Recrutement


Nous recherchons actuellement des fans Marvel bénévoles pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel. Si vous possédez un bon niveau de traduction de l'anglais vers le français et que Marvel World vous a un jour aider, il est temps de nous rendre la pareille !

Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Encyclopédie - Stark Industries - Marvel-World.com

Encylopédie - Stark Industries

Membres actifs : Aucun
Anciens membres : Bart Ainslee, Felix Alvarez, Chet Anderson, Marjorie Anderson, Bambi Arbogast, Dr Gray Armond, Joseph « Joe » Arnold, Joel Arons, Yvette Avril, Geoffrey Ballard, David Beaumont, Herbert Bell, Arturos Benning, Veronica Benning, Bradley Beynon, Dr Birch, Elizabeth Bondi, Gallileo « Leo » Braithwaite, Hal Bright, Desmond Burrell, Bethany Cabe, Ted Calloway, Colin Campbell, Curtiss Carr, Diane Caruthers, Amanda Chaney, Soo Lin Chu, Lee Clayton, Earl Cowan, Edward Deal, Margaret Dillon, Charley Dobbs, Geoff Douglat, Jane Duncan, John Ehrman, Suzi Endo, Clytemnestra Erwin, Morley Erwin, Joseph « Joe » Faulkner, Wilson Fisk, Bill Foster, Jane Foster, Jake Fox, Kenjiro Fujikawa, Rumiko Fujikawa, Harmon Furmintz, Jake Fury, Tso Fwon, Rich Gannon, Simon Gilbert, Philip Grant, Charles « Charlie » Gray, Yoshi Hachiman, Virginia Hanlon, Chester Harrigan, Dr Edward Hawkins, Bertram Hindel, Harold « Happy » Hogan, HOMERE, Karaguchi Inoyawa, Sarah Jennings, Jocaste, Michael « Mike » Jochum, Martha Johns, Toshi Kanada, Sylvia Karnowsky, Kurt Kennison, Joseph Kilman, Ted Kinderman, Yu Kirin, Abraham « Abe » Klein, Takeshi Kobayashi, Jan Kolins, Talia Kruma, Yu Kurin, Scott Lang, Joseph Liebowitz, Wayne Linnier, Krissy Longfellow (également comme Whitney Frost, Giulietta Nefaria), Randy Macklin, Frankie Majors, Eddie March, Harold Marks, Vic Martinelli, Holy McCann, Sally McIntyre, Archie Merchant, Ramona Napier, Kylie Normandy, Kevin O’Brien, Cal Oakley, Blane Ordway, Archie Park, Marcy Pearson, Bob Peterson, Artemus Pithins, PLATON, Virginia « Pepper » Potts-Hogan, Ricardo Pruz, Garrison Quint, Katherine Rennie, Madeline Reznek, James « Jim » Rhodes, Bernard Roberts, Ralph Roberts, Jack Rutledge, Mark Scarlotti, Norm Seeger, Bill Segrist, Nancy Sekido, Gregor Shapanka, James Simpson, Jasper Sitwell, Victoria Snow, Dr Erica Sondheim, Tessa Springfield, Obadiah Stane, Anthony « Tony » Stark, Edward Stark, Howard Stark, Isaac Stark Sr, Isaac Stark Jr, Maria Stark, Morgan Stark, Michael Stockton, Maximilian Stone, Sun-Tao, Fisher Todd, Robert Todd, Michael Trudeau, Wayne Unnier, Anton Vanko, Gilbert Vaughn, Vendredi, Nick Walcek, Anna Wei, Dale West, Tom Wilkins, Atha Williams, Clay Wilson (sous l’identité de Carl Walker), Roderick Withers, Cherry Wood, Dr Su Yin, Stanley Zane, Ryan Zimm, Abraham « Abe » Zimmer, Arwyn Zurrow
Autres noms : les Entreprises Stark, Stane International, Stark International, Stark-Fujikawa
Base d’opérations : Actuellement aucune, autrefois Long Island (New York, Etats-Unis) et de nombreux centres à travers le monde :
- aux Etats-Unis : Baltimore (Maryland), Chicago (Illinois), Cincinnati (Ohio), Detroit (Michigan), Houston (Texas), Los Angeles (Californie), Manhattan (New York), Miami (Floride), Portland (Oregon), San Diego (Californie), Seattle (Washington)
- à l’extérieur des Etats-Unis : Berlin (Allemagne), Dublin (Irlande), Hambourg (Allemagne), Hong Kong (Chine), Londres (Royaume-Uni), Manille (Philippines), Moscou (Russie), Paris (France), Port-au-Prince (Haïti), Rome (Italie), Tokyo (Japon) ; autrefois, le Costa Diablo et la Slorénie
Première apparition :
- Stark Industries : VO : (non identifiée) Tales of Suspense (vol.1) # 40 (avril 1963, par Stan Lee, Robert Bernstein & Jack Kirby), (identifiée) Tales of Suspense (vol.1) # 45 (septembre 1963, par Stan Lee, Robert Bernstein & Don Heck) – VF : Strange n°2 (février 1970, avec Iron-Man (vol.1) # 2 ; Tales of Suspense # 40 et 45 ont été publiés dans Iron-Man : L’Intégrale volume 1, d’avril 2008)
- Stark International : VO : Iron Man (vol.1) # 73 (mars 1975, par Tom Orzechowski, Mike Friedrich, Arvell Jones & Keith Pollard) – VF : Strange n°76 (avril 1976)
- Stane International : VO : Iron Man (vol.1) # 173 (août 1983, par Dennis O’Neil & Luke MacDonnell) – VF : Strange n°179 (novembre 1984)
- les Entreprises Stark : VO : Iron Man (vol.1) # 214 (janvier 1987, par Danny Fingeroth & Tom Morgan) – VF : Strange n°219 (mars 1988)
- la Stark-Fujikawa : VO : Tales of the Marvel Universe # 1 (février 1997, par Howard Mackie & Klaus Janson) – VF : Marvel Select n°1 (mars 1998)
- Stark Solutions : VO : Iron-Man (vol.3) # 1 (février 1998, par Kurt Busiek & Sean Chen) – VF : Iron-Man (vol.2) n°1 (mars 1999)

Histoire : Stark Industries était l’une des principales entreprises de conceptions et de fabrications de technologies de pointe, utilisées dans les composants électroniques, l’armement, les systèmes de défense, l’automatisation, la recherche médicale, la recherche scientifique, l’aéronautique terrestre et spatiale et d’autres encore. Le principal centre de la compagnie se situait à Long Island, dans l’état de New York, mais Stark Industries disposait de branches à travers les Etats-Unis. La firme multinationale trouve sa naissance dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, aux Etats-Unis, sous la forme d’un affaire familiale d’ingénierie et de manufacture dirigée par Isaac Stark Sr ; celui-ci développa de nouvelles technologies électriques et d’ingénierie dans le domaine de la sécurité. Au cours du vingtième siècle, la petite société connut une large expansion, sous la conduite de Howard Stark, devenant l’une des principales sociétés industrielles du monde. Celui-ci acquit la majorité de la société quand son frère Edward choisit de lui revendre ses parts, une décision qu’il devait regretter peu avant sa mort. Stark Industries devint l’un des principaux partenaires commerciaux du gouvernement américain, fournissant les composants électroniques employés dans l’aviation, les missiles et l’armement moderne. Très considéré pour la qualité et l’innovation de ses produits, Stark Industries (SI) étendit progressivement ses opérations, de telle manière que dans les années 1980, la société concevait et fabriquait totalement des avions, des missiles, des systèmes de guidage, etc., plutôt que de se limiter à la simple fabrication de composants qui étaient assemblés ailleurs. Howard Stark n’hésita pas à tirer partie de l’inventivité de son fils Anthony, afin de développer de nouvelles technologies, tout particulièrement dans la conception de transistors électriques, alors même que Tony se s’intéressait que très peu à la gestion quotidienne de la société. Republic Oil & Gas, une firme concurrent de SI, finança secrètement les assassinats de Howard Stark, et de son épouse Maria, alors qu’ils rentraient chez eux en voiture. Tony Stark fut, du jour au lendemain, promu au rang de président de la société, une situation que Republic Oil & Gas espérait exploiter pour le pousser à leur revendre ses parts de l’entreprise.

Cliquez ici pour voir le plan de l’usine de Long Island et sa légende en grand
Dans les premiers jours qui suivirent la disparition des Stark, Tony se reposa uniquement sur sa « secrétaire », Virginia « Pepper » Potts, qui réussit à tenir à bout de bras une société qui avait perdu toute direction. De son côté, Tony, lors d’un voyage pour superviser les opérations de sa compagnie sur le terrain, fut sérieusement blessé par un éclat d’obus, qui se logea près de son cœur. Brièvement détenu en captivité, il conçut alors une plaque thoracique capable de le maintenir en vie en tenant l’éclat éloigné de son cœur, plaque qu’il compléta d’une armure complète. Rentré aux Etats-Unis, Tony présenta « Iron-Man » comme son garde du corps personnel et responsable de la sécurité de son entreprise. Abandonnant le rôle de play boy de la jet set qui avait été le sien jusque là, il s’investit alors dans la gestion de Stark Industries, réussissant à développer encore sa société, pour la plus grande consternation de Republic Oil & Gas (qui allait devenir la Roxxon Oil Company). D’une entreprise multimillionnaire, Stark Industries passa à une société multimilliardaire. Potts demeura à ses côtés durant cette époque, de même que son chauffeur, Harold « Happy » Hogan. Par ailleurs, avoir un héros célèbre et médiatique associé à la compagnie améliora grandement l’image publique de Stark Industries. Les nombreux contrats militaires et assimilés dont bénéficiait SI conduisirent à l’intervention, et parfois des conflits, du sénateur Harrington Byrd. Après qu’Iron-Man avait aidé à fonder les Vengeurs, SI fournit une grande quantité d’équipements spéciaux à la nouvelle équipe. Mais, un élément clé de l’expansion, et du succès, de Stark Industries (SI) fut la fondation de l’agence internationale d’espionnage et de renseignement du SHIELD. L’organisation nécessita très rapidement un équipement de très haute technologie et les références solides de SI avec le gouvernement, ainsi que le renom de Stark comme inventeur, permirent à la société d’obtenir la place lucrative de premier fournisseur du SHIELD. Stark lui-même fut directement impliqué dans la conception et la fabrication de la quasi totalité de la technologie lourde du SHIELD, de son énorme héliporteur volant et de sa station spatiale abritant un petit équipage jusqu’à l’armement personnel des agents et les instruments de surveillance miniaturisés. SI commença à ouvrir des usines à travers les Etats-Unis et l’Europe, afin de répondre rapidement aux vastes besoins technologiques du SHIELD. Cette situation poussa le SHIELD à dépêcher son propre homme de liaison, l’agent Jasper Sitwell, chargé de s’assurer de la sécurité des installations de SI. Pour refléter le développement mondial de son entreprise, désormais implantée sur les sept continents et dans une trentaine de pays, Stark changea finalement le nom de celle-ci pour en faire Stark International.

A ce moment-là, Stark avait diversifié les clients de sa société au-delà du SHIELD, en étendant son expertise dans d’autres domaines, au-delà des technologies de l’armement et de l’aviation, qui avaient été les bases de la création de la société. Suite à une crise de conscience, en partie née de sa relation avec Roxanne Gilbert, Tony Stark finit par mettre un terme au contrat exclusif de SI avec le SHIELD, et en l’espace d’une année, abandonna totalement la fabrication d’armements. Stark se retira du secteur sans brusquerie, fournissant au SHIELD d’innombrables équipements en avance, mais le comité directeur du SHIELD fut néanmoins mécontent que l’esprit inventif de Stark ne leur serait désormais accessible que pour des technologies pacifiques et de maintien de la paix. Se tournant vers d’autres compagnies pour leurs besoins en armement, le comité directeur du SHIELD fut de plus en plus déçu par la qualité du travail et ils organisèrent alors un rachat massif, mais secret, des actions de la compagnie, dans le but d’y acquérir une position dominante et, ainsi, de contraindre SI à reprendre les marchés d’armement. Cependant, Tony Stark fit échec à leur tentative de racheter les actions du grand public en les devançant, assurant ainsi la place de SI parmi les entreprises privées. Progressivement, Stark s’entoura d’un personnel brillant et dévoué, parmi lesquels son responsable des relations publiques, Artemus Pithins, son assistante de direction Bambi Arbogast, son chef de la sécurité Vic Martinelli, son pilote Jim Rhodes ou encore sa vice-présidente Yvette Avril.

Peu de temps après cela, l’entrepreneur et homme d’affaires européen Obadiah Stane commença à son tour à s’intéresser à Stark International, décidant d’en devenir l’actionnaire majoritaire, voire unique. Par le biais d’une série de manœuvres complexes, et largement douteuses sur le plan de la légalité (du simple sabotage industriel à la guerre psychologique contre Stark lui-même, le poussant dans l’alcoolisme), Stane réussit à prendre la présidence et la direction de SI. Stark refusa de travailler sous les ordres de Stane et quitta alors la compagnie fondée par son père. Stane rebaptisa alors la société Stane International et reprit rapidement la fabrication d’armes pour le SHIELD, ce qui conduisit à suspecter une connivence entre l’organisation et Stane pour la prise de contrôle de SI. La plupart des proches collaborateurs de Stark démissionnèrent alors, refusant de travailler pour Stane. Quand Tony Stark, redevenu sobre et prêt à reprendre sa vie en mains, se retrouva, en Californie, partie prenante d’une start-up d’électronique, baptisée Circuits Maximus, l’excentrique Obadiah Stane s’intéressa de nouveau à son ancien rival. Joueur d’échecs insatiable, Stane pensait qu’il avait totalement et définitivement brisé Stark et fut stupéfait de voir les efforts de ce dernier pour reprendre une place sur le marché. Aussi, Stane reprit ses complots contre Stark, découvrant qu’il n’était autre qu’Iron-Man (un fait qu’il avait suspecté depuis longtemps mais rejeté quand Jim Rhodes remplaça quelques temps Stark sous l’armure). Les machinations de Stane conduisirent à la mort de Morley Erwin, l’un des nouveaux associés, et amis, de Stark, poussant celui-ci à redevenir Iron-Man pour faire face à Obadiah Stane. Les techniciens de Stane conçurent à leur tour une armure basée sur d’anciens schémas de Stark, que Stane porta alors sous le nom d’Iron-Monger. Stane provoqua Stark afin de le combattre physiquement ; vaincu, Stane préféra alors se suicider sous les yeux de son adversaire plutôt que de reconnaître sa défaite.

Stark, sous son identité d’Iron-Man, avait été le seul témoin de la mort de Stane et le personnel de sécurité de SI fit rapidement disparaître le cadavre décapité par un répulseur. Stark décida de ne faire aucune tentative pour récupérer la présidence de Stane International, préférant au contraire recommencer de zéro. Ainsi, la mort de Stane ne fut jamais évoquée dans les médias et il disparut simplement de la circulation du jour au lendemain. Seul Stark, quelques-uns uns de ses proches, le personnel de sécurité de SI et les hauts responsables du SHIELD étaient au courant de la situation. Stane International continua ainsi à être le premier fournisseur d’armement et de technologies du SHIELD. De son côté, Tony Stark fonda une nouvelle société à Los Angeles, les Entreprises Stark, recrutant plusieurs de ses anciens employés, comme Arbogast, tout en engageant de nouveaux cadres, tels Marcy Pearson aux relations publiques, Garrison Quint comme chef de la sécurité, Abe Zimmer comme programmeur informatique et, enfin, l’avocat Felix Alvarez. Les Entreprises Stark grandirent rapidement, d’autant que Stark se lança dans une politique d’acquisition de sociétés de moindre taille, comme Accutech, Barstow Electronics, mais aussi des firmes solidement établis comme la Cordco (Cord Conglomerate). Pendant ce temps, Stane International se retrouvait entre les mains de Justin Hammer, un homme d’affaires véreux et ancien rival de Stark et d’Iron-Man à la fois. Stark tourna alors son attention vers la société de son père et obligea Hammer à lui revendre l’entreprise. Cependant, sous la direction de Stane puis de Hammer, SI s’était lancé dans des affaires douteuses et la mauvaise réputation de SI ne tarda pas à rejaillir sur les Entreprises Stark. Tony Stark fut alors nettoyer et se débarrasser des opérations risquées, voire immorales ou illégales, dans lesquelles Stane International avait été impliqué.

Durant une période où Tony Stark passa pour mort, ayant lui-même simulé son propre décès afin de pouvoir faire soigner son système nerveux défaillant par cryogénie, James Rhodes fut nommé au poste de président-directeur-général des Entreprises Stark. Mais Rhodes démissionna avec fracas de la société quand Stark réapparut, révélant la supercherie, et reprit ses fonctions. Lorsque Stark trouva véritablement la mort sous son identité d’Iron-Man, en combattant Immortus et ses laquais aux côtés des Vengeurs, les Entreprises Stark furent rachetés par la firme japonaise Fujikawa International ; les deux sociétés furent fusionnées pour devenir la Stark-Fujikawa. Tony Stark, en même temps que les héros disparus en affrontant Onslaught, réapparut quelques mois après mais, plutôt que de récupérer son ancienne entreprise, fonda, à nouveau, une autre société, Stark Solutions, une société offrant ses services pour régler les difficultés rencontrées. En parallèle, la Stark-Fujikawa rachetait Oracle Inc., la société fondée par Namor d’Atlantis, le prince des mers, puis la compagnie de Daniel Rand (Iron-Fist) : Rand-Meachum Inc. Ironiquement, durant cette période, Tony Stark commença à fréquenter Rumiko Fujikawa, la petite-fille de Kenjiro Fujikawa, le président de la Stark-Fujikawa. Finalement, quand Stark décida de reprendre possession de l’entreprise familiale, faisant l’acquisition, ce faisant, d’Askew Electronics et de la Donahue Corporation, Rumiko Fujikawa donna à Stark les dernières actions qui lui étaient nécessaires pour avoir une position dominante au conseil d’administration. Stark reprit ainsi la tête d’une vaste multinationale, qui reprit alors le nom de Stark Industries.

Lorsque Tony Stark fut nommé au poste de secrétaire à la défense du gouvernement américain, il s’éloigna des affaires quotidiennes de son entreprise ; c’est alors qu’un de ses anciens rivaux en affaires, Clarence Ward, lança un assaut dévastateur contre SI, tuant au cours de celle-ci la jeune Rumiko Fujikawa. Dans les semaines qui suivirent la tragédie, Fujikawa International retira ses intérêts de Stark Industries, ainsi que des compagnies satellites comme la Rand-Meachum. Peu après, Stark Industries fit l’acquisition de Futurepharm, une firme qui venait de mettre au point le dangereux virus Extremis, que Stark espérait ainsi mettre hors d’atteinte du grand public. La nomination de Stark à la tête du SHIELD après l’adoption du Superhuman Registration Act (SRA) éloignèrent de nouveau l’industriel de la gestion courante de SI, qui fut assurée principalement par Virginia Potts-Hogan.

Au cours des années, Stark Industries a, de manière quasi permanente, travaillé en collaboration avec le gouvernement américain et le SHIELD, mais aussi des entités telles que Starcore, la Voûte, le Projet : PEGASUS, les Vengeurs, les Nations Unies et le Havre, une association de protection pour les femmes. De plus, la société a absorbé plusieurs autres entreprises, ou a développé des filiales spécialisées ; il en est ainsi d’Accutech Research & Development, Askew Electronics, Barstow Electronics, la Cordco, Donahue Corporation, Funtime Inc., Smart Green Technologies et de Stark Bio-Film Reasearch, Stark Heavy Industries, Stark Insurance, Stark Light Time Computing, Stark Robotics, Stark Super Dynamics, Stark Solutions, Stark Heart Foundation et aussi des œuvres de bienfaisance ou caritatives : la Fondation Maria Stark, l’hôpital pour enfant du Mémorial Maria Stark, la clinique Stark d’aide à la lutte contre la dépendance (les deux derniers étant implantés dans la Tour Stark de New York). Parmi les différentes sociétés avec lesquelles SI a été en affaire, il est possible de citer : Akane Fusion Developments, Carter Steel, Electrolang, Fujiyama Industries, Marsten Manufacturing, Optech, Pendyne Inc. et Skyrise Inc. A l’opposé, la société se retrouva en concurrence avec Baintronics, Cross Technological Enterprises, Gilbertech, Hammer Industries, Horgan Manufacturing, Marrs Corporation, Moroboshi International, Osborn Industries, Roxxon Oil Company/Corporation, Trinational Commission, Viastone, Ward Industries et Williams Innovations.

Bien que SI cessa de produire des armes et des munitions, ses nombreux autres domaines de recherches et de productions couvrent l’anti-gravité, l’aéronautique, les applications informatiques, la bionique, la communication mobile, la communication satellitaire, la conception de semi-conducteurs, la conception de sous-marins, la cryogénie, la cybernétique, la déflexion lumineuse, l’énergie nucléaire, l’énergie thermique, les énergies alternatives, le forage, l’holographie, l’ingénierie aérospatiale, l’ingénierie automobile, l’ingénierie de la sécurité, l’ingénierie textile, l’intelligence artificielle, la nanotechnologie, la protection radiologique, les protections par systèmes énergétiques, la reconnaissance vocale, la robotique, les systèmes de guidage, la technologie médicale et les télécommunications. Sur le marché, SI a conservé les deux logos des Entreprises Stark et de Stark International et commercialise ses produits au travers de deux branches principales : Starktech (pour le hardware) et Starksoft (pour le software). Parmi les réalisations de SI figurent : la clinique Stark Center, les êtres holographiques Vendredi, HOMERE et PLATON, les Ateliers (l’ancien quartier général de Force Works) dont sa salle de combat virtuel, le Hexjet et l’Ordinateur du Chaos (tous les deux pour Force Works), d’innombrables armures d’Iron-Man mais aussi celles portées par Jim Rhodes, par les Gardes ou encore les Mandroïdes, les robots de type LMD (Life Model Decoy/Simulacre de Vie Modélisé), les héliporteurs du SHIELD, la station spatiale du SHIELD, le satellite Stark One, le Cervosaure, l’usine électrique sous-marine du Projet : Neptune, l’Enervateur, l’Homme-Quintronique, les équipements des différentes équipes de Vengeurs ou encore certains modèles de Sentinelles utilisés par l’O*N*E.

Peu avant la destitution de Stark à la tête du SHIELD, Stark Industries fut prise pour cible par Ezekiel Stane, le fils d’Obadiah, qui voulait ainsi venger son père. Tout au long d’une campagne terroriste à travers le monde, il porta de sévères coups à la compagnie, détruisant un grand nombre de ses installations à travers la planète. Peu après, Stark, jugé responsable de l’invasion des Skrulls sur la Terre, fut limogé et dut éviter l’arrestation en fuyant les soldats du HAMMER, l’agence qui venait de remplacer le SHIELD et était dirigée par Norman Osborn. Suivant les dernières recommandations de Stark, Pepper Potts-Hogan revendit les restes de SI à Osborn, qui en intégra les éléments dans sa propre société. Après la chute d’Osborn, lors du siège d’Asgard, et la réhabilitation publique de Stark, celui-ci décida de concevoir une nouvelle entreprise, Stark Résistance, tournée vers le développement de technologies futuristes. Aux côtés d’anciens collaborateurs (Potts-Hogan, Rhodes ou Arbogast), il recruta un nouveau personnel de recherches comme Carson Wynche, Leonard Pimacher, Tim Cababa ou Walter Macken.

Commentaires : Stark Industries est le nom d’une entreprise réelle, basée à Houston – au Texas – et qui fabrique des compresseurs à haute pression (http://www.starkindustries.com/).

ThierryM 10479

Lire plus de fiches



Wiki de Marvel World


  • Le MCU, les films Spider-Man, les univers cinématographique X-Men vous intéresse ? Retrouvez toutes les informations sur les films, séries TV et jeux vidéo sur notre Wiki !

    Testez le Wiki de Marvel World !

Recrutement


  • Nous recherchons des traducteurs Anglais->Français bénévoles (comme nous) pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel.

    Contactez-nous !

    Si Marvel World vous a aider à développer vos connaissances sur l'univers Marvel, rendez-nous la pareille et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 8
    Membre : 0