme de celui-ci, Norman fut convaincu d’avoir reçu le don du pouvoir et d’être maintenant capable de vaincre Spider-Man. Sur le lieu de détention de Parker, Spider-Man et le Bouffon vert se firent face, Norman menaçant de faire exploser une « bombe ADN » afin de remodeler le monde à son image ; Spider-Man put immobiliser son ennemi avec sa toile mais découvrit alors que la prisonnière n’était pas sa fille, mais sa tante, bien vivante. Après avoir conduit May Parker chez les Fantastiques pour vérifier son identité et la soigner, Spider-Man fit de nouveau face au Bouffon vert, qui lui révéla que sa tante avait été remplacée par une actrice durant son coma et que c’est cette dernière qui était morte, des mois auparavant. Puis, après avoir expliqué qu’il avait implanté le détonateur de la bombe dans le crâne de May Parker, le Bouffon attaqua et sembla vaincre Spider-Man, le démasquant en public. Cependant, c’était la folie et non le pouvoir que Norman avait reçu et la démence l’avait conduit à imaginer sa victoire, alors même qu’il était vaincu par le tisseur. Chez les FF, Richards put neutraliser le détonateur dans le crâne de May Parker, qui reprit, après sa convalescence, sa vie avec son neveu et la femme de celui-ci. Complètement fou, Norman fut interné à l’hôpital de Bellevue où il fut démasqué par les gardiens et le médecin ; mais avant qu’ils ne puissent réagir, un groupe de Scrier de l’Ordre du Bouffon intervint, éliminant les témoins et emmenant Norman avec eux.

VI. Démasqué

Norman fut soigné par les Scrier, devant désormais prendre régulièrement un mélange de médicaments pour retrouver sa santé mentale. Durant sa convalescence, le cinquième Bouffon vert profita de cette période pour rechercher la formule originale du Bouffon afin de se stabiliser génétiquement et découvrir sa véritable identité. Malheureusement pour lui, ses efforts furent trop tardifs et il dégénéra totalement, fondant littéralement sous les yeux de Spider-Man et trouva ainsi la mort. Norman préparait sa revanche, travaillant avec Donald Menken, l’un des responsables d’Osborn Industries et également membre des Scriers. A l’hôpital privé où il était soigné, Norman tomba amoureux de Kolina Frederickson, son infirmière, qui lui rappela sa défunte épouse. Apprenant que Mary-Jane Parker était officiellement décédée (elle avait, en réalité, été enlevée par un admirateur et était séquestrée par lui) et que le jeune homme était ruiné, Norman jugea le moment opportun pour attaquer Parker, commençant par s’attaquer au courrier de Parker et son nouveau colocataire, Randy Robertson. Alors que Norman passait son costume de Bouffon vert, Frederickson le surprit ; par réflexe, le Bouffon jeta une bombe sur l’intrus, ignorant qu’il s’agissait d’elle, et manque de peu de la tuer. Norman décida de lui révéler son passé et de renoncer à tout pour elle. Pendant ce temps, drogué par Norman, Parker souffrait d’hallucinations, l’amenant à se prendre pour le Bouffon vert. Norman expliqua vouloir faire de Parker son nouvel héritier, en lieu et place du défunt Harry, envoyant en même temps Fredrickson et Menken dans sa résidence des Adirondacks. Réalisant que Norman devait être derrière ses hallucinations, Parker partit à sa recherche mais fut capturé par lui ; Norman conduisit Parker dans l’ancienne résidence des Osborn, où lui-même avait eu ses premières visions du Bouffon vert, afin de le convaincre de reprendre à son profit et volontairement le manteau des Osborn. Norman tortura physiquement et mentalement Parker pendant plusieurs jours pour le briser ; le héros craqua finalement sous le stress, avant de se rétracter à la dernière minute, jetant le sérum du Bouffon au visage de Norman avant de l’attaquer. Norman put prendre la fuite, tout en se targuant d’avoir malgré tout réussi puisqu’il avait brisé son adversaire, même brièvement, affirmant que tôt ou tard l’un d’eux finirait par tuer l’autre.

Norman, furieux que Parker ait refusé de se reconnaître comme un Osborn, revint alors à ses anciennes habitudes, manipulant un Flash Thompson alcoolique afin qu’il prenne le volant d’un camion et le précipite sur le Lycée de Midtown High, où travaillait Parker. L’accident provoqua de sérieuses blessures chez Thompson, qui resta dans le coma puis dans un état mental affaibli pendant de longs mois, et surtout rendit Parker suffisamment furieux pour qu’il décide de mettre un terme à la menace de Norman de manière définitive. Au terme du combat, qui se déroula dans l’une des usines chimiques de Norman, Spider-Man faillit tuer son ennemi mais se reprit à la dernière seconde, Parker disant à Norman que s’il cédait à sa haine envers lui, alors Gwen Stacy serait vraiment morte, et qu’il n’avait pas besoin de le tuer, car être Norman était déjà une punition en soi. Parker abandonna son ennemi vaincu, se déclarant fatigué de le battre et annonça une trêve.

Norman reprit ses activités industrielles mais Oscorp fit l’objet d’investigations de la part de Terri Kidder, une journaliste du Daily Bugle (dont Norman avait abandonné la propriété quelques temps auparavant) suite à plusieurs disparitions dans la société. Norman découvrit son enquête et l’assassina, abandonnant son cadavre à Central Park. Ben Urich reprit alors l’enquête et la police finit par interroger Norman sur les disparitions et l’assassinat de Kidder. Mais, se sentant piégé, c’est comme Bouffon vert que Norman les accueillit ; Spider-Man intervint pour les protéger mais le Bouffon sembla tuer Urich et sa collègue, Jessica Jones, avant de fuir. Luke Cage, fiancé de Jones, joignit ses efforts à ceux de Spider-Man et ils affrontèrent le Bouffon et Norman fut démasqué en public, avant d’être arrêté par la police, pour la première fois depuis les débuts de sa carrière criminelle. Malgré les craintes de Parker, Norman conserva pour lui le secret de son identité secrète, escomptant l’utiliser pour échapper à son sort ou faire pression sur Parker.

VII. Le criminel

C’est ainsi que, de derrière les barreaux, il imagina un plan pour contraindre Spider-Man à l’aider à s’évader. A cette fin, il recruta McDonald Gargan (alias le Scorpion) pour qu’il enleva May Parker ; en échange de la libération de la vieille femme, Spider-Man, avec l’aide de la Chatte noire, dut aider Norman à s’évader. Mais ce dernier refusa de tenir parole, tendant une embuscade au tisseur avec les Sinister Twelve, un groupe d’ennemis du héros réuni par le Bouffon vert – et parmi lesquels figurait le Scorpion, désormais revêtu du symbiote extra-terrestre de Venom. Dépassés, Spider-Man et la Chatte noire furent sauvés par l’intervention de nombreux héros (Captain América, Daredevil, Iron-Man, Pourpoint jaune et les Quatre Fantastiques), alertés par Mary-Jane Parker. Le Bouffon profita de leur arrivée pour quitter la scène du combat afin de s’attaquer à Mary-Jane Parker, l’emmenant sur le pont George Washington pour y réitérer la mort de Gwen Stacy. Spider-Man les poursuivit et, profitant d’une intervention d’un Dr Octopus drogué qui attaqua le Bouffon, put libérer son épouse et lui sauver la vie. Un éclair frappa les deux criminels, qui furent projetés dans la rivière. Le Dr Octopus fut retrouvé vivant et en bonne santé alors que Parker retrouvait la trace de sa tante et la délivrait à son tour, avant de recevoir peu après une lettre de Norman, postée juste avant son évasion, dans laquelle il remerciait le héros de donner un sens à son existence.

Quelques mois après, Parker apprenait l’existence des enfants de Gwen Stacy et le secret de leur naissance ; après un combat avec Spider-Man, Gabriel et Sarah Stacy découvrirent l’identité de leur vrai père ; si Sarah Stacy rejeta le désir de vengeance de Norman, Gabriel devint le Bouffon gris – ou le sixième Bouffon vert. Après un nouvel affrontement avec le tisseur, le Bouffon gris perdit la mémoire, avant d’être retrouvé par sa sœur ; ensembles, ils rentrèrent à Paris. Ces révélations, aussi choquantes qu’elles aient pu être pour Parker, lui expliquèrent néanmoins la raison pour laquelle le Bouffon vert avait assassiné Gwen Stacy et le désir de Norman de faire de Parker son « héritier », une manière de réunir toute la « famille Osborn ».

Norman, de son côté, s’était aussi réfugié à Paris, mais il y fut bientôt arrêté par le SHIELD et ramené, prisonnier, aux Etats-Unis. C’est sous la garde du SHIELD qu’il vit, sur les écrans de télévision, Spider-Man dévoiler publiquement son identité civile de Peter Parker (confirmant au passage l’identité de Norman comme Bouffon vert et sa culpabilité dans la mort de Stacy), exprimant verbalement son mécontentement que Parker « ait brisé les règles ». Norman fut alors contacté par des agents du SHIELD qui exigèrent son aide, l’infectant de nanites permettant de le garder sous contrôle. Revêtant son uniforme de Bouffon vert, Norman attaqua Urich mais fut empêché d’agir par les nanites, qui provoquèrent son évanouissement. Peu après, Norman fut convoqué dans le bureau d’un homme non identifié, dissimulant son identité dans l’ombre, et qui lui donna un sérum pour échapper au contrôle des nanites implantées par le SHIELD. Cependant, apparemment sous contrôle, Norman, sous l’apparence du Bouffon vert, attaqua un groupe d’Atlantes formant une cinquième colonne aux Etats-Unis, puis, sans costume, ouvrit le feu sur un ambassadeur atlante venu faire un discours à New York, blessant celui-ci mais sans le tuer. Arrêté par des agents de sécurité, Norman prétendit ne pas contrôler ses actes, devenant de plus en plus agité durant l’interrogatoire ultérieur. Initialement furieux, menaçant les agents, Norman se révéla de plus en plus inquiet jusqu’à l’apparition d’un individu non identifié ; cette apparition amena Norman à supplier les officiers de le garder sous leur garde, promettant de révéler tout ce qu’il savait, autant de promesses qui n’eurent absolument aucun effet.

VIII. Le directeur

Quelques semaines après, au terme de la Guerre Civile, Norman réapparut comme directeur des Thunderbolts (désormais chargés de traquer les surhumains non enregistrés), sous l’autorité du gouvernement, des médicaments lui ayant été prescrit pour stabiliser son caractère. Alternant diplomatie, force, menaces et humiliations pour garder l’équipe sous contrôle, Norman prit un plaisir croissant à user et abuser de sa nouvelle autorité, alors que son passé criminel était tranquillement passé sous silence devant les journalistes. Cependant, sa stabilité mentale restait plus que précaire, entre autre parce qu’il mélangeait ses médicaments et parce que Moonstone poussa certains assistants de Norman à remplacer certaines de ses pilules par des placebos afin de le faire renvoyer et prendre ainsi sa place. Secrètement, il obligea également le criminel appelé le Tourbillon, ainsi que ses alliés, à travailler directement pour lui. Au cours de ses fonctions, Norman fut même amené à siéger avec la Commission aux Activités Surhumaines (CAS) lors d’une enquête conjointe de celle-ci et de l’ONU sur les agissements de Tony Stark. Faisant preuve d’une agressivité non dissimulée, Norman s’accrocha alors avec l’un des témoins, Doc Samson. Peu après, quatre télépathes tentèrent de détruire les Thunderbolts de l’intérieur, amenant Norman à avoir des hallucinations de son masque de Bouffon. Norman craqua alors totalement en apprenant que le Swordsman s’était retourné contre l’équipe. Poussé à revêtir de nouveau son costume de Bouffon vert, Norman agressa violemment le Swordsman, le crucifiant littéralement, avant d’être poussé à massacrer le personnel du Mont des Thunderbolts. Il défia Songbird au combat et les deux adversaires s’assommèrent mutuellement. Quand Bullseye assassina les quatre télépathes dans leurs cellules, tous les Thunderbolts, Norman y compris, reprirent leurs esprits.

Vers la même époque, Spider-Man conclut un pacte avec Méphisto afin de sauver la vie de May Parker, blessée par balle au lendemain de la Guerre Civile ; la réalité fut alors réécrite restaurant le secret de l’identité du tisseur (effaçant ainsi les souvenirs de Norman) et Harry Osborn réapparut, bien vivant, revenu d’un long séjour en Europe pour y soigner sa dépendance à la drogue. Quelques semaines après, Norman décida d’utiliser les Thunderbolts pour arrêter Spider-Man, un héros désormais non enregistré. Il se rendit à New York avec son équipe, profitant de l’occasion pour soutenir Randall Crowne, candidat à la mairie, qui connaissait, lui aussi, des ennuis avec Ben Urich après que le journaliste du Bugle eut dénoncé la participation de Crowne dans des activités d’ateliers d’immigrés illégaux. Cherchant à trouver une piste sur Spider-Man, Norman se rendit chez Peter Parker, le photographe réputé pour ses photos du tisseur mais, incapable de pousser celui-ci à entrer en contact avec le monte-en-l’air, le laissa sur place. Norman fut alors confronté par Menace, une criminelle costumée dans la lignée des Bouffons, et qui reprocha à l’industriel d’avoir perdu son temps à harceler Spider-Man, avant de partir après une courte altercation. Norman utilisa alors le criminel surhumain prisonnier Freak pour créer un antidote à Anti-Venom, tout en récupérant la caméra de Peter Parker pour inverser le système mis en place et qui permettait à l’objectif de rester ciblé sur le tisseur. Puis, Norman et Venom, revêtu d’une nouvelle version de son ancien costume du Scorpion, attendirent leurs deux adversaires ; cependant, si Anti-Venom fut blessé par l’antidote, cela ne l’empêcha pas de ravager le laboratoire d’Osborn et aussi bien lui que Spider-Man réussirent à s’échapper. Avec ce deuxième échec, Norman se résolut à détruire son laboratoire pour ne pas laisser de preuves, préférant conserver son image de héros et d’homme de l’ordre aux yeux du public.

IX. Le sauveurQuelques semaines plus tard, les Skrulls tentaient d’envahir la Terre, dévoilant l’existence de plusieurs des leurs infiltrés dans les rangs de la communauté héroïque. C’est ainsi que Captain Mar-Vell, récemment réapparu durant la Guerre civile, se révéla être l’un de ses agents et attaqua la Montagne des Thunderbolts ; mais, profondément influencé par l’esprit de celui qu’il imitait, le Skrull fut incapable de tuer Norman Osborn de sang froid après avoir défait les Thunderbolts et Norman réussit à le convaincre de partir et de sa battre pour la Terre. Puis, désormais alerté de l’invasion, Norman et son groupe partirent combattre les Skrulls, commençant par défendre Washington DC. Durant les affrontements, il devint évident que l’usage de la technologie d’Oscorp pour les Thunderbolts, au détriment de la technologie Stark qui était utilisée dans la plupart des autres systèmes de défense, se révéla un atout, échappant au virus informatique lancé par les Skrulls pour désactiver la technologie de défense des Etats-Unis. Ainsi, les Thunderbolts furent la seule équipe de l’Initiative capable de combattre immédiatement les Skrulls ; Norman lui-même participa aux combats, maniant un fusil d’assaut de sa conception et tuant plusieurs Skrulls qui avaient adopté l’apparence de Spider-Man. Alors qu’il se rendait ensuite à New York avec les Thunderbolts pour poursuivre la guerre, Norman réussit à s’emparer d’informations réunies par le mercenaire Deadpool et qui étaient destinées à Nick Fury, dénonçant l’incurie de Stark et de la CAS lors d’une interview après la victoire de Washington. Osborn et ses hommes participèrent à l’ultime bataille contre les Skrulls, au cœur de Central Park, et il exploita les informations piratées pour donner le coup de grâce à la reine Veranke, la chef des Skrulls, devant les caméras du monde entier qui donnèrent ainsi un retentissement énorme aux actions de Norman. Observant la retransmission, le président des Etats-Unis décida alors de remplacer Stark, dont l’image était catastrophique avec la guerre, par Norman aussi bien à la tête de l’Initiative que du SHIELD.



Peu après sa nomination à ce poste, Norman réunit secrètement le Dr Fatalis, Emma Frost, Hood, Loki et Namor afin de former une alliance entre eux et se partager le pouvoir. Norman espérait ainsi cimenter sa position en contrôlant le plus possible les événements avec l’aide de sa « Cabale », une parodie des Illuminati d’Iron-Man et, surtout, maîtriser la communauté surhumaine criminelle pour renforcer son prestige aux yeux du public alors même que celle-ci se retrouvait libre d’agir comme elle ne l’avait jamais été. Norman commença par fermer le SHIELD, dénoncé comme corrompu par l’infiltration des Skrulls, afin de le reformer immédiatement comme le HAMMER, une agence à la politique plus volontaire et dont il assurait le rôle de directeur. Il recruta comme assistante personnelle Victoria Hand, un ancien agent du SHIELD, avant de renvoyer Stark et Hill. Stark fut dénoncé comme le responsable de l’invasion. Retrouvant l’ordinateur vivant Quasimodo, Norman lui demanda de procéder à une analyse de presque 200 individus importants, afin de découvrir quels nouveaux alliés Norman pourrait recruter. Puis, après le désastre de Ragnarok (un clone de Thor conçu durant la Guerre civile et qui venait d’être réactivé), Norman, comme chef de l’Initiative des 50 Etats, fit fermer le Camp Hammond, bientôt remplacé par le Camp HAMMER, prétextant sa volonté de protéger les citoyens des débordements et des risques de la communauté surhumaine. Aidé de Hood, et des fichiers de Quasimodo, Norman recruta de nombreux criminels, présentés comme autant d’individus souhaitant s’amender, pour former de nouvelles équipes au sein de l’Initiative et ainsi en prendre véritablement le contrôle. Il compléta son dispositif en constituant sa propre équipe de Vengeurs, rapidement surnommés les Vengeurs noirs, en mêlant ses anciennes recrues des Thunderbolts (se faisant passer pour des Vengeurs reconnus) et deux Vengeurs qui acceptèrent de travailler pour lui : Arès et Sentry, avec également le jeune Kree Noh-Varr, le nouveau Captain Marvel. Afin de s’assurer du secret, Norman ordonna aux ex-Thunderbolts d’éliminer Songbird, le seul élément indépendant, tandis que l’Homme-Radioactif était renvoyé en Chine à la demande de Norman. Grâce au Swordsman (Andréas von Strucker), Songbird échappa à la mort et disparut de la circulation. En revanche, quand le Swordsman alla trouver Norman pour obtenir des explications, ce dernier s’empara de l’épée du Thunderbolt avant de l’empaler avec et de jeter son cadavre du haut de la falaise. Probablement à peu près au même moment, Norman s’arrangea pour faire libérer Menace, qui venait d’être arrêtée et démasquée comme Lily Hollister, la fiancée de son fils Harry.

Avec les Thunderbolts officiellement dissous, Norman reconstitua dans le plus grand secret une nouvelle équipe, recrutant à cette fin la Veuve noire (Natacha Romanoff) en se faisant passer pour Nick Fury ; composée comme la précédente de criminels ou mercenaires, Norman destinait le groupe à accomplir ses basses besognes, dont l’arrestation du véritable Fury et la capture de tous les héros recensés et refusant de lui obéir, tandis que les Vengeurs demeureraient sa façade de respectabilité. Cependant, Stark avait implanté un virus dans les fichiers de recensement, précisément afin d’éviter un emploi illégal de ceux-ci et Norman ne put découvrir la véritable identité de ces héros résistants ; furieux, il décida de se venger de Stark, rachetant puis démantelant sa compagnie pour l’intégrer à Oscorp. Norman réussit ainsi à acquérir d’innombrables fichiers secrets, en partie grâce au Fantôme, l’une des recrues des nouveaux Thunderbolts, parmi lesquels une armada d’armures d’Iron-Man. Modifiant l’une d’elles, Norman adopta alors l’identité d’Iron-Patriot, autant une tenue de combat qu’un symbole destiné à supplanter les images publiques d’Iron-Man et de Captain América. Peu après, Norman fut appelé par le nouveau président des Etats-Unis, alerté par Leonard Samson (alias Doc Samson) de l’instabilité mentale du nouveau directeur de l’Initiative. Mais, avec l’aide de ses nouveaux Thunderbolts, Norman réussit à décrédibiliser Samson, le faisant passer pour un criminel et jouant le rôle du sauveur du président contre les Thunderbolts, trompant ce dernier en faisant porter l’uniforme du Bouffon vert par Headsman, afin de pouvoir nier le fait d’être le criminel costumé. Rassuré sur les intentions et les capacités de Norman, le président confirma alors celui-ci à la tête de l’Initiative et du HAMMER.

Au même moment, les adversaires de Norman commencèrent à réagir à sa prise de pouvoir. Clint Barton, autrefois Œil-de-Faucon des Vengeurs et désormais Ronin, accusa Norman d’avoir placé des criminels au sein des Vengeurs, poussant le nouvel homme fort du pays à réagir lors d’une interview, se désolant de la réaction de Barton et l’attribuant à sa récente résurrection. En même temps, Loki manœuvrait pour conduire à la création d’une nouvelle équipe de Vengeurs, dirigée par Hank Pym, afin d’ébranler la santé mentale de Norman et, ainsi, de l’affaiblir, d’autant que cette nouvelle équipe fut bientôt considérée comme les seuls vrais Vengeurs aux yeux du reste du monde. En même temps, plusieurs héros de l’Initiative firent sécession de l’organisation dirigée par Norman, fondant le groupe des Vengeurs Résistants pour s’opposer aux actions du nouveau directeur et le démasquer comme le criminel qu’il demeurait. Peu après, de nombreux agents du HAMMER quittèrent l’agence pour rejoindre Nick Fury après un assaut contre l’une des bases du HAMMER, mettant la main sur plusieurs héliporteurs, en dépit de l’intervention d’HYDRA, conduite par le Baron Strucker, qui était devenu un autre allié de Norman. Pour renforcer sa popularité, Norman se rendit à New York, profitant du repas de fiançailles entre May Parker et J.J.Jameson Sr pour reprendre contact avec son fils Harry et lui proposer une place au sein du HAMMER. Après un refus initial, Harry accepta afin de retrouver Lily Hollister, apparemment enceinte de lui. Inquiet pour son ami, Spider-Man pénétra dans la Tour des Vengeurs pour découvrir les vraies intentions de Norman tandis que Harry explorait aussi de son côté le bâtiment pour trouver un remède à l’état de Hollister. Lors de son exploration, le tisseur découvrit que Norman comptait faire de Harry un nouveau héros baptisé « American Son », juste avant de l’amener à se sacrifier pour s’attirer la sympathie du public. Capturé alors par les Vengeurs noirs, Spider-Man fut torturé sur ordre de Norman qui fut cependant incapable de lui retirer son masque (traité spécialement par les Quatre Fantastiques) ; de son côté, Harry retrouva Hollister qui lui révéla ne pas vouloir redevenir humaine et être la complice volontaire de son père, lui annonçant que son fils était en réalité celui de Norman. Dégoûté autant de l’attitude de sa fiancée que de celle de son père, Harry aida Spider-Man à s’échapper et, revêtant l’armure de l’American Son, affronta Iron-Patriot avec le tisseur. Norman fut vaincu et Harry rejeta son héritage, refusant désormais d’avoir le moindre lien avec son père, brisant les espoirs de celui-ci d’exploiter Harry. Après avoir failli être tué par le Punisher (Frank Castle), Norman confia la tâche à Sentry puis Hood d’éliminer le vigilant.

X. La chute

Tournant son attention vers Stark, Norman envoya des tueurs contre lui, obligeant l’ancien industriel à prendre la fuite et quitter le pays, un mandat d’arrêt lancé contre lui. Norman mobilisa les forces du HAMMER contre lui, ainsi que ses alliés criminels, comme Namor, Shockwave ou Mme Masque, envoyée assassiner Stark, dont l’intelligence diminuait progressivement après avoir téléchargé les fichiers des héros recensés dans son propre cerveau, alors qu’il se cachait en Russie. Mais aidé de Pepper Potts, désormais au contrôle de sa propre armure Rescousse, aida Stark à échapper à la criminelle, reprenant sa fuite à travers le monde. Norman dut en même temps tourner son attention vers la question mutante, après l’installation des X-Men à San Francisco avait déclenché une série de manifestations puis d’émeutes menées par des activistes anti-mutants. Alors qu’il recrutait ses propres mutants pour former les X-Men noirs sur le même principe que ses Vengeurs, équipe dont il confia la direction à Emma Frost et Namor, ses alliés de la Cabale, il réussit à faire passer Cyclope pour l’instigateur des troubles, tandis que ses X-Men noirs se présentaient comme la force d’apaisement des incidents. Cyclope vint négocier avec Norman, lui demandant de quitter la ville mais leur discussion n’avançant pas, Cyclope le laissa sur place. Furieux, Norman déclara qu’il tuerait le mutant de ses propres mains. Mais c’est alors que Frost et Namor se retournèrent contre Norman, révélant qu’ils avaient été depuis le début des agents de Cyclope infiltrés dans le camp de Norman. Les X-Men noirs se scindèrent en deux et Frost, Namor et leurs alliés réussirent à libérer les mutants capturés par Norman et regagnèrent la nouvelle base des X-Men : l’Astéroïde M flottant à présent à quelques kilomètres de la côte californienne. De là, Cyclope dénonça publiquement les agissements de Norman sur les écrans télévisés, poussant Iron-Patriot à intervenir avec ses Vengeurs noirs et les X-Men noirs qui lui demeuraient fidèles. Mais Cyclope avait trop bien planifié les événements : s’il ne put triompher d’Iron-Patriot, les X-Men et toute la communauté mutante ralliée à eux purent tenir en échec les hommes de Norman. Poussé par Ms Marvel (Karla Sofen), Norman renonça à ses intentions de tuer Cyclope, se contentant d’une déclaration où il expliquait avoir réglé le problème des mutants.

Rentré à New York, Norman réalisa que les résistants devenaient trop nombreux et menaçaient sa position. Etablissant une liste d’individus à neutraliser, il organisa une série d’opérations pour les éliminer. Ironiquement, l’un d’eux, Barton, choisit ce moment pour tenter de tuer Norman dans la Tour des Vengeurs. Réussissant à écarter la plupart des Vengeurs noirs, il s’apprêtait à attaquer Norman quand il fut finalement assommé par Arès, réjouissant Norman quant au prochain succès de ses nouvelles opérations. En revanche, il fut contraint de travailler provisoirement avec Nick Fury quand celui-ci s’introduisit à son tour dans le quartier général de Norman. Après avoir interrogé un des prisonniers du HAMMER au sujet d’une nouvelle organisation criminelle internationale, Fury réussit à s’échapper pour la plus grande frustration de Norman. Ce dernier connut plus de succès pour le Punisher, qui avait jusque là réussi à échapper aux hommes envoyés contre lui : dépêchant Daken, portant désormais l’identité de Wolverine au sein des Vengeurs noirs, contre le vigilant, Norman eut le plaisir de voir Castle se faire littéralement dépecer par le fils du vrai Wolverine. Revenant à sa traque de Stark, Norman décida de prendre les choses en mains ; apprenant que celui-ci avait été repéré en Afghanistan, il enfila son armure d’Iron-Patriot et alla le combattre sur place, triomphant aisément de son prédécesseur, mentalement affaibli et équipé d’une vieille version de son armure d’Iron-Man. Mais, découvrant que leur combat, qui tournait au massacre de Stark, était retransmis en direct sur l’internet, Victoria Hand en avertit son chef, le convainquant d’abandonner sous peine de compromettre son image publique. Le corps comateux de Stark fut alors ramené à Broxton, confié au Dr Donald Blake, l’alter ego humain de Thor. Poursuivant l’élimination de tout rival, Norman tourna son attention vers Bruce Banner et son fils Skaar, utilisant Kate Waynesboro comme appât, puis Daredevil contre lequel il envoya Bullseye, qui fit exploser un immeuble rempli d’innocents pour pousser DD à bout. Norman chercha aussi à se venger de Namor et Frost, réanimant le corps de Marina, l’ancienne épouse du Prince des mers, qu’il envoya éliminer les Atlantes. Cependant, avec l’appui des X-Men, Namor put à la fois protéger les siens et maîtriser Marina, qu’il tua sans hésiter, avant de porter le corps dans le bureau même d’Osborn, lui conseillant de renoncer à tout désir de vengeance à son égard. En essayant de prendre le contrôle du Monde et des créations de l’Arme Plus, Norman se heurta aussi à Wolverine et Noh-Varr, bientôt aidés de Fantomex ; après avoir désactivé l’esprit du Monde, les trois héros détruisirent l’armée de Deathlok envoyée par Norman. De son côté, Spider-Man réussit à récupérer une vidéo montrant Norman en train d’utiliser un cobaye humain ; poursuivi par Norman, le tisseur put échapper assez longtemps à Iron-Patriot pour diffuser la vidéo en ligne ; quand Iron-Patriot le retrouva, sous ses vêtements civils, Parker lui tint tête en public, l’obligeant à repartir sans rien faire, humilié en public.

Peu de temps après, accompagné de ses Vengeurs, Norman se rendit dans le Mid-West pour enquêter sur de mystérieuses disparitions. La situation dégénéra en une confrontation avec l’Homme-Molécule ; celui-ci réussit à piéger ses attaquants, mais Sentry, initialement désintégré, put se recomposer et triompha de Reece, l’obligeant à restaurer la réalité. Norman pactisa ensuite avec Sin et Crossbones, en vue d’une alliance avec Crâne rouge ; le chef de l’Initiative espérait ainsi corrompre l’image de Captain América en facilitant le transfert de l’esprit du nazi dans le corps du héros officiellement décédé. Norman fit ainsi prisonnier le nouveau Captain América (Bucky Barnes) et la Veuve noire, pour faire pression sur Sharon Carter mais avec le Faucon, Barnes et la Veuve purent lui échapper, mais trop tard pour empêcher l’ancien agent du SHIELD de se livrer. Norman la conduisit à Fatalis et Crâne rouge, qui ramena le corps de Rogers dans le présent avant d’en prendre possession. Alors que le Crâne et ses hommes attaquaient Washington D.C., Rogers réussit finalement à expulser l’esprit du nazi de son corps, reprenant lui-même le contrôle de ce dernier. Avec Barnes, la Veuve, le Faucon et plusieurs Vengeurs, Rogers put vaincre Crâne rouge, ainsi que Sin et leurs soldats, avant de disparaître avant que Norman ne puisse intervenir.

Poussé par Loki, Norman décida qu’il devait à présent chasser Asgard des Etats-Unis, commençant par réorganiser sa Cabale en y accueillant Taskmaster. Lors de la réunion du groupe, le Dr Fatalis s’opposa à Osborn, déclenchant une bataille entre eux quand Fatalis se révéla être un robot conçu pour attaquer la Tour des Vengeurs. Avec la Cabale quasiment dispersée, Norman lança l’ultime phase de ses projets : utilisant les U-Foes, il provoqua un incident à Chicago entre le quatuor et l’Asgardien Volstagg, qui lui donna le prétexte d’attaquer la cité des dieux. Ignorant délibérément un ordre présidentiel lui enjoignant de ne pas engager le combat, Norman réunit ses Vengeurs, l’Initiative et les agents du HAMMER pour un assaut massif contre Asgard. Sentry porta le premier coup pendant qu’Arès, bien qu’initialement réticent à attaquer d’autres dieux, conduisait les troupes de Norman au combat. Thor vint rapidement soutenir les siens, mais fut d’abord submergé par les adversaires et sauvé de justesse par Maria Hill. Interpellé par Balder, Arès réalisa ses erreurs et se retourna contre Norman ; mais celui-ci fut défendu par Sentry, qui déchira littéralement le dieu de la guerre en deux. Mais c’est alors que les véritables Vengeurs, conduits par Captain América, accompagnés des Jeunes Vengeurs, des Vengeurs de Pym et des Secret Warriors de Nick Fury arrivèrent sur place, secourant Thor et les Asgardiens, rapidement rejoints par Iron-Man, rétabli après son coma grâce aux deux Captain et au dieu du tonnerre. Pendant ce temps, la Maison Blanche ordonnait l’arrestation de Norman, et envoyait des troupes pour l’arrêter, ainsi que l’ensemble de ses agents. Stark désactiva l’armure d’Iron-Patriot, pendant que les héros triomphaient et capturaient les hommes de Norman. Démasqué, Norman montra son visage peint en vert, une preuve devant les caméras de ses problèmes de personnalité et de sa rechute vers le Bouffon vert. Mais, privé de Norman, Sentry céda alors la place à Void ; aidé de Loki, les héros résistèrent à la première attaque de la nouvelle menace et réussirent à le terrasser en le percutant de plein fouet avec l’héliporteur du HAMMER. Void redevint alors Robert Reynolds, que Thor se résolut à tuer pour mettre un terme au danger. Norman tenta de la bataille contre Sentry pour fuir mais fut successivement arrêté par Rogers puis Volstagg, avant d’être arrêté et incarcéré pour trahison au Raft.

Pouvoirs : Le sérum chimique mis au point par Norman Osborn à partir d’une formule originale conçue par le professeur Mendel Stromm transforma l’industriel en un être doté de capacités physiques (force, agilité, vitesse, endurance et résistance) surhumaines. De plus, le sérum accéléra sa vitesse de récupération, lui permettant de guérir rapidement de blessures normalement mortelles. L’intellect, déjà supérieur à la moyenne, de Norman a également été accru, faisant de lui un véritable génie, capable de développer de nouvelles techniques dans les domaines de la génétique, de la robotique, de l’ingénierie et de la chimie.

Armes : Sous l’identité du Bouffon vert, Norman est équipé de diverses armes, plus bizarres les unes que les autres. Le Bouffon manie des bombes incendiaires, en forme de citrouilles, qui sont capables de faire fondre de l’acier d’une épaisseur de 7 cm, et des bombes contenant du gaz ou de la fumée, avec l’apparence de fantômes. Il possède aussi des boomerangs tranchants à l’apparence de chauve-souris. Ses gants sont tissés de filaments tenant lieu de micro-circuits et qui lui permettent de canaliser et projeter des décharges d’électricité d’une puissance d’environ 1000 volts.

Equipement : Le Bouffon vert se déplace sur une « aile volante », ayant l’apparence d’une chauve-souris, qui est capable de se déplacer à de très grandes vitesses et est extrêmement manœuvrable. Ce planeur est doté de missiles à têtes chercheuses capables de repérer la chaleur, ainsi que de mitraillettes et de lames tranchantes, toutes rétractables. Le Bouffon vert porte une cotte de mailles à l’épreuve des balles ; son masque est équipé d’un filtre pour les gaz et autres substances toxiques pouvant être inhalées, qui le protège, entre autres, de ses propres armes à gaz.

Comme Iron-Patriot, Norman dispose d’une armure basée sur les schémas imaginés par Tony Stark pour ses armures d’Iron-Man. Cette armure accroît encore sa force physique et lui confère une résistante surhumaine. L’armure est dotée de « rayons répulseurs » installés dans les paumes de ses mains, de mini-réacteurs dans ses bottes, des missiles à détection de chaleur, des lasers miniaturisés, un lance-flammes et un système de communication le reliant en permanence aux systèmes du HAMMER et de ceux de la défense américaine.

Caractéristiques particulières : Norman Osborn présente plusieurs troubles mentaux, liés à sa personnalité et sa psychose. Il souffre de dépression maniaque et d’un complexe de supériorité. Quand il est n’est pas sous médication, Norman souffre de changements d’humeur rapides ; au maximum de sa manie, il est paranoïaque, souffre d’un délire de la persécution et peut connaître des hallucinations visuelles et auditives. Incroyablement arrogant, Norman refuse tout traitement psychiatrique, sauf s’il y est contraint, parce que la maladie mentale est, à ses yeux, une imperfection et refuse de se reconnaître le moindre défaut. Depuis sa prise de contrôle des Thunderbolts, Norman n’a pas été mentalement stable, même brièvement ; récemment, Norman révéla à Sentry avoir accepté son instabilité mentale, condition indispensable selon lui pour pouvoir la contrôler. Les exemples de son complexe de supériorité sont innombrables ; en général, il considère les autres comme des nuisibles sans volonté, sans grande vision de l’avenir et qui ne méritent pas l’honneur d’être en sa présence. Il adore rappeler aux autres leurs échecs et, vis à vis de ceux qui lui sont proches, tend à leur rappeler qu’ils sont incapables de se mesurer à lui. C’est également un véritable sadique qui n’a aucune considération pour les vies des innocents qui se tiennent entre lui et ses objectifs. Ironiquement, la seule personne envers laquelle il semble avoir de l’estime est Peter Parker/Spider-Man, ayant exprimé de l’admiration pour l’intégrité et l’intelligence du héros (un sentiment apparent dans la lettre qui lui adressa après son évasion). En fait, il respecte plus Parker que son propre fils car le premier est doué, capable et est un individu déterminé – un héros qui s’est fait tout seul, comme lui-même – alors que, pour lui, Harry n’est qu’un fils de riche sans talent.

Commentaires : Selon Steve Ditko, dans un entretien avec Bill Murray de juillet 2002, le Bouffon vert serait uniquement sa création : « Le synopsis de Stan pour le Bouffon vert était l’histoire d’une équipe de cinéma découvrant une sorte de sarcophage égyptien. A l’intérieur se trouvait un ancien démon de la mythologie, le Bouffon vert. Naturellement, il prenait vie. De moi-même, je transformais le démon mythologique de Stan en un être humain. » Selon certaines théories, l’identité secrète du Bouffon – non décidée initialement – aurait été l’objet de discordes entre Lee et Ditko, ce dernier ayant souhaité un inconnu (un scénario plus proche de la réalité) alors que Lee désirait un personnage de l’entourage de Parker. Toutefois, Ditko a lui-même contredit cette histoire, affirmant avoir prévu d’utiliser un personnage associé avec J. Jonah Jameson, un subplot attendant d’être exploité pleinement. Ditko quitta la série Amazing Spider Man avant cette révélation et Lee décida, dans Amazing Spider Man # 39, d’identifier le Bouffon vert avec Norman Osborn, un personnage qui venait d’être introduit juste deux numéros auparavant, et le père de Harry Osborn, lui-même introduit dans Amazing Spider Man # 31. Il est intéressant de noter toutefois que Norman Osborn fut dépeint comme un individu malhonnête avant même d’avoir été révélé être le Bouffon vert (dans Amazing Spider Man # 37, il fait condamner à tort son partenaire, Mendell Stromm, avant d’organiser son assassinat).

La mort de Gwen Stacy devait faire du Bouffon vert/Osborn le pire ennemi de Spider-Man, un rôle tenu jusque là par le Dr Octopus. Cet épisode marqua également un tournant dans l’histoire des comics où, jusque là, il était impensable de voir la mort d’un personnage aussi important d’une série – la fiancée ou l’amie du héros en titre et un personnage doté d’un grand nombre de fans. Cette histoire est considéré comme l’un des indicateurs de la fin du Silver Age des comics, et le commandement du plus sombre et plus triste Bronze Age. Le scénariste Gerry Conway décida que cet acte devait entraîner un prix très lourd pour le responsable et Osborn fut donc tué l’épisode suivant, amenant les scénaristes suivant à confier l’identité du Bouffon vert à d’autres personnages, avant que Roger Stern ne crée le Super-Bouffon comme némésis de Spider-Man. Ce n’est qu’avec la Saga du Clone, des années plus tard, que Norman Osborn devait revenir, bien vivant, comme deus ex machina afin de permettre à Peter Parker de redevenir le seul et unique Spider-Man et Ben Reilly officiellement établi comme le clone du héros. Il fut même envisagé de faire de Gaunt, le bras-droit à moitié zombie d’Osborn dans cette histoire, Harry Osborn, le fils de Norman, lui-même mort dans Spectacular Spider-Man # 200 ; le projet était de faire de Gaunt le vrai cerveau de l’affaire, lui permettre de retrouver son humanité avant de redevenir le Bouffon vert et l’ennemi de Spider-Man. Quand cette idée fut rejetée par Bob Harras, nouvellement promu éditeur-en-chef et qui n’aimait pas le personnage de Harry Osborn, le choix des scénaristes se porta sur Norman Osborn et Gaunt devint Mendell Stromm. La décision de ressusciter Norman fut elle-même hautement controversée, sa mort étant depuis longtemps considérée comme partie intégrante de « la mort de Gwen Stacy » mais Harras jugea ce choix nécessaire. Depuis lors, Osborn s’est rapproché dans ses agissements de Lex Luthor de D.C. Comics, utilisant moins son identité du Bouffon vert, au profit de son rôle d’industriel véreux.

Initialement, le scénariste Glenn Greenberg avait prévu que le cinquième Bouffon vert ne serait autre que le jeune Phil Urich (le quatrième Bouffon vert), une punition choisie par Norman Osborn pour se venger de l’emploi du nom et de l’équipement du Bouffon par une personne extérieure à la famille Osborn. Cependant, l’idée fut finalement rejetée par l’éditeur de Spider-Man à l’époque.

Spider-Fan 33230

Lire plus de fiches



Wiki de Marvel World


  • Le MCU, les films Spider-Man, les univers cinématographique X-Men vous intéresse ? Retrouvez toutes les informations sur les films, séries TV et jeux vidéo sur notre Wiki !

    Testez le Wiki de Marvel World !

Recrutement


  • Nous recherchons des traducteurs Anglais->Français bénévoles (comme nous) pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel.

    Contactez-nous !

    Si Marvel World vous a aider à développer vos connaissances sur l'univers Marvel, rendez-nous la pareille et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 27
    Membre : 0