Redevenons tous enfants avec Kid Avenue !



Kid-avenue.com, chasseur d'idées et Marvel World vous proposent 6 lots exceptionnels !



Tentez dès maintenant de remportez une lampe 3D Spider-Man, la trottinette Avengers, la clé USB Hulk, le drap de plage Spider-Man ou la montre digitale Spider-Man en participant à notre concours sur Marvel World !

Cliquez ici pour participer au concours !

Encyclopédie - Annunaki (les) - Marvel-World.com

Encylopédie - Annunaki (les)





















Représentants connus : Anath, Anu, Apsou, Asherah, Ba’al-Hadad, Dagon, Ea, Ereshkigal, Inanna, Kingu, Lahmou, Lahamou, Lilith, Mardouk, Martu, Moloch, Mot, Nannar, Nergal, Ningal, Ningizzida, Ninlil, Pazuzu, Shammash, Tammuz, Tiamat, Ullikummis
Base d’opérations : Actuellement inconnue, autrefois le Dilmoun
Première apparition : VO : Conan the Barbarian (vol.1) # 30 (septembre 1973, par Roy Thomas & John Buscema) – VF : Conan (Comics Pocket) n°5 (3ème trimestre 1978)
Traits : Variables
Hauteur : Variable
Poids : Variable
Yeux : Variable
Peau : Variable


Histoire : Les Annunaki sont une race d’êtres humanoïdes surhumainement puissants, appelés des « dieux », et qui furent vénérés dès l’Atlantis antédiluvienne et la Valusie aux alentours de 19000 avant Jésus Christ ; ils continuèrent à l’être par plusieurs nations hyboriennes, avant de devenir le panthéon dominant des Sumériens, Assyriens et Babyloniens de l’antique Mésopotamie (la région située entre le Tigre et l’Euphrate), jusqu’à environ 500 avant notre ère ; les Cananéens, les Hittites, les Hourrites, les Philistins et les Phéniciens adorèrent également certains des Annunaki. La plupart d’entre eux habitait le pays du Dilmoun, une petite dimension adjacente à la dimension terrestre ; un passage dimensionnel permanent existait à l’époque sur ce qui allait devenir l’île, et le pays, de Bahreïn. Globalement, les Annunaki n’ont plus d’adorateurs à l’époque moderne ; avec le développement du monothéisme, d’abord le christianisme puis l’islam, au Proche et Moyen Orient, les Annunaki furent dénoncés comme des dieux païens ou des démons et leur culte disparut progressivement. Cependant, certains des Annunaki cherchèrent à maintenir des adorateurs et conserver leur puissance à tout prix. Un très grand nombre d’entre eux semble avoir ainsi dégénéré, avoir été remplacé ou même avoir engendré des contreparties démoniaques ; dans d’autres cas, des démons préexistant ont usurpé leurs noms et leurs fidèles, un phénomène dont avait bénéficié certains Annunaki quelques millénaires plus tôt au détriment de ces mêmes démons, une situation provoquant une immense confusion quand aux origines de tous ces êtres.

Les origines des Annunaki demeurent entourées de mystère. Le fait de savoir s’ils sont originaires de la Terre, d Dilmoun ou d’une autre dimension liée au Dilmoun encore demeure à établir. Selon les anciens mythes, Tiamat, à l’apparence d’un immense dragon et incarnation primordiale des eaux salées, et Apsou, incarnation des eaux fraîches sous la surface de la Terre, s’unirent et engendrèrent aux premiers Annunaki : Lahmou et Lahamou. Une génération plus tard, Anu (ou Anou), petit-fils de Lahmou et Lahamou, naquit et devint, adulte, le dieu du ciel, du paradis et le père céleste de son peuple. Avec la déesse primordiale de la Terre Gaea (connue sous le nom de Ki, puis Ninhursag, par les adorateurs des Annunaki), Anu donna naissance à une nouvelle génération de dieux. Quand Apsou se fatigua des disputes et conflits résultant de cette multiplication des jeunes dieux, il tenta de détruire Anu et le panthéon entier pour retrouver sa tranquillité ; il s’en suivit une violente guerre civile entre les dieux qui se termina avec la victoire du camp d’Anu et Apsou et Tiamat (également surnommée Léviathan lors de la bataille) morts. Environ 10000 ans avant Jésus Christ, Anu était vénéré dans des pays hyboriens tels que la Corinthe, y envoyant même le redoutable et destructeur Taureau du Ciel pour y seconder ses prêtres. Anu représenta les Annunaki lors de la réunion du Grand Aréopage, il y a environ 3000 ans, mais il semble que lui et de nombreux autres ont fini par quitter le plan terrestre, avec lequel ils ont rompu tout contact, se réinstallant dans un Royaume oublié, non identifié.


Dagon (Enlil à Sumer, Ellil à Babylone) était le dieu du vent et de l’air, fils aîné d’Anu et Ki. Le jeune Dagon fut banni à Irkalla (le monde souterrain) après avoir violé la déesse Ninlil (qui allait néanmoins devenir son épouse) mais il fut finalement autorisé à revenir au Dilmoun. Anu confia à Dagon les Tablettes du Destin, des tablettes magiques d’argile sur lesquelles figuraient des inscriptions cunéiformes faisant de lui l’organisateur suprême de l’univers, Anu se contentant de jouer le rôle de figure de proue du panthéon. Ba’al usurpa brièvement la place de Dagon lors de la guerre civile des Annunaki. En réaction, Dagon engendra un fils monstrueux, Ullikummis, un véritable béhémoth composé entièrement de pierre diorite impénétrable et qui atteint rapidement une taille gigantesque après sa naissance. Alors que la guerre civile faisait rage, le géant Ullikummis sortit des eaux et marcha sur le Dilmoun, chassant Ba’al du trône ; Ullikummis fut finalement détruit quand une scie magique fut utilisée pour lui trancher les pieds. Suite à la guerre, Dagon ne reprit pas le trône et Mardouk lui succéda comme souverain des Annunaki. Dagon est également le nom d’une immense créature aquatique, servie par une race d’hommes-poissons, qui sont suspectés d’appartenir à la race des Anciens (un groupe de démons extradimensionnels antérieurs à la Terre) ; ce Dagon est peut-être également le précurseur voire l’ancêtre du démon Dagoth. Dagon fut également un dieu hyborien de la mort, l’époux de la déesse Derkéta, et qui fut vénéré à Kush aux alentours de 16000 avant notre ère. Les liens entre ces trois Dagons demeurent assez flous, bien que certaines références laissent entendant que le monstre aquatique est antérieur à l’Annunaki Enlil, qui usurpa en fait les adorateurs du monstre en adoptant lui-même le nom de Dagon. Le monstre demeure cependant vraisemblablement le père du dieu Khosatral Khel, qui fut vénéré par les Dagonites à l’ère hyborienne, avant de trouver finalement la mort des mains de Conan le Barbare. Il est également suspecté que l’Annunaki Dagon (sous le nom d’El) se fit passer pour Yahweh et est le chef d’une faction violente d’anges, les Asura. Ces dernières années, la démone Méphista se fit passer pour Ullikummis alors qu’elle possédait la jeune empathe appelée Topaze afin de tromper le Sorcier suprême, le Dr Strange, et d’obtenir son aide.

Le dieu des eaux, Ea (également appelé Enki à Sumer), se plaçait en troisième position en terme de pouvoir et d’influence, après son père Anu et son frère aîné Dagon. Apparaissant parfois sous la forme d’un homme-poisson, Ea était servi par des créatures à l’apparence pisciforme, habitant les profondeurs de son royaume sous-marin. Ea partagea ses connaissances agricoles et technologiques avec l’humanité, aidant à s’assurer de la survie et du développement de celle-ci. Quand Dagon envisagea d’exterminer tous les humains avec une immense inondation, le futur Déluge, Ea le convainquit de se contenter d’une sévère punition, qui allait permettre à l’humanité de survivre. Apprenant le complot d’Apsou contre les jeunes Annunaki, ce fut Ea qui assassina Apsou, provoquant alors la colère de Tiamat qui prit la tête de la guerre contre le Dilmoun. Selon certaines théories alternatives, Ea aurait fini par dégénérer pour devenir l’entité aquatique monstrueuse Dagon évoquée ci-dessus.

Ba’al-Hadad (Iskur à Sumer, Adad à Babylone), fils d’Anu et d’Asherah, fut vénéré en tant que dieu des orages et tempêtes destructeurs tout autant comme dieu des pluies bénéfiques. Après s’être emparé du trône des Annunaki durant la guerre civile avec Tiamat, usurpant ainsi le règne de Dagon, Ba’al fut chassé par le géant Ullikummis, même si ce dernier fut finalement tué par Ba’al. Cherchant les secrets de la vie et de la mort, Ba’al s’aventura par la suite dans le monde souterrain d’Irkalla, où le dieu de la mort, Mot, le dupa en le poussant à se suicider en le faisant manger à la table des morts. L’épouse de Ba’al, Anath (une déesse de la guerre), triompha alors de Mot afin de s’assurer de la résurrection de son époux malgré l’indifférence générale des autres Annunaki à son sort. Dégénérant progressivement suite à cette expérience, Ba’al fut adoré comme un dieu sombre et maléfique dès 18000 ans avant Jésus Christ, puis, au cours des millénaires suivants par les Achéroniens de l’ère hyborienne. Bel, la forme féminine du nom de Ba’al, fut un dieu hyborien des voleurs, mais les liens entre les deux demeurent à confirmer. Des millénaires plus tard, Ba’al régnait sur le peuple de la corrompue Géhenne avant d’être vaincu et écrasé par la Main de Dieu. Survivant malgré tout en transférant son esprit dans la Pierre de Géhenne, Ba’al fut restauré sous forme corporelle ces dernières années par son descendant, Sà-Bal-Bal. Ba’al harcela alors le mutant Wolverine et, plus tard, John Blaze (le premier Ghost Rider) qui aida finalement à bannir Ba’al dans une autre dimension. Ba’al est également un nom parfois invoqué par des satanistes, comme la Fraternité de Ba’al.

La fille aînée d’Anu, Erishkigal (Allatou à Babylone, également surnommée la Reine du Grand Abysse), est la déesse du monde souterrain ; elle vit dans un palais, à Ganzir, le portail vers Irkalla, le domaine des morts. Ganzir est gardé par sept portes, chacune d’elles étant chargée d’énergie et surveillée par un portier. Quand le dieu Nergal fut banni à Irkalla, Erishkigal devint son épouse et lui permet de partager son autorité sur le monde inférieur. Erishkigal demeure la souveraine d’Irkalla jusqu’à ces dernières années et participa récemment à une union des dieux de la mort de différents panthéons pour conjurer le Démogorge, afin de massacrer les autres dieux de ces mêmes panthéons. La démone Allatou, membre de la cour de Satan, est aussi l’épouse d’un démon appelé Nergal ; il est supposé que Erishkigal maintint sa forme divine et sa prééminence sur Irkalla et évita la dégénérescence de ses congénères en expulsant son aspect démoniaque, qui devint la démone Allatou, ou en offrant son nom babylonien et son époux, devenu un démon, à la démone aujourd’hui appelée Allatou. Erishkigal ne doit pas non plus être confondue avec la Déviante qui porte le même nom qu’elle.

La plus jeune fille d’Anu, Inanna (Ishtar à Babylone, Astarté en Phénicie) est la splendide déesse de l’amour, de la fertilité et de la guerre. Souvent en termes tendus avec sa sœur aînée Erishkigal, son conjoint fut son propre frère Tammuz. En une occasion, quand Inanna se rendit à Irkalla, elle se retrouva prisonnière dans le royaume souterrain de sa sœur et ne put s’échapper que lorsque Tammuz fut capturé par es soldats démoniaques d’Erishkigal et obligé de prendre la place d’Inanna à Irkalla. Ishtar était une déesse importante de l’ère hyborienne ; prétendument jalouse de la beauté de la mortelle Isolène, Ishtar l’emprisonna dans une tour gardée par des démons. La pierre de vie d’Ishtar lui fut dérobée par son propre prêtre, Libro, mais elle put la récupérer grâce à l’appui de Conan. Inanna tenta, en une autre occasion, d’ajouter l’Eternel appelé l’Oublié (alors connu sous le nom de Gilgamesh parmi les humains) à ses conquêtes amoureuses ; quand Gilgamesh la rejeta, furieuse, elle lui envoya le Taureau du Paradis pour l’attaquer mais celui-ci fut bientôt tué par Gilgamesh. Du coup, Inanna tua le puisant allié du héros, Enkidu. Une Inanna démoniaque a récemment acquis une position importante dans les mondes infernaux en tant que démone de l’inspiration avant que Daimon Hellstrom ne la détruise. La nature exacte des liens entre la déesse Inanna et la démone Inanna reste à établir.

Mardouk, fils d’Ea et petit-fils d’Anu, était le dieu de la sagesse, de la magie et des incantations. Né adulte et déjà tout-puissant, il se considéra immédiatement comme l’héritier légitime du royaume d’Anu. Quand Tiamat et Kingu, le grand-oncle d’Anu et un autre fils de Tiamat et Apsou, attaquèrent le panthéon des Annunaki, les laquais de Tiamat dérobèrent les Tablettes du Destin à Dagon et Kingu les utilisa comme cuirasse, faisant ainsi l’acquisition d’un immense pouvoir. Conduisant l’armée monstrueuse engendrée par Tiamat (parmi laquelle des serpents cornus, des dragons-serpents, des lions démoniaques, des hommes-lions, des hommes-scorpions et des hommes-taureaux), Kingu mit le siège devant le Dilmoun, déclenchant une guerre civile chez les dieux qui perdura pendant de nombreuses années. Anu et Dagon s’étant révélé successivement incapables de mettre un terme à la guerre, Mardouk offrit de prendre la tête des armées d’Anu contre celles de Tiamat en échange de la promesse de devenir le souverain suprême des Annunaki s’il triomphait. Mardouk finit effectivement par tuer Tiamat avec sa masse d’armes, puis affronta Kingu et lui reprit les Tablettes du Destin avant de massacrer les derniers fidèles de Tiamat. Mardouk fut ensuite couronné roi des Annunaki. Les prêtres de Mardouk placèrent un griffon pour monter la garde devant le mystique Livre du Vishanti pendant des siècles. Mais, vers 980 avant Jésus Christ, la puissance de Mardouk commença à décliner à cause de la disparition progressive de ses fidèles ; il tenta alors d’envahir Asgard afin d’absorber l’énergie vitale des Asgardiens afin de renforcer ses propres pouvoirs mais il fut maîtrisé par Thor et perdit la quasi totalité de la puissance qui lui restait. Peu à peu, Mardouk recomposa ses énergies en puisant directement dans les âmes grâce au Puits de la Genèse, jusqu’à ce que le dernier Citizen-V en date (John Watkins III) ne détruise, tout récemment, le Puits. Mardouk des Annunaki choisit peut-être son nom afin d’usurper les adorateurs d’un être bien plus ancien, Mardouk Kurios, un puissant démon, bien plus connu sous le nom de Satan.

Martu (Amurru à Babylone) est un autre fils d’Anu et de Ki. A l’origine vénéré uniquement par les Amorites (un peuple sémite occupant la région à l’ouest de l’Euphrate), il fut peu à peu assimilé au sein du panthéon des Annunaki. Comme dieu du désert et du nomadisme, Martu était considéré comme un sauvage, dépourvu de toute civilisation par ses frères et vivait à l’intérieur de sa « montagne étincelante » dans le désert. Martu est suspecté d’être le « Démon des Dunes » qui fut enseveli il y a des centaines d’années sous les sables du désert d’Arabie saoudite ; récemment libéré, il affronta le héros appelé le Chevalier arabe (Abdul Qamar).

Le tempétueux et belliqueux fils de Dagon et Ninlil, Nergal (Meshlamtéa à Sumer, Erakal à Babylone) représentait les aspects négatifs du soleil, comme la peste, la fièvre et les épidémies ; certains le considéraient également comme un dieu de la guerre. Quand Erishkigal envoya un messager depuis Irkalla pour qu’il s’adresse à l’assemblée des Annunaki du Dilmoun, Nergal refusa de se lever en présence de l’envoyé, manquant ainsi de respect à la Reine des Morts. Les Annunaki acceptèrent alors la requête d’Erishkigal d’exiler Nergal dans le caverneux monde souterrain. L’insensé Nergal s’introduisit de force dans le palais d’Erishkigal à Ganzir pour une violente confrontation avec la déesse, qui se termina par le mariage de Nergal et d’Erishkigal et le partage entre deux de la souveraineté sur Irkalla. Nergal resta rarement longtemps dans le monde souterrain, répandant au contraire la guerre et le sang à la surface de la Terre, conduisant mortels et dieux à l’assaut de leurs ennemis ; il tenta de manière constante de s’emparer du trône du Dilmoun en chassant Mardouk. Un groupe de sept dieux, collectivement appelés les Sebettu (les Isirru à Babylone) suivaient régulièrement Nergal au combat pour répandre la famine, la sécheresse et les maladies parmi ses ennemis afin d’éliminer les survivants. Avant le règne de Kull en Valusie (aux alentours de 18500 avant Jésus Christ), la Main de Nergal – un talisman magique créé par Nergal lui-même (et peut-être sa véritable main à l’origine) – tomba sur la Terre et fut utilisé par un grand nombre de magiciens ténébreux, parmi lesquels Xaltotun d’Achéron, aux alentours de 13000 avant Jésus Christ. La Main fut toujours combattue par son contre-talisman, le Cœur de Tammuz, créé par le plus féroce adversaire de Nergal, le bienfaisant Tammuz. Aux alentours de 10000 avant Jésus Christ, la Main de Nergal tomba entre les mains de Munthassem Khan, le satrape de Yaralet, qui fut bientôt corrompue par le talisman. Finalement, Munthassem fut détruit quand la Main fut utilisée contre le Cœur et Nergal fut vaincu en affrontant directement Tammuz. Le sorcier Atalis s’empara des deux reliques, réussissant à les fusionner pour obtenir le démoniaque Bras de Kx’ulthuum, qui permit de donner un membre monstrueux mais puissant à un barbare jusque là manchot et qui allait être connu sous le nom de Fafnir Main-d’Enfer. A l’époque moderne, Nergal est considéré comme un démon et est l’époux de la démone Allatou. La question reste ouverte de savoir si Nergal dispose de deux épouses, Erishkigal et Allatou ou s’il existe un lien entre celles-ci.

Tammuz (Dumurzi à Sumer), le bienfaisant dieu des bergers et un autre fils d’Anu, servit d’abord comme l’un des portiers du domaine céleste du Dilmoun, aux côtés du dieu de la fertilité Ningizzida. Quand son épouse et sœur, Inanna, se retrouva prisonnière dans le monde souterrain d’Irkalla, Tammuz fut enlevé par des démons sous les ordres de sa sœur aînée, Ereshkigal et obligé de jouer le rôle de prisonnier de remplacement afin de garantir la liberté d’Inanna. Tammuz fut également vénéré à l’ère hyborienne (où il fut aussi connu sous le nom d’Adonis) et créa le talisman du Cœur de Tammuz afin de contrer le talisman créé par son ennemi Nergal, la Main de Nergal.

Le bienfaisant et généreux dieu de la justice et du soleil Shamash (Utu à Sumer) est le fils de dieu de la lune Nannar et le petit-fils d’Ea. Selon les légendes, il traversait les cieux durant la journée, fournissant chaleur et lumière aux humains, avant de descendre en Irkalla au crépuscule pour participer au jugement des âmes se rendant au monde souterrain. Il aidait à sanctionner les criminels pour leur malfaisance et à récompenser les innocents en les traitants avec justice.

Un autre fils d’Anu, Ningal (Kinyras à Sumer, Nin-Agal en Assyrie) était vénéré comme dieu des forgerons et des métallurgistes. Il forgea ainsi des armes célestes (masses, tridents et haches) que Mardouk utilisa pour tuer Tiamat lors des derniers jours de la guerre civile des dieux qui frappait alors les Annunaki. A l’époque de l’Assyrie, Ningal adorait entendre les supplications aveugles de ses fidèles, détruisant mystiques, shamans ou tout autre qui refusaient de se courber devant lui. Plus récemment, l’archéologue Edward Trent déterra une statue de Ningal qu’il ramena à un musée britannique ; après cela, Trent disparut mystérieusement et sa fille, Marcia Trent, devint la servante de Ningal, conduisant d’autres victimes devant la statue, qui prenait alors vie pour les tuer. A un moment, Ningal s’allia au démon Ludi (lui-même peut-être un dieu celte également dégénéré) et ils cherchèrent tous deux à se venger du mortel Murdoch Adams après que celui-ci eut réussi à vaincre Ludi. Ningal tua la maîtresse d’Adams, Lenore Williams, mais le jeune homme utilisa un talisman mystique pour piéger Ningal et lui-même dans un bloc d’énergie lumineux. Plus tard, Ludi recruta l’aide du démoniaque Hôte-des-Ténèbres pour libérer Ningal afin qu’il puisse attaquer le Dr Strange, le Sorcier suprême de la dimension terrestre ; malgré la prise de possession du corps pétrifié du Chevalier noir (Dane Whitman) par Ningal, Strange réussit à emprisonner de nouveau celui-ci dans un bloc d’ambre mystique. Ningal ne doit pas être confondu avec la déesse mésopotamienne de la médecine qui porte le même nom.

Bien que certains fassent remonter son origine aux Armées Célestes – dont elle fut bannie en même temps que Lucifer – Lilith (Kiskilla à Sumer) est considérée comme l’une des Lilîtu, des démones du vent liées aux Annunaki et qui hantaient les déserts sumériens et les régions dépeuplées. Les Lilîtu terrorisaient les femmes et les enfants et séduisaient les jeunes hommes malheureux au cours de la nuit. Lilith séduisit supposément le premier homme, Adam, avant de donner naissance à de nouvelles races démoniaques, les Lilins, les incubes et les succubes. Lilith fut finalement emprisonnée à l’intérieur du cadavre de Tiamat avant la chute d’Atlantis (aux alentours de 18000 avant Jésus Christ) – même si son esprit fut apparemment libre d’errer à la surface de la Terre – jusqu’à ces dernières années où elle et sa progéniture des Lilins furent libérés et affrontèrent les Fils de Minuit. Au cours de ces événements, elle se retrouva enceinte du démon Zarathos.

Egalement, selon certains récits, chassé du Paradis en même temps que Lucifer, Pazuzu (Imdugud à Sumer) devint un membre d’une race d’êtres maléfiques et surnaturels, se plaçant entre les dieux et les mortels et liés au panthéon des Annunaki. Son père était apparemment Hanbi, le dieu du mal et père de tous les esprits malicieux. Pazuzu résidait à l’intérieur du monde souterrain d’Irkalla et était vénéré comme le dieu du vent du sud-est, qui apportait souvent sécheresse, sauterelles et famine. Il possédait de nombreux traits animaliers comme des yeux à facettes, des griffes et des ailes de faucon, la tête d’un canidé, la queue d’un scorpion et un corps humanoïde, bien que couvert d’écailles. Bien que la plupart du temps considéré comme un fléau pour l’humanité, Pazuzu empêcha en une occasion sa rivale détestée (la déesse-démone du monde souterrain Lamashtu) de s’échapper d’Irkalla pour se rendre sur Terre afin d’y menacer les femmes enceintes et les jeunes nourrissons. L’Amulette de Pazuzu fut utilisée par de nombreuses guerrières à travers les siècles et transforma même brièvement, à l’époque contemporaine, Howard le Canard. Plus récemment, Pazuzu revint sur Terre mais fut de nouveau banni par Diable (Kurt Wagner) et le jeune mystique Seth Waters.

Seulement un vague affilié des Annunaki, le monstrueux Moloch à tête de taureau était le dieu des sacrifices humains – des bébés lui étaient souvent jetés en offrande dans le feu en son nom et il prenait sensément plaisir à voler les enfants à leurs mères. Moloch fut également vénérés par des cultures plus occidentales, comme celles des Cananéens, des Phéniciens (et leurs héritiers les Carthaginois) et divers peuples d’Afrique du nord. Moloch résidait apparemment en Géhenne, sous le règne de Ba’al et s’unit alors au démon Shaitan, avant d’engendrer Lailah, qui épousa le démon Olivier Stoker et donna naissance à Sybil. Moloch, ou un monstre portant son nom, périt apparemment lors d’une rencontre avec le Chevalier noir du douzième siècle (Eobar Garrington, possédé par l’esprit de son descendant, Dane Whitman du vingtième siècle).

Informations sur la fiche


Rédacteur(s) : ThierryM
Nombre de lecture : 16483

Wiki de Marvel World

  • C'est avec plaisir que nous vous informons de l'ouverture de notre nouveau site internet pour l'ensemble des films, séries et jeux vidéo de Marvel : wiki.Marvel-World.com.

Recrutement

  • Nous recherchons des traducteurs Anglais->Français bénévoles (comme nous) pouvant nous aider à traduire une quantité conséquentes d'informations sur le monde Marvel.

    Contactez-nous par e-mail sur contact@marvel-world.com dès maintenant et faite partie d'une tranche d'histoire de Marvel World !

Qui est en ligne ?

    Visiteur : 18
    Membre : 0