Recrutement


Nous recherchons actuellement des fans Marvel bénévoles pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel. Si vous possédez un bon niveau de traduction de l'anglais vers le français et que Marvel World vous a un jour aider, il est temps de nous rendre la pareille !

Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Encyclopédie - Gyrich, Henry - Marvel-World.com

Encylopédie - Gyrich, Henry

Véritable nom : Henry Peter Gyrich
Profession : Agent du gouvernement, ancien agent de liaison des Avengers
Statut légal : Citoyen des Etats-Unis, sans casier judiciaire
Identité : Publiquement connue
Autre identité : « Pete Mauvaises Nouvelles », « Hank »
Lieu de naissance : Pittsburgh (Pennsylvanie, Etats-Unis)
Situation de famille : Célibataire
Parents connus : un père non identifié (décédé)
Appartenance à un groupe : Membre de la NSA (National Security Agency), de la CAS (Commission aux Activités Surhumaines), ancien agent de liaison des Avengers, ancien membre du Projet Wideawake
Base d'opérations : Actuellement le Camp Hammond (Stamford, Connecticut), autrefois Washington D.C., New York (New York, Etats-Unis)
Première apparition : VO : Avengers (vol.1) # 165 (novembre 1977, par Jim Shooter & John Byrne) – VF : Les Vengeurs (Arédit) n°7 (juin 1982, avec Avengers (vol.1) # 181 ; Avengers # 176 a été publié dans Vengeur (Arédit) n°13 de décembre 1986)
Taille : 1m98
Poids : 93 kg
Yeux : Verts
Cheveux : Roux

Histoire : Henry Peter Gyrich est un agent fédéral, totalement dévoué aux intérêts de son gouvernement, appliquant sans faiblir ou pitié les ordres de ses supérieurs, ses méthodes impitoyables et sa manière forte lui ayant valu le surnom de « Pete Mauvaises Nouvelles » auprès de ses collègues. Préoccupé, voire obsédé, par sa carrière, Henry, sous ses dehors froids et sévères, n’en reste pas moins un homme capable de compréhension et d’attentions ; ainsi, à une époque indéterminée, il prit une année de congés afin de s’occuper de son père atteint de la maladie d’Alzheimer, tout à la fois parce qu’il refusait d’abandonner le vieil homme et le confier à des inconnus et aussi parce que son salaire n’aurait pas couvert toutes les dépenses ainsi engendrées. Tristement, les derniers mots de son père avant de finalement mourir de sa maladie dégénérative furent « Qui es-tu ? », la maladie ayant effacé tout souvenir de son propre fils. Il est peu douteux que cette épreuve ait laissé des traces profondes dans son caractère, renforçant certainement sa froideur et son austérité et Henry en garda une terrible crainte de succomber lui-même à cette maladie. Vers la même époque, au service de la National Security Agency (NSA), Henry fut l’agent de liaison avec le Département H du Canada et, dans ce cadre, eut plusieurs contacts avec leur principal agent, le mutant Logan, baptisé Wolverine.

A une époque vraisemblablement ultérieure au décès de son père, la National Security Agency (NSA) assigna à Henry la tâche d’agent de liaison avec les Avengers, chargé tout particulièrement de veiller à la sécurité des informations officielles et secrètes que le gouvernement acceptait de leur communiquer en vertu de leurs accords. En effet, depuis leur création, les Avengers bénéficiaient de certains avantages de la part des autorités, comme des exemptions vis à vis du trafic aérien, l’accès à certaines informations officielles confidentielles et un statut de priorité spécial leur permettant d’agir avec un minimum de bureaucratie et de paperasse. Dans ces fonctions, Henry était l’un des deux hommes (le second étant le Président des Etats-Unis) susceptible d’affecter le fonctionnement des Avengers de multiples manières.

Quand Henry se présenta pour la première fois au Manoir des Avengers, celui-ci venait de faire l’objet d’une attaque du Comte Néfaria. Les Avengers étaient partis à la poursuite du criminel et avaient laissé le Manoir sans surveillance, alors même que l’un de ses façades était éventré. Maîtrisant Jarvis, il constata l’absence totale de sécurisation des locaux des Avengers, et, après avoir convoqué les Avengers et exposé l’absence totale de sécurité du bâtiment et donc de l’accès aux données confidentielles ou aux technologies de pointe du groupe, entreprit la tâche de leur imposer des règles strictes sur la gestion quotidienne. Rapidement, les exigences de Henry entrèrent en conflit avec les intérêts pratiques du groupe et leurs habitudes et une altercation avec Hawkeye n’arrangea pas la situation. Il leur imposa d’améliorer la sécurité de l’accès à leur bâtiment, une tâche qui fut confiée à Scott Lang (le futur Ant-Man) de Stark International après avoir révoqué leur statut prioritaire, et tous les privilèges qui y étaient attachés. Quelques jours après, la sécurité ayant été améliorée, Henry exigea que les Avengers réduisent leurs effectifs à sept membres, qu’il allait lui-même choisir ; à sa décharge, les effectifs de l’époque des Avengers étaient véritablement pléthoriques, suite à leurs récents combats, dont leur bataille avec la menace cosmique Korvac. Malgré une consternation générale, Captain América apaisa la situation, soulignant que les Avengers devaient récupérer leur statut prioritaire et que le reste n’était que des inconvénients que les Avengers sauraient surmonter. A cette occasion, Henry imposa aux Avengers de recruter le Faucon (Sam Wilson), comme symbole de l’intégration de la communauté afro-américaine dans ce qui pouvait apparaître comme un groupe réservé aux héros blancs. Il imposa également un système d’authentification des Avengers par scannage rétinien, pour compenser le secret de leur identité secrète de certains Avengers. Il est possible également que les difficultés d’Iron-Man (Tony Stark) à l’époque – manipulé par Justin Hammer et l’objet d’une enquête après le meurtre de l’ambassadeur de Carnélie – ait encore accru les doutes et la méfiance d’Henry à l’égard de héros qui persistaient, pour la plupart d’entre eux, à conserver le secret de leur identité.

Henry supervisa directement les activités des Avengers pendant plusieurs semaines. Toutefois, quand les Avengers décidèrent de se rendre dans les Balkans pour porter secours à la Sorcière rouge et Vif argent, Henry leur refusa l’autorisation de décoller. Furieux, Captain América appela directement le Président des Etats-Unis qui annula la décision de Gyrich et les Avengers purent décoller. Pour régler ce conflit, les Avengers et Henry décidèrent de passer devant une commission spéciale, chargée de trancher le litige. Henry défendit seul ses positions face aux héros et leurs trois avocats, Emerson Bale, Jeryn Hogarth et Matthew Murdock mais, plus que la plaidoirie de ces derniers, ce fut l’arrivée d’une menace inconnue à New York qui détermina l’issue du procès. Alors que le juge s’apprêtait à lever la séance pour permettre aux Avengers de faire face à la situation, le Fauve incita ses coéquipiers à demeurer sur place, tendant le pied d’une table à Gyrich, arguant du fait que si le gouvernement et ses représentants refusaient de laisser aux Avengers leur liberté d’agir, les jugeant trop dangereux, ils devaient être prêts à faire face à ces menaces eux-mêmes. Sachant pertinemment qu’il ne serait pas capable d’affronter le danger, Henry, la mort dans l’âme, donna son accord pour que les Avengers interviennent, reconnaissant lui-même que ses interdictions et réglementations risquaient un jour de nuire à l’activité des héros. Suite à cette audience, les Avengers retrouvèrent une liberté d’action et leur autorisation fédérale ; par ailleurs, ils réduisirent d’eux-mêmes leurs effectifs à six membres, considérant que des effectifs trop importants se révélaient finalement nuisibles pour leurs actions, donnant ainsi partiellement raison à Henry pour sa réduction drastique du nombre de Avengers actifs. Son travail accompli, Henry demeura l’agent de liaison des Avengers, un élément parfois gênant mais dans une proportion nettement différente que par le passé. Néanmoins, suite à un nouvel incident lié à la sécurité du pays, Henry prit part à une commission sénatoriale impliquant les Avengers, affirmant que ceux-ci représentaient une brèche dans la sécurité des Etats-Unis. Quand l’enquête fut terminée, le comité sénatorial donna de nouvelles consignes aux Avengers et nomma également Raymond Sikorski comme nouvel agent de liaison, à la place de Henry.

Henry fut, de son côté, nommé à la nouvellement créée Commission aux Activités Surhumaines (CAS). Au sein de la CAS, Henry devait malgré tout continuer à entretenir des relations houleuses avec les Avengers et plus particulièrement avec Captain América quand la CAS exigea du héros qu’il se soumette aux ordres du gouvernement. Rogers refusa et préféra renoncer à son identité – qui fut alors confiée à John Walker, aujourd’hui l’USAgent – plutôt que de répondre de ses actes devant une autorité gouvernementale. Parallèlement, en collaboration avec l’industriel Sebastian Shaw (secrètement le Roi Noir du Club des Damnés et, surtout, un mutant), Henry participa au Projet Wideawake, un projet fédéral secret – dirigé par le conseiller du Président à la sécurité, le Juge Petrie – chargé de proposer une réponse à la croissance de la population mutante des Etats-Unis, principalement par le biais de la conception de nouvelles Sentinelles mais aussi par le développement de nouvelles armes. Vers la même époque, Henry se retrouva impliqué dans l’effort de guerre des Etats-Unis contre des extra-terrestres appelés les Spectres noirs ; à cette occasion, il travailla aux côtés du mutant Forge, un manufacturier d’armes pour le gouvernement et le SHIELD. Henry prit avec lui un revolver spécialement conçu par Forge pour neutraliser les pouvoirs des mutants, afin de capturer Malicia, qui venait de pénétrer par effraction dans une base secrète du SHIELD et représentait un risque pour la sécurité. Lors d’une confrontation entre Malicia et Tornade, d’un côté, et les forces gouvernementales conduites par Henry, de l’autre, celui-ci toucha accidentellement Tornade avec l’arme ; celle-ci priva la mutante de ses pouvoirs, qu’elle ne retrouva que plusieurs mois plus tard, avec l’aide de Forge. Peu après, lors de l’ultime offensive des Spectres noirs contre les humains, Henry tenta d’utiliser la version mise au point par Forge du neutraliseur de Rom, le Chevalier de l’espace, placée en orbite, pour débarrasser la Terre de tous les surhumains en faisant disparaître toute capacité surhumaine. Il fut mis en échec par Rom et Forge et ne put qu’observer, attaché, pendant que les deux hommes se contentaient de bannir le Monde des Spectres au lieu de détruire tous les surhumains, héros et criminels. Quelques temps après, la CAS, sous l’influence de Valerie Cooper, établit sa propre réponse à la question mutante, laissant le Projet Wideawake sombrer dans l’oubli, en formant une équipe d’agents fédéraux mutants, destinée à neutraliser la menace des mutants indépendants : la Freedom-Force.

Les activités de Henry par la suite demeurent peu connues et ce n’est qu’après l’affaire Onslaught qu’il fit vraiment sa réapparition, étant chargé de la traque de Hulk, qui l’amena à croiser le chemin de Betty Banner. En même temps, Henry collaborait depuis quelques temps avec l’Opération : Tolérance Zéro, un mouvement secret et international sous l’égide de Bastion, dont le but était la lutte contre les mutants – un succédané du Projet Wideawake, définitivement abandonné après la prise de contrôle des Sentinelles par Onslaught. Solide soutien de Bastion, il ignorait cependant que celui-ci transformait des humains en Sentinelles-Prime par le biais de la cybernétique et que les plans de celui-ci d’élimination des mutants impliquaient la soumission des autorités à ses ordres. Quand Henry se retrouva lui-même prit pour cible quand Bastion déclencha la première phase de son opération, il eut la vie sauva grâce à l’intervention de Iceberg, Marrow et Spider-Man (Peter Parker). Réalisant que Bastion était devenu une menace envers le gouvernement bien supérieure à celle posée par les mutants, il ordonna la fermeture de l’opération et fit procéder à l’arrestation de Bastion, avec l’appui du Sénateur Robert Kelly.

Henry fut alors nommé à la tête de la CAS, succédant ainsi à Valerie Cooper. Là, la méfiance de Henry vis à vis des surhumains fit de lui une cible idéale pour le Baron Strucker, qui avait mis au point des nanites capables d’infecter n’importe quel individu pour le placer sous son contrôle. Ainsi, sous l’influence des nanites de Strucker, Henry utilisa les ressources de la CAS pour réveiller le Nomade (Jack Monroe), placé quelques temps auparavant en animation suspendue, et faire de lui un assassin à sa solde sous l’apparence de Scourge, tout en planifiant l’élimination de la population surhumaine de la planète. Toutefois, les Thunderbolts de Hawkeye dévoilèrent les activités illégales d’Henry et mirent un terme à ses projets ; Henry fut libéré du contrôle des nanites mais l’affaire l’humilia vis à vis de ses collègues de la CAS et il perdit la direction de la Commission.

Suite à cet incident, Henry fut ainsi réaffecté au Département d’Etat, comme agent de liaison auprès de la Panthère Noire, ce qui le remit en contact avec les Avengers quand le souverain du Wakanda réintégra les effectifs du groupe. Malgré certains tension initiales à cause de leur ancienne et houleuse relation, les Avengers, sur l’idée de Captain América, acceptèrent Henry comme agent de liaison avec les Nations Unies, avec lesquelles les Avengers travaillaient désormais. Quand le nouveau Scorpion enleva tous les dirigeants de la planète, les Nations Unies confièrent aux Avengers la tâche d’assurer la direction de la Terre pendant la crise ; Henry leur fut d’une aide stratégique pour régler les différents problèmes politiques et diplomatiques engendrés par une telle situation. Peu, il eut encore l’occasion de montrer toute sa valeur aux yeux des Avengers quand il refusa de communiquer des informations au Secrétaire de la Défense Dell Rusk (en réalité Crâne rouge). Il ne céda jamais, même lorsqu’il fut sévèrement battu pour le faire parler, ce qui impressionna les héros, leur montrant qu’au-delà de ses apparences rigides et strictes, se cachait un véritable homme de conviction. Avec l’appui du Faucon, il put même démasquer l’imposture de Crâne rouge, qui fut bientôt remplacé par Tony Stark, avec lequel Henry eut quelques litiges concernant les relations des Avengers avec le gouvernement américain ; agent de liaison des Nations Unies, Henry refusait ainsi d’obéir aux directives du gouvernement, montrant de nouveau son intégrité morale et sa conscience professionnelle. Ses fonctions d’agent de liaison prirent fin avec la dissolution des Avengers, et donc le retrait du soutien des Nations Unies, consécutif à la crise de folie de la Sorcière rouge qui ravagea le groupe.

Henry retourna du coup à la CAS où, avec Dallas Riordan récemment nommée à la Commission, il supervisa l’action des Thunderbolts du Baron Helmut Zemo ; c’est à cette époque que fut adoptée le Superhuman Registration Act (SRA) et Zemo, avec l’accord de la CAS, fut chargé d’arrêter les criminels pendant que la communauté super-héroïque se divisait au sujet de l’attitude à adopter face à la loi, l’empêchant de réagir aux activités criminelles. Au cours de la Guerre Civile, les Thunderbolts de Zemo se retrouvèrent à court d’effectif et une nouvelle version du groupe, sous la direction de Norman Osborn, fut constituée pour accélérer l’arrestation des Avengers secrets de Captain América.

Quand la situation fut apaisée, Henry, nommé Secrétaire des Forces Armées Surhumaines, s’installa au Camp Hammond, le centre de formation des jeunes surhumains, à Stamford, dans le Connecticut. C’est sous sa supervision que le Gantelet fut recruté comme instructeur pour le camp et, lorsque l’une des jeunes recrues, MVP, trouva la mort lors d’un exercice d’entraînement, il ordonna de dissimuler l’affaire pour éviter le scandale. Comme tuteur spécial pour Trauma, indirectement responsable du décès de MVP, il recruta le Fauve (Hank McCoy) ainsi que l’ex-mutante Danielle Moonstar (qui avait perdu ses pouvoirs lors du Jour-M). Cependant, Henry et elle ne s’entendirent pas et il la renvoya bientôt en constatant qu’elle formait Trauma pour qu’il vienne en aide aux personnes souffrant de diverses phobies plutôt que de lui apprendre à utiliser ses pouvoirs de manière offensive. Peu après, il organisa l’Initiative de l’Ombre, un groupe de surhumains dont l’existence était tenue secrète et chargé des opérations officieuses de l’Initiative. En même temps, considérant que le Camp Hammond ne progressait pas assez rapidement, il ordonna au Baron von Blitzschlag de procéder au clonage de MVP, qui aboutit finalement à la naissance de KIA ; mais, ce dernier, perdant rapidement la raison, ravagea le Camp Hammond, manquant de peu de tuer plusieurs cadets de l’Initiative. Directement impliqué, Gyrich fut lors renvoyé du programme Initiative par Iron-Man, considéré comme le principal responsable de cette débâcle.

Quelques temps plus tard, Henry fut affecté au SWORD (Sentient World Observation and Response Department) par Norman Osborn, qui avait succédé à Stark à la tête de l’Initiative, après la tentative d’invasion de la Terre par les Skrulls. Il devint ainsi co-directeur de l’agence aux côtés d’Abigail Brand, pour le plus grand déplaisir de celle-ci. Menant une politique paranoïaque envers tous les extra-terrestres, Henry fit enlever, et emprisonner, plusieurs extra-terrestres vivant sur Terre, parfois depuis des années, comme Noh-Varr, Adam-X, Jazinda, Karolina Dean ou encore Hepzibah, avec le projet avoué de les renvoyer sur leurs planètes d’origine. Quand Brand commença à s’opposer à sa politique, Henry la fit arrêter à son tour, ainsi que Lockheed. Cependant, le Peak, la base du SWORD, fut alors attaquée par d’autres extra-terrestres ; survivant à l’attaque initiale, il fut témoin de la résistance menée par Brand et les récents prisonniers faits par Gyrich, contre les envahisseurs, qui conduisit à leur défaite. Brand profita alors de l’impuissance de Gyrich à repousser l’attaque pour le menacer et le faire chanter, afin d’obtenir sa démission.

Revenu sur Terre, Henry fut enlevé par la suite par la faction d’Hydra dirigée par la Reine Hydra ; l’organisation criminelle le soumit à un lavage de cerveau, afin de l’utiliser pour manipuler à son tour Dennis Dunphy, alias Demoliton-Man, dont il fit le nouveau Scourge afin de tuer des criminels bénéficiant du programme de protection des témoins , prétendant ainsi « réparer le système ». Les assassinats de Dunphy attirèrent rapidement l’attention de Captain América et du SHIELD ; tandis que Dunphy trouvait la mort en tentant lui-même de tuer Captain, Henry tomba dans un piège et fut arrêté par le SHIELD.

Pouvoirs : Aucun.

Aptitudes : Henry Gyrich est extrêmement au fait de la bureaucratie et de l’organisation interne du gouvernement ; il maîtrise également les techniques de négociations, connaissant, au moins de manière familière, différents systèmes gouvernementaux et juridiques étrangers tels que la Latvérie ou le Wakanda.

Armes : Henry Gyrich est souvent armé d’un revolver, ses fonctions lui permettant de porter une arme.

Iron Sim 8294

Lire plus de fiches



Wiki de Marvel World


  • Le MCU, les films Spider-Man, les univers cinématographique X-Men vous intéresse ? Retrouvez toutes les informations sur les films, séries TV et jeux vidéo sur notre Wiki !

    Testez le Wiki de Marvel World !

Recrutement


  • Nous recherchons des traducteurs Anglais->Français bénévoles (comme nous) pouvant nous aider à traduire une quantité conséquente d'informations sur le monde Marvel.

    Contactez-nous !

    Si Marvel World vous a aidé à développer vos connaissances sur l'univers Marvel, rendez-nous la pareille et faite parti d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 12
    Membre : 0