Recrutement


Nous recherchons actuellement des fans Marvel bénévoles pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel. Si vous possédez un bon niveau de traduction de l'anglais vers le français et que Marvel World vous a un jour aider, il est temps de nous rendre la pareille !

Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Encyclopédie - Robertson, Joe - Marvel-World.com

Encylopédie - Robertson, Joe

Véritable nom : Joseph « Joe » Robertson
Profession : Editeur et rédacteur en chef du Daily Bugle, ancien éditeur en chef du Frontline, ancien rédacteur du Bugle, ancien journaliste
Statut légal : Citoyen des Etats-Unis avec un casier judiciaire, ayant bénéficié d’une amnistie présidentielle
Identité : Publiquement connue
Autre identité : « Robbie »
Lieu de naissance : Harlem, New York (New York, Etats-Unis)
Situation de famille : Marié
Parents connus : Martha Robertson (épouse), Patrick Henry Robertson (fils, décédé), Randolph « Randy » Robertson (fils), Samuel Robertson (père, décédé), Alice Robertson (mère, décédée), Amanda Robertson (ex-belle-fille)
Appartenance à un groupe : Employé du Frontline, ancien employé du Daily Bugle
Base d'opérations : le Daily Bugle, New York (New York, Etats-Unis), pendant un temps, les bureaux du Frontline (également à New York)
Première apparition : VO : Amazing Spider-Man (vol.1) # 51 (août 1967, par Stan Lee, John Romita Sr & Mike Esposito) – VF : Strange n°48 (décembre 1973)
Taille : 1m85
Poids : 95 kg
Yeux : Marrons
Cheveux : Blancs, tachetés de noir et de gris

Histoire : Joseph « Joe » Robertson naquit à Harlem, à New York et a toujours été fait pour être un journaliste. Elève au lycée de Harlem, il travailla au sein du journal de l’école, devenant son éditeur durant ses dernières années et obtenant une bourse d’études pour l’Ecole de Journalisme de Columbia. Travailleur acharné et motivé, « Robbie » était un journaliste intègre jusqu’à ce qu’il tombe sur un sujet particulier, un autre des élèves de son lycée, le jeune noir albinos Lonnie Thompson Lincoln, qui allait devenir tristement célèbre comme tueur à gages sous le nom de Tombstone. A cause de son apparence, le brutal Thompson était victime de moqueries à répétition et en était venu à considérer Robbie, le seul à ne pas se moquer de lui, comme un ami. Cependant, quand Thompson commença à utiliser son extraordinaire force pour extorquer de l’argent d’autres élèves, Robbie prépara un article pour le journal du lycée où il dénonçait les agissements de Thompson. , Robbie se rétracta lorsque la brute vint le menacer et le passer à tabac à son tour à la sortie de l’école. Thompson considéra cela comme une compréhension mutuelle entre amis alors que Robbie était dégoûté de sa propre lâcheté et déterminé à ne plus enfreindre son éthique.

Tirant un trait sur l’incident Thompson, Joe passa les diplômes de son lycée et s’inscrivit à Columbia, dont il fut également diplômé et obtient un travail quelques années plus tard comme journaliste de permanence nocturne dans un quotidien de Philadelphie, l'Inquirer. Il épousa également sa petite amie, Martha ; peu après leur mariage, Joe et Martha eurent un fils, Patrick Henry, mais celui-ci décéda à peine âgé de six mois. Ils eurent ensuite un second fils, Randolph « Randy ». Mais le vieux secret de Robbie n’allait pas tarder à revenir le hanter. Lorsqu’un informateur téléphonique informa Robbie qu’il connaissait la personne ayant tué le seigneur du crime appelé Ozzy Montana, Robbie fixa un rendez-vous avec l’indicateur, Isadore Kipper, mais il le retrouva mort, entre les mains de Thompson, devenu depuis le tueur Tombstone, et ayant acquis un certain penchant pour la mort par strangulation. Robbie s’enfuit une nouvelle fois de frayeur et ne parla à personne de cet incident, redoutant ce que Tombstone serait susceptible de faire contre lui ou sa famille si jamais il parlait. Joe réalisa alors qu’il n’avait jamais complètement récupéré du premier incident avec Thompson et que le tueur conservait un étrange ascendant sur lui.

Essayant une nouvelle fois d’oublier ses avanies avec Tombstone, Robbie se plongea dans sa carrière journalistique. Lui et Martha quittèrent Philadelphie pour revenir à New York, et plus précisément à Manhattan, où Joe trouva un travail de journaliste au Daily Bugle de J. Jonah Jameson. Au cours des quinze à vingt années qui suivirent, Robbie grimpa les rangs de la hiérarchie du Bugle pour finir par en devenir le rédacteur et le bras-droit de Jameson lui-même et surtout l’un des membres les plus respectés de la communauté journalistique. Robbie devint également l’ami de Jameson, malgré le redoutable caractère de celui-ci et, comme rédacteur, incarna bientôt la voie de la raison contre la passion et les crises de colère de son directeur . Ainsi, l’objectivité de Robbie permit de préserver celle du journal, menacée en permanence par les prises de position péremptoire de Jameson, et surtout sa haine envers les super-héros en général et Spider-Man en particulier. En fait, Joe est vite devenu la seule personne du Bugle à oser s’opposer frontalement à son directeur.

Robbie, à l’opposé de Jameson, a une appréciation moins partisane des justiciers costumés, les jugeant sur leurs actes et leurs méthodes et il a aidé à plusieurs reprises Spider-Man, voire d’autres héros. Parallèlement, Robbie se comporte de manière paternaliste envers Peter Parker, l’un des photographes du Bugle spécialisé dans les photos de Spider-Man et, secrètement, le justicier Spider-Man ; en fait, Robbie a semblé en plusieurs occasions avoir deviné l’identité de Parker, même s’il n’a jamais fait d’allusions directes à cela, ni exploité d’une quelconque manière cette éventuelle information, de même que l’un de ses amis décédés, le Capitaine de police George Stacy, était lui-même arrivé à découvrir l’identité de Spider-Man. En fait, Robbie a même semblé protéger ce secret, comme lorsqu’il éloigna le journaliste Ken Ellis d’un reportage sur Spider-Man afin de l’empêcher d’éventuellement découvrir la vérité ; néanmoins, le retour de Ben Reilly comme Spider-Man, qui fut alors aperçu en même temps que Parker a probablement du obliger Joe à réfléchir à ses hypothèses sur l’identité du tisseur. Robbie et Spider-Man travaillèrent « ensembles » la première fois pour capturer le criminel appelé le Caméléon ; par la suite, quand Joe démasqua le politicien corrompu Sam Bullitt, Spider-Man et Iceberg s’allièrent pour libérer le journaliste des hommes de mains de Bullitt. Robbie s’attaqua alors à un autre politicien véreux, le candidat DA Richard Raleigh, et Spider-Man sauva une nouvelle fois Robbie d’un agent de Raleigh, le monstrueux Smasher, qui, peu après, tua lui-même Raleigh.

En revanche, la vie de famille fut souvent plus chaotique que sa vie professionnelle. Outre le décès prématuré de son fils aîné, Robbie dut faire face aux crises d’adolescence de son second fils, Randy, d’une nature plus colérique et expressive que son père. Un radical anti-establishement, Randy fut l’un des principaux activistes dans les mouvements de protestation de l’Empire State University au cours desquels Robbie dut intervenir autant comme père que comme journaliste. Finalement, décidant de poursuivre ses activités sociales dans sa carrière professionnelle au lieu du journalisme, Randy s’inscrivit à l’université de Pittsburgh où il rencontra et épousa une jeune femme blanche de confession juive, Amanda, pour le plus grand dépit de Joe. Finalement, Randy revint s’installer à New York et trouva un travail comme assistant social, et peu à peu, Robbie accepta le mariage de son fils, bien que Randy et Amanda finirent par se séparer et divorcer. Récemment, Randy a commencé à sortir avec Glory Grant, qui fut pendant longtemps la secrétaire de Jameson avant de devenir celle de Robbie au Daily Bugle.

L’obsession et la haine de Jameson envers Spider-Man le poussa à d’étonnantes extrémités au fil des années, y compris le financement de plusieurs projets pour capturer, humilier ou détruire le héros. Lorsque l’un de ces projets, la création du Scorpion, fut utilisé contre Jameson par le Super-Bouffon (alias Roderick Kingsley) pour faire chanter le directeur du Bugle, Jameson fit une confession publique dans les colonnes de son journal et abandonna son poste de rédacteur-en-chef de celui-ci et confia le poste à Joe. Jameson maintient une importante présence dans le Bugle, essentiellement par ses éditoriaux, mais Robbie s’est révélé un excellent rédacteur-en-chef et le Bugle a continué sur son succès. Au sein du Bugle, Robbie est devenu l’ami, le mentor et le confident d’une bonne partie des employés, dont Betty Brant, Kate Cushing (qui lui succéda comme rédacteur), Kat Farrell, Ned Leeds, Joy Mercado, Leila Taylor et Ben Urich.

C’est alors que, au sommet de son succès, Tombstone devait venir ébranler ce monde bien agencé. Après des années passées à avoir gravi de son côté la hiérarchie de la pègre de Philadelphie comme tueur à gages, Tombstone commença à travailler pour le seigneur du crime de New York, Wilson Fisk, alias le Caïd. Tourmenté par sa culpabilité de n’avoir pas permis d’arrêter Tombstone à temps, Robbie confronta lui-même le tueur avec un revolver, ayant l’intention de l’amener lui-même à la police et, cette fois, de témoigner contre lui. Mais Tombstone réussit à terrasser Joe et le blessa grièvement, brisant presque sa colonne vertébrale. Entre temps, Robbie avait laissé une cassette audio à Peter Parker, confessant ses fautes passées. Quand Tomsbtone menaça encore une fois un Joe convalescent à l’hôpital, le journaliste commença à hésiter de nouveau à témoigner à la justice. Mais, mis devant ses responsabilités par Parker et Ben Urich, qui critiquaient sa faiblesse passée, et aussi soutenu par sa femme et son fils, Robbie trouva finalement le courage de surmonter sa frayeur. Il travailla d’abord à retrouver sa mobilité au cours d’une longue thérapie et fit une confession complète devant ses confrères du Daily Bugle et le public. Il offrit sa démission à Jameson mais celui-ci la refusa. Pendant ce temps, Tombstone avait été capturé par Spider-Man, qui fut estomaqué de l’entendre dire qu’il avait épargné la vie de Joe parce que celui-ci était son seul ami.

Si le public et ses collègues semblaient prêts à pardonner ses erreurs à Robbie, un juge corrompu, au service du Caïd, envoya en prison Joe pour sa complicité indirecte dans les crimes de Tombstone après l’avoir condamné à trois ans de prison. Pour compliquer les choses, Tombstone s’arrangea pour que Robbie et lui se retrouvent incarcérés dans la même prison fédérale, où le tueur et ses amis harcelèrent son « vieil ami ». Robbie se lia de son côté d’amitié avec un condamné costaud du nom de Bruiser, son compagnon de cellule, qui agit comme son garde du corps pendant un temps ; mais Bruiser fut finalement surpris par les hommes de Tombstone et battu à mort. Par la suite, Tombstone devait s’évader et emmener de force Robbie avec lui comme otage. Lorsque Spider-Man intervint, Tombstone réussit à piéger le héros et le tenait à sa merci, s’apprêtant à le précipiter d’un hélicoptère en plein vol, mais, retrouvant une nouvelle fois son courage, Joe attrape Tombstone le premier et précipita lui et le tueur dans l’air. Par une chance inouïe, ils survécurent à la chute en tombant dans une rivière, près d’une ferme amish. Là, Tombstone obligea les fermiers à soigner un Robbie sérieusement blessé, puis, dès qu’il eut récupéré, le défia en duel pour régler leur différent une bonne fois pour toute. Joe se faisant battre quand il réussit à s’emparer d’une fourche et la planta dans le dos de son adversaire. Sérieusement blessé et choqué que son « ami » soit capable de le traiter ainsi, Tombstone s’éloigna et Robbie se livra aux autorités. Cependant, le frère de Bruiser, l’avocat Stuart McPhee, utilisa ses relations à Washington pour obtenir une amnistie présidentielle en faveur du journaliste. Joe fut alors libéré de prison et reprit son poste au Daily Bugle.

Tombstone devait réapparaître dans la vie de Robbie et ce dernier dut lui faire de nouveau face, et cette fois il n’hésita pas à lui tirer dessus ; du coup, les coups de feu ayant déclenché l’explosion d’un gaz expérimental, Tombstone se retrouva accidentellement exposé à celui-ci et acquit une force et une résistance physique surhumaine. Ravi de cette conclusion, Tombstone abandonna sa vendetta personnelle contre Joe et lui annonça que leurs comptes étaient définitivement soldés, ce qui n’empêcha pas le tueur de rester actif et, désormais, un dangereux criminel surhumain.

Depuis lors, Joe est resté un solide élément du Daily Bugle. Lorsque Thomas Fireheart (alias le Puma) ou, plus tard, Norman Osborn (alias le premier Bouffon vert) prirent le contrôle du journal, le premier pour aider Spider-Man, le second pour renforcer la campagne contre le héros, Robbie fut parmi les employés à refuser de se soumettre complètement à la nouvelle direction, suivant même Jameson pour fonder un nouveau journal pour concurrencer le Bugle de Fireheart, le Jameson News Digest. Il démissionna ensuite lors de l’arrivée d’Osborn. Mais, à chaque fois, Jameson finit par reprendre le contrôle du Bugle et Robbie reprit dans les deux cas sa place de rédacteur-en-chef. Ces derniers temps, Robbie semble finalement avoir une influence apaisante sur l’opinion de Jameson envers les héros costumés et ils ont même engagé l’ancienne héroïne Jessica Jones (autrefois Jewel) comme journaliste pour travailler avec Ben Urich dans le magazine de reportages sur la communauté superhéroïque The Pulse.

Par la suite, au cours de la Guerre Civile, Robbie assista au renvoi de Ben Urich par J. Jonah Jameson quand le journaliste persista dans son article visant à dénoncer la libération de Norman Osborn. Bien que chagriné de voir partir le journaliste, Joe reconnut qu’il s’agissait là d’une opportunité pour Urich de créer de bons articles en toute indépendance. Peu après, Robbie, comme le reste du Daily Bugle et du public, apprenait que Peter Parker n’était autre que le héros Spider-Man, quand celui-ci se démasqua lors d’une conférence de presse. Robbie prit la défense du héros quand Jameson laissa éclater sa colère et fut alors renvoyé du Bugle par l’éditeur. Apprenant cela de la bouche de Betty Brant, Spider-Man décida de mettre les choses au point avec Jameson ; ils eurent une discussion animée, le héros se laissant même frapper par l’éditeur. Mais, finalement, Jameson réalisa que sa colère envers Parker l’avait conduit à prendre des décisions irréfléchies et il se rendit alors chez Robbie, lui annonçant qu’il le reprenait au Bugle. Peu après, Méphisto, passant un pacte avec Spider-Man et son épouse Mary-Jane Parker, réécrivit la réalité, faisant oublier à tout le monde la véritable identité de Spider-Man.

Quelques semaines plus tard, lors d’une confrontation houleuse entre Parker et Jameson, celui-ci fit un infarctus et dut être hospitalisé. Pendant sa convalescence, Marla Madison, son épouse, vendit ses parts du Bugle à Dexter Bennet qui transforma le journal en une feuille à scandales. Dès l’arrivée de Bennet, des tensions furent sensibles entre Robbie et lui ; réalisant que Bennet ne changerait pas d’attitude, Robbie ne tarda pas à démissionner du Bugle, finissant par rejoindre le Frontline de Ben Urich, de nouveau comme éditeur du journal. Dernièrement, il a poussé son fils et l’une des journalistes du Frontline, Norah, à sortir ensembles ; étonnamment, après son hostilité envers le premier mariage mixte de son fils, Norah se trouve également être blanche. Quelques temps après, le bâtiment du DB fut ravagé par Electro et Jameson, remis de son attaque et à présent maire de New York, racheta alors le DB à Bennet, avant de le donner à Robbie. Jameson se contenta de lui demander de faire du Frontline, qui lui-même connaissait des difficultés financières, le nouveau Daily Bugle. Robbie reprit les commandes du journal, aidé par Urich et de nombreux anciens employés des deux journaux : Winters, Leeds ou le jeune Phil Urich.

Pouvoirs : Aucun.

Aptitudes : Robbie est un journaliste, un directeur et un rédacteur expérimenté, très respecté pour sa sagesse, son courage et son intégrité par l’ensemble de la communauté journalistique. Il est renommé pour sa patience, son astuce et son éthique professionnelle. Il possède quelques connaissances en combat à mains nues et dans les armes à feu, mais a été peu entraîné en ces domaines et répugne de toute façon à y faire appel, restant un adversaire résolu de toute forme de violence.

Caractéristiques particulières : Joe Robertson est un fumeur de pipe depuis plusieurs années et il est rarement au bureau sans celle-ci.

Commentaires : Joe Robertson fut l’un des premiers personnages afro-américains des comics à jouer un rôle sérieux comme personnages secondaires, plutôt qu’être un simple faire-valoir. Robertson fait une brève apparition dans les films Spider-Man où il est incarné à l’écran par Bill Nunn.

ThierryM 5296

Lire plus de fiches



Wiki de Marvel World


  • Le MCU, les films Spider-Man, les univers cinématographique X-Men vous intéresse ? Retrouvez toutes les informations sur les films, séries TV et jeux vidéo sur notre Wiki !

    Testez le Wiki de Marvel World !

Recrutement


  • Nous recherchons des traducteurs Anglais->Français bénévoles (comme nous) pouvant nous aider à traduire une quantité conséquente d'informations sur le monde Marvel.

    Contactez-nous !

    Si Marvel World vous a aidé à développer vos connaissances sur l'univers Marvel, rendez-nous la pareille et faite parti d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 16
    Membre : 0