M’enregistrer  |  Connexion

Recrutement. Aidez-nous !


Nous recherchons actuellement des fans Marvel bénévoles pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel. Si vous possédez un bon niveau de traduction de l'anglais vers le français et que Marvel World vous a un jour aider, il est temps de nous rendre la pareille !

Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Encyclopédie - Spectre (le) (DeWolff) - Marvel-World.com

Encylopédie - Spectre (le) (DeWolff)

News » Marvel » Encyclopédie (5527 lectures)

Véritable nom : Brian DeWolff
Profession : Ancien propriétaire de club privé, vigilant, aventurier, officier de police
Statut légal : Citoyen des Etats-Unis, légalement décédé
Identité : Publiquement connue
Autre identité : The Wraith (VO)
Lieu de naissance : New-York (New-York, Etats-Unis)
Situation de famille : Célibataire
Parents connus : Philip DeWolff (père), Celia DeWolff Weatherby (mère), Carl Weatherby (beau-père), Jean DeWolff (sœur, décédée)
Appartenance à un groupe : Ancien agent du Département de Police de New York
Base d'opérations : Actuellement aucune, autrefois New York (New York, Etats-Unis)
Première apparition : VO : Marvel Team-up (vol.1) # 48 (août 1976, par Bill Mantlo & Sal Buscema) – VF : L’Album Araignée n°3 (2ème trimestre 1978)
Taille : 1m77
Poids : 86 kg
Yeux : Bleus
Cheveux : Blonds-roux


Histoire : Brian DeWolff était le fils de Phillip DeWolff, qui devint commissaire de police de la ville de New York ; il fut élevé par son père après le divorce de ses parents, tandis que sa mère, Celia DeWolff, bientôt remariée Celia Weatherby, obtenait la garde de sa sœur Jean. La séparation des enfants, inhabituelle dans les cas de divorce, était le résultat direct de l’influence de Phillip DeWolff : seul son fils ayant un attrait à ses yeux, pour lui succéder dans la police new-yorkaise, il réussit à obtenir la garde de celui-ci tandis qu’il laissait sa fille à son ex-épouse. Poussé par son père, Brian rejoignit l’académie de police, finissant diplômé avec les meilleures notes de sa promotion et fut alors engagé au sein des forces de police de New York. Pendant toute leur adolescence, et malgré à la fois la séparation de leurs parents et le mépris de Phillip DeWolff envers sa fille, qui devint une véritable haine quand celle-ci décida de s’inscrire à son tour à l’académie de police (car il considérait que la place des femmes étaient à la maison et non à assurer la sécurité des citoyens), Brian et sa sœur restèrent très proches l’un de l’autre, de véritables confidents mutuels.

Peu de temps après son entrée dans la police new-yorkaise, Brian et son partenaire Tim se retrouvèrent piégés par un gang de criminels près du quartier maritime sud de New York. Deux voitures bloquèrent celle de patrouille des deux agents ; Tim fut abattu immédiatement et Brian, qui avait réussi difficilement à s’extraire du véhicule, reçut une autre balle qui se logea près de sa colonne vertébrale. Entendant sur les ondes de la police, l’appel de détresse lancé par son fil, Phillip DeWolff se précipita sur les lieux et fut le premier à arriver découvrant son fils blessé. Désespéré, il transporta le corps de son fils dans sa propre maison, sans en informer quiconque, y compris les autres policiers quand ceux-ci arrivèrent sur les lieux. Brian fut porté disparu. Chez lui, Phillip DeWolff découvrit que la blessure avait endommagé d’importantes régions du système nerveux de Brian, le paralysant complètement et le plongeant dans le coma. Refusant de voir son fils survivre dans cet état, Phillip appela deux riches hommes qu’il connaissait, le banquier Karl Bonn et le propriétaire immobilier Max Vorster, dans l’espoir qu’ils puissent financer une opération pour son fils. Avec leur appui, Phillip confia dans le plus grand secret son fils à un chirurgien. Mais, depuis la « disparition » officielle de son fils, Phillip DeWolff commençait à fantasmer sur l’avenir de son fils, souhaitant qu’il devienne un vigilant masqué, doté de capacités surhumaines et qui affronterait le crime sans être limité par la loi, comme lui l’était dans son rôle de commissaire. Il l’imagina ainsi, tel un spectre, exerçant la justice par-delà la tombe. Cependant, sans que Phillip DeWolff ne le sache, Bonn et Vorster étaient eux-mêmes des criminels et n’avaient accepté d’aider le commissaire que pour pouvoir le contrôler, en lui faisant payer la dette contractée pour la survie de Brian. Leur plan devait toutefois tourner court car Phillip DeWolff fut, peu de temps après, contraint de prendre sa retraite par ses propres supérieurs. Malgré l’opération chirurgicale, Brian demeure dans le coma, maintenu en vie, les soins intégralement financés par Bonn et Vorster, alors que le secret de la survie de Brian était maintenu par les trois hommes.

Pendant ce temps, Jean DeWolff sortait à son tour de l’académie de police ; elle fut immédiatement promue inspectrice adjointe et chargée de l’affaire de la disparition de son frère. Phillip DeWolff tenta en vain de s’y opposer, d’autant plus furieux envers sa fille que celle-ci suivait désormais la carrière qu’il avait souhaitée pour Brian. Après deux ans d’enquête, Jean DeWolff fut incapable de trouver le moindre indice sur le sort de Brian et l’enquête fut définitivement close tandis que le département de police considérait que Brian était décédé. Cependant, au cours de ces deux années, Bonn et Vorster aidèrent Phillip DeWolff à obtenir des équipements scientifiques de plus en plus évolués, dans l’espoir de sortir Brian du coma et de restaurer sa mobilité, et, idéalement, le doter de pouvoirs psioniques. Quand Bonn commença à insister pour que Brian utilisa ses pouvoirs pour son propre compte et celui de Vorster, Phillip DeWolff réalisa que ses deux associés étaient des criminels. Furieux, l’ancien commissaire les attaqua mais il fut repoussé par les deux hommes vers la machine, appelée le revitaliseur, qui devait ranimer Brian. Le choc perturba les émissions du revitaliseur, qui englobèrent alors à la fois Brian et son père d’une même énergie ; Phillip s’effondra sur le sol, inconscient, tandis que Bonn et Vorster, croyant que le vieil homme était mort, prirent la fuite. Cependant, la brève union des esprits de Brian et de son père provoquée par le revitaliseur permit enfin au jeune homme de reprendre conscience ; cependant, en même temps, son père contrôlait désormais totalement son corps, ainsi que ses nouveaux pouvoirs psioniques, alors que l’esprit de Brian restait endormi. Phillip donna un costume à son fils, le rebaptisant le Spectre et décida de l’utiliser afin de se venger de ses deux anciens associés.

Le Spectre, dirigé par la conscience de Phillip DeWolff, réussit à tuer les deux hommes. Cependant, les activités du Spectre attirèrent naturellement l’attention de la police – parmi laquelle Jean DeWolff elle-même – ainsi que les deux héros costumés Spider-Man (Peter Parker) et Iron-Man (Tony Stark). Ils se retrouvèrent tous les trois peu après le second meurtre commis par le Spectre et affrontèrent celui-ci. Alors qu’ils enquêtaient, ils sollicitèrent l’aide du Dr Strange, afin d’obtenir des informations sur le sort de Brian DeWolff. Finalement, ils retrouvèrent tous les quatre le repaire de Phillip DeWolff et de son fils ; l’ancien commissaire tenta de tuer sa fille en utilisant les pouvoirs psychiques du Spectre mais Spider-Man aveugla alors Brian avec sa toile tandis que Iron-Man plaçait un casque sur Phillip DeWolff qui bloqua instantanément le contrôle mental exercé par ce dernier sur son fils. Immédiatement, le Spectre devint immobile et cessa son assaut, redevenant un corps catatonique. Alors qu’il demeurait dans le coma, Brian et son père passèrent devant les tribunaux pour les assassinats de Bonn et Vorster ; au cours de celui-ci, Phillip, qui luttait depuis sa capture contre l’influence du casque, réussit à s’en libérer et transféra son esprit dans le corps de son fils, le contrôlant mieux qu’il ne l’avait jamais fait jusque là. Toutefois, les trois héros – présents lors du procès – triomphèrent une fois de plus du Spectre et l’esprit de Phillip réintégra son propre corps. Utilisant alors sa magie pour pénétrer le corps de Brian sans le blesser, le Dr Strange réussit à retirer la balle fatidique près de la colonne vertébrale de Brian, avant de soigner mystiquement ses blessures. Le Sorcier suprême réveilla ainsi la conscience du jeune homme. Le procès reprit et Brian fut déclaré innocent des crimes du Spectre tandis que Phillip DeWolff était reconnu coupable et condamné à la prison. Jean DeWolff, qui assistait naturellement au procès, se jeta dans les bras de Brian, et le frère et la sœur furent enfin réunis après deux ans de séparation.

Au cours des mois qui suivirent, Jean aida son frère à reprendre le cours de sa vie ; ensembles, ils vinrent en aide à Iron-Man contre le criminel multimillionnaire appelé Midas, à une époque où celui-ci avait temporairement pris le contrôle des Entreprises Stark. A cette occasion, le Spectre se battit aux côtés d’Iron-Man, du Valet de cœur et du second Garde (Michael O’Brien). Au cours de la bataille, le Spectre, comme les autres alliés du Vengeur en armure, furent transformés en statue d’or par Midas mais, avec l’aide de Pourpoint jaune (Hank Pym), Iron-Man réussit à restaurer le corps naturel de ses alliés. Quelques mois plus tard, Brian, dont la santé mentale restait vacillante après son traumatisme, tomba sous la coupe de la Maggia et combattit pour leur compte une nouvelle fois Spider-Man et Iron-Man. Les deux héros, avec l'aide de Jean DeWolff, réussirent à ramener Brian à la raison et le Spectre les aida à vaincre l’Homme au fouet (Mark Scarlotti), un autre agent de la Maggia.

Quelques années plus tard, alors que Brian était parti s’installer en Californie, le criminel connu sous le nom du Rédempteur assassina Jean DeWolff, première victime d’une campagne d’assassinats dans New York. Quand le Rédempteur fut finalement démasqué comme un officier de police de New York, Brian, fou de chagrin, sombra dans la folie, considérant que tout le département de police de New York avait conspiré et souhaité la mort de sa sœur. Il rentra à New York avec l’idée de se venger de la police sous son identité du Spectre. Cependant, alors qu’il allait pénétrer dans un commissariat new-yorkais, sous l’apparence du Spectre, il croisa la route du Fléau de la pègre qui prenait la fuite, après avoir tenté en vain de tuer Flash Thompson, alors soupçonné d’être le criminel costumé appelé le Super-Bouffon. Entendant le Spectre marmonner son désir de tuer des policiers, le Fléau, lui-même déguisé en officie de police, ouvrit le feu sur Brian sans crier gare, tuant le Spectre sur place. Néanmoins, l’esprit de Brian survécut et réussit à se transférer dans le corps d’une autre personne, prenant le contrôle complet de celle-ci ; désormais totalement dément, il renonça à sa vengeance directe contre la police, prenant la tête d’un club privé appelé le Repaire des Vampires. C’est dans ce cadre qu’il se heurta à Morbius le vampire, qui tua son nouveau corps, causant cette fois la vraie mort de Brian DeWolff.

Plusieurs années après, Brian se retrouva parmi les dix-sept victimes du Fléau de la pègre que Hood ramena à la vie en utilisant la puissance de Dormammu, afin de constituer une escouade chargée de traquer le vigilant appelé le Punisher (Frank Castle). Pour les motiver, Hood les « informa » que le Punisher et le Fléau de la pègre ne formaient qu’une seule et même personne et le Spectre partit arpenter la ville afin de trouver la trace de leur cible. Cependant, il fut de nouveau tué par le Punisher, d’une flèche en pleine poitrine, basculant dans le vide du haut d’un immeuble.

Pouvoirs : Le Spectre possédait différents pouvoirs psioniques. Il pouvait lire les esprits d’autres personnes et prendre le contrôle d’une personne à la fois. Il pouvait projeter des illusions dans les esprits d’un ou plusieurs individus simultanément ; de cette manière, il donnait l’impression de modifier la réalité de manière drastique et surnaturelle, ou alors, simplement, paraître invisible (il réussit également à affecter l’esprit de Spider-Man afin que le sens d’araignée de ce dernier soit incapable de détecter le Spectre). Il était également capable de provoquer de la douleur chez ses victimes sans jamais provoquer le moindre dégât physique, juste en influençant les zones du cerveau gérant la souffrance. Le Spectre possédait aussi des facultés télékinésiques, lui permettant de faire léviter la matière ; les limites de cette faculté demeurent inconnues.

Aptitudes : Brian DeWolff était un agent de police entraîné et compétent, sorti le premier de sa promotion.

Par ThierryM

Site Web Adaptif

  • Marvel World est désormais adaptif pour un maximum de confort de lecture sur n'importe quel type de terminal !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 22
    Membre : 0